Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2018

Tous ceux qui ont écouté le discours prononcé à Oran par le ministre des Affaires religieuses à l'occasion de la béatification des moines de Tibhirine auront d'abord retenu ceci : il n'y a pas eu un mot sur leurs assassins. Ils ont ensuite apprécié, certainement avec une vive émotion, la hauteur du propos : le vivre-ensemble, la coexistence des religions, le «brassage des cultures, le dialogue des civilisations, la tolérance et l'amour de l'autre, toute la panoplie des concepts qui articulent le rêve de la société humaine de demain y est passé. On peut être attentif à un discours, faire preuve de toute la courtoisie que requiert la solennité de ce moment de recueillement et espérer… béatement «un début à tout».
Les Algériens qui ont eu cette illusion ne doivent pas être nombreux, c'est le moins qu'on puisse dire, mais on peut le concéder, puisqu'on ne peut pas reprocher à quelqu'un qui dit des choses publiquement de ne pas y croire. Par contre, et c'est sans doute le plus important, on ne peut pas oublier «dans quel pays on est». Oran, à moins d'un dérapage des continents qu'on n'a pas senti, c'est l'Algérie et en écoutant M. Mohamed Aïssa, on n'a pas vraiment cette impression. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, la police arrête des «individus» détenant des exemplaires de la Bible quand leur foi n'a pas de lien avec leur origine… «étrangère».
Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on a persécuté des groupes de libre croyance… musulmane. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, les services de sécurité pourchassent plus les chrétiens que les brigands de Kabylie. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on s'en prend aux… musulmans chiites comme on s'en prend au pire ennemi. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on n'a pas le droit de se réclamer d'une autre religion. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on n'a pas le droit de ne pas avoir de religion. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, des agents de la… Protection civile ont tabassé un jeune qui se désaltérait sur un coin de plage pendant le Ramadhan et des descentes se font jusque dans des endroits privés pour «appréhender les casseurs de jeûne». Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, les non-musulmans n'ont pas un seul restaurant ouvert dans la journée un mois durant par an. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, insulter les juifs ne relève même plus de la banalité mais de la hauteur intellectuelle. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, chaque conversion à l'islam devient une «information». Alors, Monsieur le Ministre, on ne sait pas de quel pays vous parliez. Ni quand vous vous êtes exprimé dans la foulée de la béatification des moines de Tibhirine, ni quand, sur les ondes de la Radio nationale, vous avez déclaré que «nous avons vaincu l'extrémisme». Vous voulez dire le terrorisme ? Nous voilà peut-être dans un autre débat, mais ce n'est pas sûr.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.