M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    Le 53e vendredi s'annonce grandiose à Alger    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Le virus de l'argent en quarantaine !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Libye : retour à la case départ    Une expulsion et des interrogations    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Nouvelles accusation contre Anis Rahmani    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Suisse, un système politique particulièrement opaque…
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 12 - 2018

Depuis plus de 7 ans, le système politique suisse est considéré comme un des plus opaques par le Groupe d'Etats pour la lutte contre la corruption (Greco), un organisme intergouvernemental européen pourtant très conciliant avec les mécanismes anti-démocratiques existant dans l'ensemble des pays européens. Et ce n'est pas pour rien. En Suisse, les dons faits aux partis ne font l'objet d'aucune obligation de déclaration. Il n'y a même aucune législation concernant le financement des partis. Il en résulte une opacité dont sont particulièrement friands les grands groupes financiers et les lobbyistes. Ceux-ci sont omniprésents dans la vie politique suisse.
… Au service des grands patrons et des banquiers
D'autre part, les modalités d'élection de l'organe exécutif du pouvoir suisse sont particulièrement anti-démocratiques. L'organe exécutif suisse est donc représentatif des principales forces politiques du pays. Concrètement, l'élaboration des lois est très longue et complexe car elle fait toujours l'objet d'un accord entre les différents acteurs. Mais si cette culture du consensus peut apparaître attirante sur le papier, elle représente surtout les intérêts des grands groupes économiques et financiers du pays.
En effet, dans le système politique suisse, la porosité entre les milieux d'affaires et la vie politique est très forte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.