Mouvement citoyen : quelle forme de structuration ?    Ici et maintenant    Gare aux activistes revanchards    Partenariat algéro-italien: Des hélicoptères seront fabriqués à Sétif    Gaz gratuit pour la France et rupture des relations avec Exxonmobil: Les réponses de Sonatrach    Eco-construction: Groupe Hasnaoui, une longueur d'avance    UNAF - Tournoi international U-15: Le Maroc sacré, l'Algérie deuxième    En amical : Algérie-Tunisie, ce soir à Blida - Une revue d'effectif décisive    CAN-2019 (U23) : Algérie - Guinée équatoriale, aujourd'hui à 17h00: Le match de la confirmation pour les Verts    Des terrains désaffectés après les relogements transformés en décharges: Des habitants de Ras El Aïn réclament l'installation de clôtures    Vol et trafic de drogue, trois personnes arrêtées    Arzew: 77 millions de dinars pour l'aménagement du front de mer    De l'Etat profond de Saadani    Rehausser le débat    Mesrati remporte le grand prix 3 étoiles    Le FLN et le RND se prononcent    Zetchi satisfait de ses deux premières années de règne    Les déterminants du cours du pétrole et son impact sur l'économie algérienne    Plus de 310 exposants de plus de 20 pays attendus au prochain SIMEM    L'Afrique du Sud, dernier qualifié à la phase finale    Réunion ministérielle préparatoire à la Conférence internationale de solidarité avec le peuple sahraoui    Jaafari appelle l'ONU «à prendre une position officielle claire»    Rassemblement à la Grande-Poste    Plus de 560 jeunes au championnat national de calcul mental    Extension du siège de l'APC de Sidi Khettab (Relizane)    Saisie de un million d'euros en fausses coupures    L'UFDS de Nourredine Bahbouh s'oppose à l'intervention de l'Armée    2e édition du séminaire sur la cyber-sécurité et la cyber-défense    Les films de 1999 impressionnent toujours    Ouverture à Boufarik de la 5e session de qualification    Sovac / Skoda : Simulation du crédit 0 % sur l'Octavia    Nissan teste la technologie invisible-to-visible en conditions réelles    Algérie Télécom s'explique    Louisa Hanoune dit "non" à Zeroual    Gaïd Salah en visite de travail    Ressources halieutiques : Hausse de la production nationale en 2017 mais recul des quantités exportées    422 morts en janvier et février    Nissan Le groupe abaisse ses prévisions, passe une charge liée à Ghosn    Carburants en France : Macron projette de moduler les taxes en fonction du cours du pétrole    Chine : Xi Jinping, allié et rival, en visite d'Etat en France    3 kamikazes de l'EI tués dans le Nord proche de la Syrie    Festival lire en fête : Affluence considérable des enfants à Chlef    L'économiste Ferhat AÎT Ali : " Une grève générale constituerait un danger pour le pays "    Tewfik Khelladi limogé    Equipe nationale de football.. Boudaoui libéré au profit des U23    JSMT-OMA : plusieurs policiers blessés à l'issue du match    Des mesures à prendre en extrême urgence    Ouverture du festival du printemps    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump veut un référendum au Sahara Occidental
Pour redéfinir sa stratégie en Afrique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 12 - 2018

Une voix forte, et pas des moindres, s'est élevée jeudi à Washington pour réclamer l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental. John Bolton, conseiller à la Sécurité du Président Trump, a modifié toute la donne en cours en livrant un aperçu de ce qui se prépare, peut-être, à Washington.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - On le savait fidèle à sa réputation d'homme juste en faveur de l'indépendance du peuple sahraoui, mais tel que prononcé, son discours sur «les blocages» au Sahara Occidental semble aujourd'hui lié à des développements inattendus. Le chef du Conseil national de sécurité s'exprimait, en effet, lors d'une conférence de presse spécialement organisée pour donner un aperçu de la nouvelle stratégie que compte développer le Président américain en Afrique.
Il se trouve justement que les intentions de Trump semblent contrariées par la situation au Sahara Occidental. «Frustration, frustration», a répété le chef du National Security Council (NSC), affirmant que le temps était venu pour que la Minurso accomplisse sa mission. Cette dernière a été déployée pour veiller au maintien du cessez-le-feu et permettre l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui. «Vous devriez penser au peuple sahraoui, aux Sahraouis qui sont encore dans les camps des réfugiés», a ajouté John Bolton, soulignant que ces derniers ont «besoin de retourner chez eux et avoir une vie normale». De manière on ne peut plus claire, il explique ensuite que l'administration américaine souhaitait mettre fin à cette situation tout en regrettant que «les mandats de ces missions soient renouvelés systématiquement chaque année sans qu'elles obtiennent les résultats escomptés, à savoir mettre fin aux conflits, a-t-il dit. John Bolton a, ensuite, tenu à rappeler qu'un référendum d'autodétermination devait se tenir il y a 27 ans mais «qu'aucun progrès n'a été enregistré dans ce sens». «27 ans de déploiement et la mission est toujours là, comment pouvez-vous justifier cela ?», a-t-il déclaré avant d'ajouter que les «efforts déployés dans le cadre de cette mission auraient été plus productifs s'ils avaient été consacrés au développement des peuples de la région». Il assène, ensuite : «Le règlement du conflit au Sahara Occidental permettra de réorienter les financements alloués à la mission pour le développement économique.»
A l'américaine, John Bolton a exprimé les grandes tendances qui se dessinent à la Maison Blanche. Le pragmatisme de Trump, ses visées économiques sont contrariés par les conflits qui minent l'une des régions les plus importantes du nord du continent, à savoir le Sahara Occidental. A l'heure actuelle, le plan de règlement du conflit, tel que défini par les Nations-Unies, n'a pu en rien régler le problème en raison des tergiversations marocaines, partie pourtant signataire de l'accord onusien.
Embarqué dans des manœuvres dilatoires visant à écarter ce plan de son objectif initial, le Maroc est appuyé par des Etats, tels que la France et les monarchies du Golfe, dont l'objectif final est de sortir l'accord onusien de son cadre. L'objectif en cours est de parvenir à la mise en place d'une troisième voie qui signifie offrir aux Sahraouis une indépendance sous tutelle marocaine.
L'option a déjà été rejetée par les concernés, mais le Maroc maintient sa pression. Plus grave encore, il a induit une tension supplémentaire en provoquant gravement et perpétuellement l'Algérie.
La stabilité de la région s'en trouve dangereusement menacée. Or, cette situation n'arrange visiblement en rien les «affaires» de Trump. La tendance risque de se voir renversée très vite dans le dossier du Sahara Occidental.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.