Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    VISAS FRANÇAIS POUR LES ALGERIENS : VFS Global annonce de nouvelles dispositions    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Allô ! Blida ? C'est pour une urgence !    Benyounès, un allié particulier    «Ceux qui consomment plus payeront plus»    La domination de Mercedes se confirme    Le vaisseau amiral se renouvelle    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Un défi difficile à relever à Annaba    Cupcakes aux fruits secs    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste    Lutte contre la migration clandestine: le Gouvernement prévoit la création d'une instance nationale    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Lavrov aujourd'hui à Alger    Assises du tourisme: gestion et organisation pour booster le secteur    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    L'autre inflation    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Mouwatana: «Le pouvoir tentera, encore une fois, de se maintenir »    Relizane: Campagne pour la déclaration des travailleurs étrangers    Plus de 220 athlètes présents au rendez-vous d'Alger    WOB - GSP programmé le 29 janvier    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    L'arbre qui cache la forêt    Quand la mémoire fait défaut    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Abdelkader Secteur tête d'affiche    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Japon : Le risque de récession en 2019 s'accentue    Sonatrach : Coopération algéro-chinoise pour l'extension du port pétrolier de Skikda    Rsf se félicite de la décision de la cour surpême    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    Aucune preuve de l'implication des Russes dans le crash du MH17    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2018

Tous ceux qui ont écouté le discours prononcé à Oran par le ministre des Affaires religieuses à l'occasion de la béatification des moines de Tibhirine auront d'abord retenu ceci : il n'y a pas eu un mot sur leurs assassins. Ils ont ensuite apprécié, certainement avec une vive émotion, la hauteur du propos : le vivre-ensemble, la coexistence des religions, le «brassage des cultures, le dialogue des civilisations, la tolérance et l'amour de l'autre, toute la panoplie des concepts qui articulent le rêve de la société humaine de demain y est passé. On peut être attentif à un discours, faire preuve de toute la courtoisie que requiert la solennité de ce moment de recueillement et espérer… béatement «un début à tout».
Les Algériens qui ont eu cette illusion ne doivent pas être nombreux, c'est le moins qu'on puisse dire, mais on peut le concéder, puisqu'on ne peut pas reprocher à quelqu'un qui dit des choses publiquement de ne pas y croire. Par contre, et c'est sans doute le plus important, on ne peut pas oublier «dans quel pays on est». Oran, à moins d'un dérapage des continents qu'on n'a pas senti, c'est l'Algérie et en écoutant M. Mohamed Aïssa, on n'a pas vraiment cette impression. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, la police arrête des «individus» détenant des exemplaires de la Bible quand leur foi n'a pas de lien avec leur origine… «étrangère».
Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on a persécuté des groupes de libre croyance… musulmane. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, les services de sécurité pourchassent plus les chrétiens que les brigands de Kabylie. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on s'en prend aux… musulmans chiites comme on s'en prend au pire ennemi. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on n'a pas le droit de se réclamer d'une autre religion. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on n'a pas le droit de ne pas avoir de religion. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, des agents de la… Protection civile ont tabassé un jeune qui se désaltérait sur un coin de plage pendant le Ramadhan et des descentes se font jusque dans des endroits privés pour «appréhender les casseurs de jeûne». Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, les non-musulmans n'ont pas un seul restaurant ouvert dans la journée un mois durant par an. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, insulter les juifs ne relève même plus de la banalité mais de la hauteur intellectuelle. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, chaque conversion à l'islam devient une «information». Alors, Monsieur le Ministre, on ne sait pas de quel pays vous parliez. Ni quand vous vous êtes exprimé dans la foulée de la béatification des moines de Tibhirine, ni quand, sur les ondes de la Radio nationale, vous avez déclaré que «nous avons vaincu l'extrémisme». Vous voulez dire le terrorisme ? Nous voilà peut-être dans un autre débat, mais ce n'est pas sûr.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.