Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des aéroports européens se dotent de détecteurs de mensonges intelligents
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 11 - 2018

Les innovations technologiques liées au secteur du transport aérien ne manquent pas. De l'achat électronique du document de voyage, à l'enregistrement via mobile, en passant par l'embarquement self-service et l'internet pendant le vol, ces innovations aident à fluidifier le flux des milliers de voyageurs dans les aéroports. Ce flux gagnera, très prochainement, davantage de fluidité dans les zones aéroportuaires de l'Union européenne (UE). En effet, l'UE a fait appel à la technologie pour réduire la congestion aux points de contrôle de la police des frontières. Des détecteurs de mensonges basés sur l'intelligence artificielle seront bientôt fonctionnels au niveau de certains aéroports européens. Des agents virtuels de contrôle des frontières poseront aux voyageurs des questions relatives à leur déplacement, l'intelligence artificielle se chargera, en surveillant les expressions de visages des répondants, de déterminer s'ils mentent ou non. Pour rappel, les machines traditionnelles de détection de mensonges, appelées polygraphes, utilisaient des capteurs placés sur différentes parties du corps pour mesurer, pendant que la personne répond à des questions, la tension artérielle, le taux de la respiration, le rythme cardiaque et la quantité de transpiration sur la peau. L'ingénieur du test décide, ensuite, si les résultats indiquent que la personne mentait ou non. Aujourd'hui, les tests au détecteur de mensonges sont effectués par caméras qui enregistrent toutes les réactions visuelles et sonores d'une personne. Ces caméras seront connectées à des systèmes qui convertissent les images vidéo en données lesquelles seront analysées par des machines à apprentissage. Selon le New Scientist, l'agent virtuel de contrôle des frontières posera des questions au voyageur après son arrivée au point de contrôle. Il lui demandera de confirmer son nom, son âge et sa date de naissance et de dévoiler le but de son voyage et ses ressources financières pendant le séjour. Le système enregistre le visage du voyageur et utilise l'intelligence artificielle pour analyser ses 38 micro-gestes, après chaque réponse. L'agent virtuel serait personnalisé selon le sexe, l'appartenance ethnique et la langue du voyageur. Les voyageurs qui réussissent le test recevront un code QR leur permettant de franchir la frontière. Dans le cas contraire, le voyageur sera confié à un agent humain qui lui fera remplir les formalités de passage des frontières. Ce nouveau système sera testé ce mois-ci dans les aéroports de Hongrie, de Lettonie et de Grèce.
F. F.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.