RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2018

Tous ceux qui ont écouté le discours prononcé à Oran par le ministre des Affaires religieuses à l'occasion de la béatification des moines de Tibhirine auront d'abord retenu ceci : il n'y a pas eu un mot sur leurs assassins. Ils ont ensuite apprécié, certainement avec une vive émotion, la hauteur du propos : le vivre-ensemble, la coexistence des religions, le «brassage des cultures, le dialogue des civilisations, la tolérance et l'amour de l'autre, toute la panoplie des concepts qui articulent le rêve de la société humaine de demain y est passé. On peut être attentif à un discours, faire preuve de toute la courtoisie que requiert la solennité de ce moment de recueillement et espérer… béatement «un début à tout».
Les Algériens qui ont eu cette illusion ne doivent pas être nombreux, c'est le moins qu'on puisse dire, mais on peut le concéder, puisqu'on ne peut pas reprocher à quelqu'un qui dit des choses publiquement de ne pas y croire. Par contre, et c'est sans doute le plus important, on ne peut pas oublier «dans quel pays on est». Oran, à moins d'un dérapage des continents qu'on n'a pas senti, c'est l'Algérie et en écoutant M. Mohamed Aïssa, on n'a pas vraiment cette impression. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, la police arrête des «individus» détenant des exemplaires de la Bible quand leur foi n'a pas de lien avec leur origine… «étrangère».
Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on a persécuté des groupes de libre croyance… musulmane. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, les services de sécurité pourchassent plus les chrétiens que les brigands de Kabylie. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on s'en prend aux… musulmans chiites comme on s'en prend au pire ennemi. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on n'a pas le droit de se réclamer d'une autre religion. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, on n'a pas le droit de ne pas avoir de religion. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, des agents de la… Protection civile ont tabassé un jeune qui se désaltérait sur un coin de plage pendant le Ramadhan et des descentes se font jusque dans des endroits privés pour «appréhender les casseurs de jeûne». Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, les non-musulmans n'ont pas un seul restaurant ouvert dans la journée un mois durant par an. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, insulter les juifs ne relève même plus de la banalité mais de la hauteur intellectuelle. Parce que, dans l'Algérie de la vraie vie, chaque conversion à l'islam devient une «information». Alors, Monsieur le Ministre, on ne sait pas de quel pays vous parliez. Ni quand vous vous êtes exprimé dans la foulée de la béatification des moines de Tibhirine, ni quand, sur les ondes de la Radio nationale, vous avez déclaré que «nous avons vaincu l'extrémisme». Vous voulez dire le terrorisme ? Nous voilà peut-être dans un autre débat, mais ce n'est pas sûr.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.