35 personnes accusées dans des affaires de corruption    Opérateurs algériens et libyens se concertent sur l'impulsion de la coopération bilatérale    Rencontre mardi sur    Pétrole/gaz de schiste : opportunités et risques    Proposition de paix    «La décision de mon exclusion du bureau exécutif est antiréglementaire»    Le DEN satisfait des résultats    Deuxième place pour Reguigui    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Les services douaniers ont enregistré 70 contraventions depuis le début de l'année en cours    Nécessité d'un schéma national de transport pour réduire les accidents de la route    «L'Hommage au jazz» de Noredine Chegrane    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Le Mouloudia vidé de ses cadres !    Rien n'est confirmé Algeria 2020    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Ankara veut créer une zone de libre-échange avec l'Algérie    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    "Mal négociés", selon Wahiba Bahloul    Visite inopinée de CHerif Omari a la laiterie de birkhadem    Objectif atteint pour les Verts    Marc Lavoine prochainement en concer    avec «force» l'attaque terroriste contre le camp militaire de Sokolo au Mali    M. Davaasuren, Secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères de Mongolie, effectuera une visite de travail en Algérie    Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Complexe de sidérurgie "Tosyali" d'Oran: le challenge des exportations hors hydrocarbures    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    Les consommateurs dénoncent    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    Un "terminus" brutal pour la JSK    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





5e roue du carrosse : Comment le commerce rouble-yuan mène à une dédollarisation
Publié dans Le Maghreb le 07 - 11 - 2017

Moscou et Pékin comptent proroger l'accord d'échange rouble-yuan pour une valeur de 25 milliards de dollars et amplifier l'usage des monnaies nationales dans leurs échanges commerciaux. Des analystes chinois et russes expliquent à RT comment cela pourrait favoriser la dédollarisation et aider la Russie à manœuvrer face aux sanctions occidentales. Le commerce entre la Russie et la Chine s'amplifie: ces derniers jours, le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a annoncé que les deux pays avaient décidé de prolonger l'accord d'échange rouble-yuan pour une valeur de 25 milliards de dollars (environ 21,5 milliards d'euros) pendant une durée de trois ans. Les échanges commerciaux en rouble-yuan pourraient être à la fois un moyen de contourner les sanctions antirusses pour la Russie et une possibilité de promouvoir sa devise nationale pour la Chine, affirme à la chaîne RT Andrew KP Leung, expert financier chinois. "La Chine est l'un des plus importants consommateurs des exportations énergétiques russes. La prolongation de l'échange de devises réduira les coûts de transaction pour Moscou et Pékin. Commercer en yuan réduira la dépendance de la Russie du dollar américain."
Cependant, le divorce avec le dollar ne sera probablement pas si facile pour Pékin, estime le politologue russe Sarkis Tsaturyan:
"Graduellement, la Russie et la Chine s'éloignent du dollar, mais ce processus peut prendre entre 15 et 20 ans puisque l'économie chinoise est fondée sur le dollar."
Les réserves monétaires chinoises étaient d'environ 3.000 milliards de dollars (quelque 2.500 milliards d'euros) en juillet 2017, précise-t-il. Chaque ménage chinois possède jusqu'à 2.000 dollars (1.700 euros) en obligations d'Etat américaines. Par conséquent, M.Tsaturyan estime qu'il est peu probable que Pekin renonce entièrement au dollar.
Selon l'analyste Mehdi Mehdiyev, la prorogation du contrat d'échange entre Moscou et Pékin est non seulement un indice du volume des transactions en monnaies nationales.
"La Russie et la Chine collaborent déjà dans le cadre de plusieurs accords multilatéraux au sein des BRICS. Le commerce en devises nationales n'est qu'un aspect d'une tendance générale qui a fait son apparition cette dernière décennie", résume-t-il, ajoutant que ce type de commerce aidera les deux pays à éviter "les influences externes".

La Turquie veut commercer avec la Russie en devises nationales
Ankara souhaite passer à la devise nationale dans ses échanges bilatéraux, notamment avec la Russie, a déclaré le ministre turc de l'Economie, Nihat Zeybekci. La Turquie prévoit de développer son commerce en devises nationales avec la Russie, l'Iran et la Chine, a affirmé Nihat Zeybekci, le ministre turc de l'Economie. "Dans cinq ans, le monde aura profondément changé et il faut être prêt à passer au commerce dans la devise nationale. Ce qui ne fera que profiter à toutes les parties […] Une telle décision est conforme aux intérêts de n'importe quel pays, que ce soit la Russie, l'Iran, la Turquie, la Chine ou le Japon", a indiqué Nihat Zeybekci lors d'une interview donnée à l'agence de presse turque Anadolu.
Aujourd'hui, le monde considère comme des devises de réserve essentiellement le dollar et l'euro. Seuls 15% des échanges commerciaux de la Turquie sont effectués en devise nationale, a-t-il poursuivi. "Il importe de faire de la devise nationale une devise de réserve. Si de 1,5% à 4% du déficit des opérations de commerce extérieur sont comblés grâce à la devise nationale, la nécessité de drainer des financements étrangers disparaîtra. En outre, on se tournera vers le marché intérieur, ce qui permettra également d'éliminer l'influence négative des oscillations des cours", a fait remarquer Nihat Zeybekci. Il a affirmé que son pays créerait des conditions propices au commerce en devises nationales avec les grands partenaires commerciaux de la Turquie, notamment en roubles russes, en rials iraniens et en riyals saoudiens. Lors d'une interview accordée précédemment à Sputnik, Nihat Zeybekci avait noté que l'objectif était de porter le chiffre d'affaires des échanges réciproques à 100 milliards de dollars (90 mds EUR).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.