POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'ARBRE : Création prochaine de 7 forêts récréatives    CHERAGA : Saisie de plus d'un million d'euro en faux billets    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Des changements attendus face à l'Algérie    Imposante marche des avocats à Alger    «Le report de la présidentielle est un cadeau empoisonné»    L'Italie rejoint les «nouvelles routes de la soie» de Pékin    Faire sa crème anticellulite maison    Rassemblement de soutien à la révolution en Algérie    L'association El Rahma au chevet des femmes    Place de la République    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Sidi Bel-Abbès.. Le monoxyde de carbone fait un mort    Festival du printemps destiné aux enfants à Constantine.. Ambiance festive    ANALYSE: Un projet qui prend forme    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Macron, l'autre cible des manifestants    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    Un camion chute dans le lac Sarno    La sûreté de wilaya sensibilise sur les mécanismes de lutte contre l'escroquerie    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    La RD Congo très déterminée à se qualifier    Un arrière-central sûr et efficace !    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les chantiers de la refondation : Pour ne plus jamais revenir à "l'avant-22 février" et que triomphe la souveraineté populaire    Les recommandations du FMI    Samsung, bientôt 12 Go de mémoire vive dans les smartphones    Après avoir mis 1 To dans l'un de ses smartphones, Samsung adécidé de s'attaquer à la mémoirevive.    Bedoui tarde à former le gouvernement    Révolution de la jeunesse : L'ANP prend parti pour les revendications de changements    Au rendez-vous pour la 5ème semaine consécutive : Les manifestants appellent à la "préservation de l'unité du pays    Covéa renonce à racheter Scor, qui riposte en justice    Facteur 4 ou neutralité carbone : Quel est l'objectif le plus ambitieux ?    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Immigration : La mafia nigériane impliquée dans le trafic d'êtres humains en Allemagne    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un hybride inédit
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 12 - 2018

Le Parti communiste chinois célèbre, en ce mois de décembre, le 40e anniversaire de la politique de «réforme et d'ouverture» qui a transformé la Chine de fond en comble. C'est l'avant-dernier rendez-vous, avant celui de 2049 qui fêtera le centenaire de la fondation de la République populaire de Chine comme première puissance économique, selon les sources les plus crédibles.
Dans un pamphlet bien documenté, Philip P. Pan, rédacteur en chef du Times pour l'Asie et auteur de «A l'ombre de Mao : la lutte pour l'âme d'une nouvelle Chine», désespère de voir un jour l'Occident prendre le dessus et il le dit d'une si belle manière : «L'Occident était sûr que l'approche chinoise allait foirer et qu'il fallait juste attendre. Il attend toujours.»
Philip P. Pan revient sur des événements largement ignorés du grand public, plus précisément à ce jour de l'automne 1984, lorsqu'un groupe d'étudiants érudits en sciences économiques s'isola près de Shanghai, dans les forêts de bambous de Moganshan, pour trouver réponse opérationnelle à «une question pressante: comment la Chine pourrait-elle rattraper l'Occident ? ».
Tard dans la nuit, les étudiants et les chercheurs participant à ce qu'ils présentèrent officiellement comme un symposium académique parvinrent à un consensus : les usines devaient respecter les quotas imposés par l'Etat, mais pouvaient produire, à leurs prix, toute quantité supplémentaire.
«C'était une proposition intelligente, discrètement radicale, visant à saper l'économie planifiée (…) La Chine est désormais en tête du monde en ce qui concerne le nombre de propriétaires, d'internautes, de diplômés universitaires et, selon certains, de milliardaires. La pauvreté extrême est tombée à moins de 1%.»
Depuis ce temps, «à Beijing, la question qui se pose jusqu'à nos jours est moins de savoir comment rattraper l'Occident que de prendre de l'avance — et comment le faire dans une nouvelle ère d'hostilité américaine».
La compétition entre la Chine et l'ancien empire américain est ainsi décrite : «Les historiens connaissent le schéma : une puissance émergente défiant un pouvoir établi, avec une complication familière ; pendant des décennies, les Etats-Unis ont encouragé et aidé l'essor de la Chine, collaborant avec ses dirigeants et son peuple pour bâtir le partenariat économique le plus important au monde (…) Pendant ce temps, huit présidents américains ont supposé ou espéré que la Chine se plierait finalement à ce que l'on considérait comme les règles établies de la modernisation : la prospérité alimenterait les revendications populaires en matière de liberté politique et amènerait la Chine dans le giron des nations démocratiques. Ou alors, l'économie chinoise s'effondrerait sous le poids d'un régime autoritaire et d'une pourriture bureaucratique. Mais rien de tout cela ne se produisit. Au lieu de cela, les dirigeants communistes chinois ont défié les attentes encore et encore. Ils ont embrassé le capitalisme alors même qu'ils continuaient à se réclamer du marxisme. Ils ont eu recours à la répression pour se maintenir au pouvoir, mais sans étouffer l'esprit d'entreprise ni l'innovation. Cernés d'ennemis et de rivaux, ils ont évité la guerre, à une brève exception près, alors même qu'ils attisaient le sentiment nationaliste chez eux. Et ils ont présidé pendant 40 ans de croissance ininterrompue, souvent avec des politiques non orthodoxes qui, selon les manuels, échoueraient.»
De l'expérience soviétique et de son échec, les communistes chinois ont tiré deux leçons : le parti devait adopter la «réforme» pour survivre — mais la «réforme» ne devait jamais inclure la démocratie libérale, formelle.
«Craignant de s'ouvrir politiquement mais ne voulant pas rester immobile, le parti a trouvé un autre moyen. Il a évolué progressivement et a suivi le modèle du compromis de Moganshan, qui a laissé l'économie planifiée intacte tout en permettant à l'économie de marché de s'épanouir et de la dépasser.»
Les économistes américains étaient sceptiques. Après une visite en Chine en 1988, Milton Friedman, prix Nobel de la paix, a qualifié la stratégie du parti «d'invitation ouverte à la corruption et à l'inefficacité».
Il n'avait pas perçu le nouveau mode de gouvernance qui se mettait en place : la limitation des mandats, l'âge de retraite obligatoire, la destitution des fonctionnaires incompétents au vu de fiches de rendement internes utilisées pour évaluer les promotions et les primes des dirigeants locaux.
«La Chine a créé un hybride unique», (…) une autocratie aux caractéristiques démocratiques», soutient YuenYuen Ang, politologue à l'Université du Michigan.
«Une vague de fonctionnaires a abandonné l'Etat et s'est lancée dans les affaires. Au fil du temps, l'élite du parti a amassé une grande richesse, ce qui a renforcé son soutien à la privatisation d'une grande partie de l'économie qu'elle contrôlait autrefois. Le secteur privé produit aujourd'hui plus de 60% de la production économique du pays, emploie plus de 80% des travailleurs dans les villes et crée 90% des nouveaux emplois.»
A. B.
(*) Philip P. Pan, The land that failed to fail, New York Times, 18 novembre 2018,https://www.nytimes.com/interactive/2018/11/18/world/asia/china-rules.html?smtyp=cur&smid=tw-nytimes


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.