Un téléthon pour financer la Mauritanie lors de la CAN    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    Ligue 1 : Match à six points pour le CABBA et la JSS    En bref…    Ouverture des inscriptions pour la formation «Design en permaculture»    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Neutralité écornée    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En présence du représentant du pape aujourd'hui: Béatificationde Pierre Claverie et ses compagnons
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 12 - 2018

Le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, M. Mohamed Issa, a assisté, hier, en compagnie du représentant du Pape François, le cardinal Angelo Becciu, Préfet de la Congrégation des causes des saints, à l'inauguration officielle de la chapelle «Notre-Dame de Santa Cruz», après sa restauration, et de la place du «Vivre ensemble» au niveau de l'esplanade de ce même édifice religieux. Un sanctuaire avec sa statue de la Vierge, construit sur une colline de la ville en 1850, qui doit abriter aujourd'hui la cérémonie de béatification des 19 religieux, «Mgr Pierre Claverie et ses compagnons », dont les 7 moines de Tibhirine, morts en Algérie durant la décennie noire.
Et en prévision de ce rendez-vous, un important dispositif sécuritaire a été déployé à Oran. Sur les quelque 1.300 personnes devant assister à cette cérémonie, plus de 500 viendront de l'étranger, avait affirmé dernièrement Mgr Jean-Paul Vesco, évêque d'Oran, lors d'une conférence animée au centre Pierre Claverie à Oran pour expliquer le sens et les enjeux de cette béatification. Le pape François 1er sera représenté par le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation des causes des saints. Du côté des politiques, on notera la présence de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministère français de l'Europe et des Affaire étrangères qui devra, en compagnie du ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, M. Mohamed Issa, assister également à l'hommage qui sera rendu aux 114 imams algériens assassinés par les hordes terroristes durant la décennie noire.
« Une célébration au Sanctuaire de Santa Cruz est un choix pour une cérémonie modeste à la dimension de notre Eglise afin qu'elle soit le plus possible conforme à la vocation de notre Eglise dont nos bienheureux deviennent une belle icône. Elle associera autant que possible ceux des amis algériens de nos martyrs qui le souhaiteront. Elle prendra dans son action de grâce tous ceux et celles dans le pays qui ont, comme eux, donné leur vie, en fidélité à leur foi, à la conscience et à leur pays », avaient écrit récemment dans une déclaration commune, Mgr Paul Desfarges, Archevêque d'Alger, Mgr Jean-Paul Vesco, Evêque d'Oran, Mgr John Mac William, Evêque de Laghouat-Ghardaia et P. Jean-Marie Jehl, Administrateur de Constantine et Hippone.
Il est à noter que la béatification est «la déclaration, par décret pontifical, qu'une personne de foi chrétienne a pratiqué les vertus naturelles et chrétiennes de façon exemplaire, ou même héroïque», avait expliqué, le 12 novembre dernier, l'évêque d'Oran Mgr Jean-Paul Vesco lors d'une rencontre organisée à l'occasion des préparatifs de cette cérémonie. La publication de ce décret, a-t-il souligné, «est suivie d'une célébration solennelle de béatification» avant de préciser que la vénération publique de celui ou celle qui est alors appelé «bienheureux» ou «bienheureuse» est par la suite «autorisée, localement ou universellement». Cette cérémonie de béatification permettra également de mettre en valeur le don de sa vie d'un autre martyr, musulman celui-là, Mohamed Bouchikhi. Ce jeune Algérien a choisi lui aussi de rester auprès de l'évêque d'Oran, au risque de sa vie. Nous le savons grâce à un testament spirituel très émouvant retrouvé après sa mort.
C'est ainsi que cette cérémonie prend tout son sens : «Le sens de ces béatifications, c'est la valeur du témoignage de chrétiens tués avec des musulmans, dans une épreuve qu'ils ont fait leur», a-t-il affirmé. Et de préciser : «Le point capital est que ce témoignage réussisse à mettre en lumière celui de tous ces milliers d'Algériens musulmans, dont une centaine d'imams, qui ont payé de leur vie leur combat contre la terreur en mode religieux». Il ne s'agit pas de braquer les projecteurs sur «les chrétiens victimes de ces violences», mais bien de les mettre «en communion avec tous les Algériens» qui en ont lourdement souffert (la guerre civile a fait au moins 200.000 morts en Algérie durant les années 1990 - ndlr). «Nos frères et sœurs martyrs étaient -et doivent rester- un signe de fidélité». «Ils ne sauraient servir de prétexte au réveil d'une prétendue adversité qui les aurait opposés aux Algériens».
C'était tout le contraire ! «Ils sont restés par solidarité». Et c'est, d'une certaine manière, «parce qu'ils étaient proches de ceux avec lesquels ils travaillaient que ces «bienheureux» ont été attaqués», dans leurs quartiers ou leurs villages, a-t-il expliqué.
Il est à noter que c'est le 27 janvier dernier que le Saint-Siège a publié le décret reconnaissant le martyre de «Monseigneur Pierre Claverie et ses compagnons» (dont les moines de Tibhirine), et a donc donné le feu vert à leur béatification. C'est le diocèse d'Alger qui a engagé ce processus de béatification englobant ces 19 martyrs de la même cause. La décision d'engager cette procédure a été prise en mai 2000 à Rome. Le pape Jean-Paul II avait alors invité à célébrer au Colisée les martyrs du XXe siècle. Dans son discours, il avait prononcé les noms de Christian de Chergé et de ses compagnons du monastère de Tibhirine, sept moines enlevés puis tués au printemps 1996 par les terroristes. C'est là qu'a commencé une longue concertation avec notamment les membres de familles des victimes, avant d'entamer officiellement la procédure en 2007. «C'est une reconnaissance très profonde de la part de l'Eglise catholique, suite à une enquête qui a duré cinq années. Il y a eu démonstration que ces moines ont préféré servir en Algérie par dévouement et dévotion», a indiqué, mi-septembre dernier, le ministre des Affaires religieuses, M. Mohamed Aïssa. «La reconnaissance de ces moines n'exclut en rien la reconnaissance de l'Algérie de leurs efforts. C'est pourquoi la reconnaissance sera aussi politique», a ajouté Mohamed Aïssa. Hier à la veille de cet important événement, deux mosquées ont été inaugurées. La première, la mosquée «Ribat Tolba», dont d'un bienfaiteur et érigée sur les hauteurs du mont Murdjadjou, est un lieu historique, situé près du mausolée de Sidi Abdelkader Djilani. L'autre mosquée inaugurée est baptisée «Emir Abdelkader», à Haï El-Barki. Il s'agit d'un don de la société turque «Tosyali Algérie» de production de l'acier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.