Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    Présidentielle: l'ANIE a réussi la mission de préserver la voix du peule    FC Barcelone : Le successeur de Piqué déjà identifié ?    SIDI BEL ABBES : 53,43 % taux de participation à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE : Un taux de participation de 44 ,24% à Oran    Rejet massif des résultats de l'élection    TIARET : Découverte d'une bombe artisanale    Secousse tellurique de magnitude 3,2 degrés à Boumerdès    TISSEMSILT : Délocalisation du concours des agents d'administration à Tiaret    MASCARA : Un parc illicite sur un espace de l'APC    AIN TEMOUCHENT : Arrestation d'un individu en possession d'un drone    Classement FIFA des dames : l'Algérie termine l'année à la 84e place    Premier League: Mané élu joueur du mois de novembre    Deux contrebandiers arrêtés à Ouargla et un autre appréhendé à Biskra    Présidentielle de 12 décembre : taux de participation global de 39,33 %    Abdelmadjid Tebboune élu Président de la République    Présidentielle du 12 décembre : 20 individus arrêtés à Relizane pour entrave à l'opération de vote    Des vents forts vendredi sur plusieurs wilayas du Nord et des Hauts-Plateaux    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    3 à 5 mois d'indisponibilité pour Atal    Transfert des centres de vote    165 foyers raccordés au gaz naturel    Mehiaoui : "Les actionnaires de la SSPA seront remplacés"    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel pour un procès «équitable» de Adlène Mellah
IL SE TIENDRA LE 23 JANVIER PROCHAIN
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 01 - 2019

C'est le 23 janvier prochain que le procès en appel du journaliste Adlène Mellah se tiendra avec la détermination du collectif de sa défense de le libérer.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Lors du procès en première instance, le 25 décembre dernier, le journaliste a été condamné à une année de prison ferme pour «attroupement illégal», lui qui prenait part, quinze jours auparavant, à un sit-in de soutien au chanteur Réda City 16, devant le Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi.
Adlène Mellah, qui croupit à la prison d'El Harrach, a entamé, depuis maintenant quatre semaines, une grève de la faim. Il souffrirait d'un début de paralysie de la jambe gauche et serait dans un état de santé précaire et, donc, préoccupant.
Un «état de santé très dégradé dont je suis choquée», témoigne, d'ailleurs, la femme du détenu dans une lettre émouvante à l'issue d'une visite qu'elle lui a rendue le 10 janvier écoulé. Ce qui a «visiblement nui à son état et l'affaiblit, présentant un très grave danger sur sa vie, plus que jamais». Et de poursuivre en exprimant son regret par rapport au «silence des responsables qui pèse autour de l'affaire, loin des droits de l'Homme que la Constitution algérienne garantit aux citoyens». «Cet état de santé dangereux que j'ai vu de mes propres yeux aujourd'hui a été confirmé par le médecin spécialiste qui a examiné mon mari et l'a trouvé dans un état très difficile», écrit encore l'épouse de Mellah qui, selon elle, «n'arrive pas à bouger son bras et son pied gauches, à cause de ce qui semble être le début d'une paralysie partielle, et souffre selon son médecin d'une infection au niveau des yeux à cause de la lumière qui reste allumée toute la nuit dans sa cellule, chose que j'ai remarquée dans ses yeux gonflés».
Et de faire part de sa revendication d'un «procès équitable dans lequel tous ses droits seront garantis, loin de toutes les mesures politiciennes qui l'avaient conduit à la prison». Pour son épouse, Adlène Mellah «ne fait pas cette grève de la faim pour gagner la sympathie de quiconque, ou de réclamer le pardon pour une erreur qu'il n'a pas commise, mais pour avoir droit à un procès équitable et à ses droits, selon les lois et la Constitution algériennes. Un procès dans lequel les avocats pourront plaider la cause de leur client et exposer les dépassements dont il a été victime à cause de son activité politique qui aurait dérangé des cercles, ces derniers n'ont pas trouvé de solutions à part l'instrumentalisation de la justice et de prendre le risque de sacrifier l'Etat de droit afin de réduire au silence des voix et de faire taire un journaliste qui exerce son droit constitutionnel à la critique dans le respect des lois de la république».
L'épouse de Mellah finit sa lettre par un appel à «toutes les associations et les organisations de défense des droits de l'Homme, aux confrères et aux militants et acteurs de la société civile, pour sauver mon mari» et un autre des plus importants, «au président de la République afin d'ouvrir une enquête urgente sur les dépassements qu'avait subis mon mari qui a négligé toutes les consignes et les indications du président qui interdit l'emprisonnement des journalistes».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.