Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    VISAS FRANÇAIS POUR LES ALGERIENS : VFS Global annonce de nouvelles dispositions    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Allô ! Blida ? C'est pour une urgence !    Benyounès, un allié particulier    «Ceux qui consomment plus payeront plus»    La domination de Mercedes se confirme    Le vaisseau amiral se renouvelle    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Un défi difficile à relever à Annaba    Cupcakes aux fruits secs    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste    Lutte contre la migration clandestine: le Gouvernement prévoit la création d'une instance nationale    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Lavrov aujourd'hui à Alger    Assises du tourisme: gestion et organisation pour booster le secteur    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    L'autre inflation    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Mouwatana: «Le pouvoir tentera, encore une fois, de se maintenir »    Relizane: Campagne pour la déclaration des travailleurs étrangers    Plus de 220 athlètes présents au rendez-vous d'Alger    WOB - GSP programmé le 29 janvier    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    L'arbre qui cache la forêt    Quand la mémoire fait défaut    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Abdelkader Secteur tête d'affiche    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Japon : Le risque de récession en 2019 s'accentue    Sonatrach : Coopération algéro-chinoise pour l'extension du port pétrolier de Skikda    Rsf se félicite de la décision de la cour surpême    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    Aucune preuve de l'implication des Russes dans le crash du MH17    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un hybride inédit
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 12 - 2018

Le Parti communiste chinois célèbre, en ce mois de décembre, le 40e anniversaire de la politique de «réforme et d'ouverture» qui a transformé la Chine de fond en comble. C'est l'avant-dernier rendez-vous, avant celui de 2049 qui fêtera le centenaire de la fondation de la République populaire de Chine comme première puissance économique, selon les sources les plus crédibles.
Dans un pamphlet bien documenté, Philip P. Pan, rédacteur en chef du Times pour l'Asie et auteur de «A l'ombre de Mao : la lutte pour l'âme d'une nouvelle Chine», désespère de voir un jour l'Occident prendre le dessus et il le dit d'une si belle manière : «L'Occident était sûr que l'approche chinoise allait foirer et qu'il fallait juste attendre. Il attend toujours.»
Philip P. Pan revient sur des événements largement ignorés du grand public, plus précisément à ce jour de l'automne 1984, lorsqu'un groupe d'étudiants érudits en sciences économiques s'isola près de Shanghai, dans les forêts de bambous de Moganshan, pour trouver réponse opérationnelle à «une question pressante: comment la Chine pourrait-elle rattraper l'Occident ? ».
Tard dans la nuit, les étudiants et les chercheurs participant à ce qu'ils présentèrent officiellement comme un symposium académique parvinrent à un consensus : les usines devaient respecter les quotas imposés par l'Etat, mais pouvaient produire, à leurs prix, toute quantité supplémentaire.
«C'était une proposition intelligente, discrètement radicale, visant à saper l'économie planifiée (…) La Chine est désormais en tête du monde en ce qui concerne le nombre de propriétaires, d'internautes, de diplômés universitaires et, selon certains, de milliardaires. La pauvreté extrême est tombée à moins de 1%.»
Depuis ce temps, «à Beijing, la question qui se pose jusqu'à nos jours est moins de savoir comment rattraper l'Occident que de prendre de l'avance — et comment le faire dans une nouvelle ère d'hostilité américaine».
La compétition entre la Chine et l'ancien empire américain est ainsi décrite : «Les historiens connaissent le schéma : une puissance émergente défiant un pouvoir établi, avec une complication familière ; pendant des décennies, les Etats-Unis ont encouragé et aidé l'essor de la Chine, collaborant avec ses dirigeants et son peuple pour bâtir le partenariat économique le plus important au monde (…) Pendant ce temps, huit présidents américains ont supposé ou espéré que la Chine se plierait finalement à ce que l'on considérait comme les règles établies de la modernisation : la prospérité alimenterait les revendications populaires en matière de liberté politique et amènerait la Chine dans le giron des nations démocratiques. Ou alors, l'économie chinoise s'effondrerait sous le poids d'un régime autoritaire et d'une pourriture bureaucratique. Mais rien de tout cela ne se produisit. Au lieu de cela, les dirigeants communistes chinois ont défié les attentes encore et encore. Ils ont embrassé le capitalisme alors même qu'ils continuaient à se réclamer du marxisme. Ils ont eu recours à la répression pour se maintenir au pouvoir, mais sans étouffer l'esprit d'entreprise ni l'innovation. Cernés d'ennemis et de rivaux, ils ont évité la guerre, à une brève exception près, alors même qu'ils attisaient le sentiment nationaliste chez eux. Et ils ont présidé pendant 40 ans de croissance ininterrompue, souvent avec des politiques non orthodoxes qui, selon les manuels, échoueraient.»
De l'expérience soviétique et de son échec, les communistes chinois ont tiré deux leçons : le parti devait adopter la «réforme» pour survivre — mais la «réforme» ne devait jamais inclure la démocratie libérale, formelle.
«Craignant de s'ouvrir politiquement mais ne voulant pas rester immobile, le parti a trouvé un autre moyen. Il a évolué progressivement et a suivi le modèle du compromis de Moganshan, qui a laissé l'économie planifiée intacte tout en permettant à l'économie de marché de s'épanouir et de la dépasser.»
Les économistes américains étaient sceptiques. Après une visite en Chine en 1988, Milton Friedman, prix Nobel de la paix, a qualifié la stratégie du parti «d'invitation ouverte à la corruption et à l'inefficacité».
Il n'avait pas perçu le nouveau mode de gouvernance qui se mettait en place : la limitation des mandats, l'âge de retraite obligatoire, la destitution des fonctionnaires incompétents au vu de fiches de rendement internes utilisées pour évaluer les promotions et les primes des dirigeants locaux.
«La Chine a créé un hybride unique», (…) une autocratie aux caractéristiques démocratiques», soutient YuenYuen Ang, politologue à l'Université du Michigan.
«Une vague de fonctionnaires a abandonné l'Etat et s'est lancée dans les affaires. Au fil du temps, l'élite du parti a amassé une grande richesse, ce qui a renforcé son soutien à la privatisation d'une grande partie de l'économie qu'elle contrôlait autrefois. Le secteur privé produit aujourd'hui plus de 60% de la production économique du pays, emploie plus de 80% des travailleurs dans les villes et crée 90% des nouveaux emplois.»
A. B.
(*) Philip P. Pan, The land that failed to fail, New York Times, 18 novembre 2018,https://www.nytimes.com/interactive/2018/11/18/world/asia/china-rules.html?smtyp=cur&smid=tw-nytimes


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.