Amendement Constitutionnel: Appel à agir en "front uni"    Le référendum constitutionnel marquera le changement et renforcera les fondements d'un Etat moderne    La presse nationale relève la forte mobilisation des animateurs de la campagne référendaire    Salah Lebdioui nommé ambassadeur d'Algérie en Suisse    Société civile ou la nouvelle fabrique du militant errant !    Quand la politique chahute la stratégie de lutte    Le bâtiment fortement impacté par la pandémie    Arboriculture rustique: production de 7 à 10 millions de quintaux supplémentaires d'ici à 2024    Les souscripteurs protestent    Les pertes estimées à environ 3 millions de dollars par jour    Entrée en vigueur du traité interdisant les armes nucléaires    trois manifestants tués en Guinée    Au moins 16 morts en Côte d'Ivoire...    Zetchi salue le choix des joueurs expatriés et le rôle des parents    Medouar est-il un président illégal ?    La fille des Aurès    Nouvelle alerte    7 décès et 263 nouveaux cas    Insuffisance de moyens dans les établissements scolaires    Le gouvernement technocrate est-il la bonne solution ?    Le Sila aura bien lieu !    "Un écrivain doit s'inscrire dans des combats"    LE CREPUSCULE DES FAUX PROPHÈTES OU LE CHOC DES CIVILISATIONS.    Mohamed Messaoudene. Porteur de projet d'agriculture bio : «Mon objectif est de promouvoir les produits agricoles locaux»    Université 8 mai 1945 de Guelma : Lancement du challenge «Instart Marathon» sur l'innovation    Laiterie de Tiaret : Onze personnes sous contrôle judiciaire    Commerces de la friperie à Constantine : Un rush qui traduit une triste réalité    Parution : Des révoltes populaires aux déportations    Cinéma : Un nouveau film sur Matoub Lounès    6 grands bienfaits de consommer des fruits et des légumes tous les jours    ANP : large participation dans la 1ère région militaire aux opérations de reboisement    Barça : Vers une démission de Bartomeu dès ce lundi ?    Liga : La Real Sociedad prend la tête du classement    La vente de produits pyrotechniques revient    Sidi Chahmi et Hassi Ben Okba: Plus de 3 milliards pour des projets dans les zones d'ombre    Mascara: Des promesses pour les porteurs de projets    Qu'est-ce qu'un « Hirak » qui n'a pour objectif que le « Hirak» ?    Traité virtuel    Ligue 1 - Mercato: Entre les espérances et la réalité du terrain    MC El Eulma: CSA - SSPA, un conflit dévastateur !    Institut Pasteur: Covid-19 : le relâchement peut coûter très cher    Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles    Tiaret: Exhumation des restes des corps de six martyrs    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Les délires d'un haineux    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Les animateurs de la campagne référendaire appellent à une forte mobilisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les vertus du jeu de Go
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 12 - 2018

2049 est la date à laquelle Pékin espère fêter en grande pompe, et en probable nouveau maître du monde, le centenaire de la République populaire de Chine.
2049 est, dans l'horoscope chinois, l'année du serpent de terre.
Ce lombric – c'est son nom scientifique – est associé, selon ce même horoscope, à une personnalité particulière et à un emploi précis.
«Personnalité : réfléchi, sage, rusé, intuitif, indépendant, parfois paresseux.
Emploi idéal : professeur, linguiste, enseignant, psychiatre, psychologue, astrologue, voyant, agent du personnel, dans les relations publique, designer d'intérieur.»
Paul Henri-Moinet, du Nouvel économiste(*), entreprend un «petit exercice projectif autour de la méthode libérale autoritaire de Xi Jinping» : «En 2049, la Chine sera un grand pays socialiste moderne, puissant, prospère, démocratique, civilisé, harmonieux et beau. Ce n'est pas une prévision ou une prophétie, c'est un programme. Tous les attributs officiels de la stratégie 2049 sont importants et leur enchaînement logique est décisif.» Ces attributs sont officiellement attachés à un ordre naissant qui se veut «démocratique, civilisé, harmonieux et beau».
L'homme fort qui veille sur un chantier aussi pharaonique, Xin, est décrit comme adepte d'une dialectique résumée à un mélange de «métaphores confucéennes et de subtiles distinctions conceptuelles, et redoutablement efficace : «Le rôle du marché est décisif et celui du gouvernement fondamental, ces deux forces sont en parfaite harmonie et ne sont en aucun cas contradictoires ; il faut utiliser correctement la main visible et la main invisible.»
Au-delà des clichés, Vincent Lucchese décortique «le plan de la Chine pour devenir le leader du monde en 2049» en s'appesantissant sur «les nouvelles routes de la soie» : «A la différence d'autres pays qui travaillent sur 5 ans, la Chine travaille sur 50 ans. Elle se donne le temps, et donc son projet ira au bout.»(**)
Revenant pour le projet phare de la Chine pour devenir le centre du monde (les «nouvelles routes de la soie», projet officiellement lancé en 2013 par Xi Jinping, le Président chinois, avec un budget global de 800, voire plus de 1 000 milliards de dollars), il souligne la priorité qu'elle accorde au développement d'infrastructures (ports, routes, voies ferrées, etc.) pour booster les routes commerciales entre la Chine et l'Europe, en passant notamment par l'Asie centrale.
Pour avoir un ordre de grandeur, et à titre de comparaison, cela représente cinq à six fois le budget du plan Marshall lancé par les Américains pour l'Europe après la Seconde Guerre mondiale.
Investisseur moteur, la Chine compte aussi associer les financeurs privés et es partenaires, notamment au sein de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII). Contrôlée par Pékin, cette banque lancée en 2015 compte 57 pays fondateurs, dont la France, et se positionne en alternative à la Banque mondiale et aux institutions financières héritées dès la fin de la Seconde Guerre mondiale.
«La Chine a de très fortes ambitions de restructuration de la gouvernance mondiale, qu'elle veut piloter. En ce sens, les "routes de la soie" ne sont qu'une étiquette pour réunir les Etats autour d'un agenda qu'elle a façonné», nous rappelle Vincent Lucchese. La BAII illustre cette stratégie, de même que les nombreux sommets convoqués par Pékin, en Chine comme à l'étranger, rattachés, non sans un certain mépris occidental, à une «stratégie des forums».
Tanguy Struye de Swielande, professeur à l'Université catholique de Louvain la Neuve, et aux Facultés universitaires catholiques de Mons et à l'Ecole Royale militaire (Belgique), se propose de découvrir «la Chine et ses objectifs géopolitiques à l'aube de 2049».(***)
La recette chinoise est ainsi révélée : «(La Chine) s'affirme de plus en plus dans la région (Asie centrale, ndlr) à travers une lecture asiatique de la géopolitique qui se traduit dans la pratique par une application du jeu de Go. Alors que la culture occidentale privilégie des jeux comme les échecs, qui postulent un affrontement direct visant la défaite de l'adversaire, la culture asiatique, en particulier chinoise, favorise une approche plus indirecte. Dans le jeu de Go, les actions apparaissent de prime abord non associées, alors que la logique de l'action se révèle ultérieurement, au fur et à mesure des jonctions entre les actions. Le succès ne s'obtient pas en un coup ou grâce à un déplacement ; il résulte d'une multitude d'actions aux objectifs variés, mais au service d'une grande stratégie. De plus, la victoire ne se traduit pas par une domination incontestée mais plutôt par un partage avantageux du territoire (acquisition de zones d'influence). L'accent est mis sur les stratégies relationnelles plutôt que sur les stratégies d'affrontement.»
Une fois l'Asie centrale acquise, il est attribué à Pékin l'ambition de conquérir d'autres espaces : l'Asie du Sud-Est, le Moyen-Orient, le Caucase, la Turquie et même l'Union européenne («la porte d'entrée étant principalement les économies européennes fortement touchées par la crise - Grèce, Espagne et Portugal, mais également certains pays d'Europe de l'Est (Bulgarie, Roumanie, Hongrie) et les Balkans (Serbie). Les sociétés chinoises s'intéressent entre autres aux ports (ex. port de Pirée), aux compagnies ferroviaires (OSE) et au développement du corridor paneuropéen n°10 reliant la Turquie à l'Europe»).
Le tout dans la discrétion et dans la durée ; le jeu de Go n'autorise ni esclandre ni fanfaronnade.
A. B.
(*) Paul Henri-Moinet, Chine, 2049, Le nouvel économiste, 3 mai 2018, https://www.lenouveleconomiste.fr/chine-2049-63319/
(**) Vincent Lucchese, Le plan de la Chine pour devenir le leader du monde en 2049.
https://usbeketrica.com/article/le-plan-de-la-chine-pour-devenir-le-leader-du-monde-en-2049
(***) Tanguy Struye de Swielande, La Chine et ses objectifs géopolitiques à l'aube de 2049, Diploweb, 3 septembre 2017,
https://www.diploweb.com/La-Chine-et-ses-objectifs-geopolitiques-a-l-aube-de-2049.htmlhttps://www.diploweb.com/La-Chine-et-ses-objectifs-geopolitiques-a-l-aube-de-2049.htmlhttps://www.diploweb.com/La-Chine-et-ses-objectifs-geopolitiques-a-l-aube-de-2049.html


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.