L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Deux casemates pour terroristes détruites par l'ANP à Chlef et Boumerdès (MDN)    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Expositions, conférences et ateliers à Bouira    La journée du «doute»    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Statut particulier, hausse des salaires, formation: Les imams satisfaits des discussions    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    LFP - Réunion demain pour présenter le nouveau SG    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    Baghdad Bounedjah élu ballon d'or Algérien 2018    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Tahrat gravement touché au genou    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Fièvre aphteuse-peste des petits ruminants : Aucun impact sur les bêtes de sacrifice de l'Aïd El Adha    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    M. Mohamed Ayadi à propos de la Transsaharienne : "Pour un meilleur développement des liens économiques entre les pays qui y seront reliés"    L'usine mise sous audit    6 productions en compétition    «Retrait américain» et repositionnement des autres acteurs    Un aboutissement de la revendication identitaire    Pour l'institution d'un prix «Si Muhend U Mhand»    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    11 janvier 1992-11 janvier 2018 : La fable criminelle de la sauvegarde de la démocratie    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Choc à Constantine, derby au centre    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    Lettre aux Français du président : «Je ne vous ai pas compris !»    L'énigme Hamrouche    Cortesse, un pan d'histoire à l'abandon    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    Le Hic en mini-tournée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump veut un référendum au Sahara Occidental
Pour redéfinir sa stratégie en Afrique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 12 - 2018

Une voix forte, et pas des moindres, s'est élevée jeudi à Washington pour réclamer l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental. John Bolton, conseiller à la Sécurité du Président Trump, a modifié toute la donne en cours en livrant un aperçu de ce qui se prépare, peut-être, à Washington.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - On le savait fidèle à sa réputation d'homme juste en faveur de l'indépendance du peuple sahraoui, mais tel que prononcé, son discours sur «les blocages» au Sahara Occidental semble aujourd'hui lié à des développements inattendus. Le chef du Conseil national de sécurité s'exprimait, en effet, lors d'une conférence de presse spécialement organisée pour donner un aperçu de la nouvelle stratégie que compte développer le Président américain en Afrique.
Il se trouve justement que les intentions de Trump semblent contrariées par la situation au Sahara Occidental. «Frustration, frustration», a répété le chef du National Security Council (NSC), affirmant que le temps était venu pour que la Minurso accomplisse sa mission. Cette dernière a été déployée pour veiller au maintien du cessez-le-feu et permettre l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui. «Vous devriez penser au peuple sahraoui, aux Sahraouis qui sont encore dans les camps des réfugiés», a ajouté John Bolton, soulignant que ces derniers ont «besoin de retourner chez eux et avoir une vie normale». De manière on ne peut plus claire, il explique ensuite que l'administration américaine souhaitait mettre fin à cette situation tout en regrettant que «les mandats de ces missions soient renouvelés systématiquement chaque année sans qu'elles obtiennent les résultats escomptés, à savoir mettre fin aux conflits, a-t-il dit. John Bolton a, ensuite, tenu à rappeler qu'un référendum d'autodétermination devait se tenir il y a 27 ans mais «qu'aucun progrès n'a été enregistré dans ce sens». «27 ans de déploiement et la mission est toujours là, comment pouvez-vous justifier cela ?», a-t-il déclaré avant d'ajouter que les «efforts déployés dans le cadre de cette mission auraient été plus productifs s'ils avaient été consacrés au développement des peuples de la région». Il assène, ensuite : «Le règlement du conflit au Sahara Occidental permettra de réorienter les financements alloués à la mission pour le développement économique.»
A l'américaine, John Bolton a exprimé les grandes tendances qui se dessinent à la Maison Blanche. Le pragmatisme de Trump, ses visées économiques sont contrariés par les conflits qui minent l'une des régions les plus importantes du nord du continent, à savoir le Sahara Occidental. A l'heure actuelle, le plan de règlement du conflit, tel que défini par les Nations-Unies, n'a pu en rien régler le problème en raison des tergiversations marocaines, partie pourtant signataire de l'accord onusien.
Embarqué dans des manœuvres dilatoires visant à écarter ce plan de son objectif initial, le Maroc est appuyé par des Etats, tels que la France et les monarchies du Golfe, dont l'objectif final est de sortir l'accord onusien de son cadre. L'objectif en cours est de parvenir à la mise en place d'une troisième voie qui signifie offrir aux Sahraouis une indépendance sous tutelle marocaine.
L'option a déjà été rejetée par les concernés, mais le Maroc maintient sa pression. Plus grave encore, il a induit une tension supplémentaire en provoquant gravement et perpétuellement l'Algérie.
La stabilité de la région s'en trouve dangereusement menacée. Or, cette situation n'arrange visiblement en rien les «affaires» de Trump. La tendance risque de se voir renversée très vite dans le dossier du Sahara Occidental.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.