Un téléthon pour financer la Mauritanie lors de la CAN    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    Ligue 1 : Match à six points pour le CABBA et la JSS    En bref…    Ouverture des inscriptions pour la formation «Design en permaculture»    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Neutralité écornée    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les graves accusations du Snapo
DES OPERATEURS À L'ORIGINE DE LA PENURIE DE PLUS DE 120 MEDICAMENTS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 01 - 2019

Pas moins de 120 à 130 médicaments sont indisponibles sur le marché et autant connaissent une véritable tension. Le Syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo) accuse certains opérateurs d'être à l'origine de cette situation. Ils sont, selon son président, connus de tous.
Nawal Imès- Alger (Le Soir)- La tension que connaît le marché du médicament est loin d'être une vue de l'esprit. La commission mixte regroupant le Snapo, l'Unop et l'Association des distributeurs a remis ses conclusions. Il en ressort que pas moins de 130 médicaments sont introuvables en pharmacies et autant d'autres connaissent une rareté et une indisponibilité épisodiques. C'est le président du Syndicat national des pharmaciens d'officine qui le révèle sur les ondes de la Chaîne 1 de la Radio nationale. Messaoud Belambri ajoute que la pénurie touche autant les médicaments produits localement que ceux importés avec un taux de 30% de médicaments destinés aux malades chroniques. Les raisons ? Le président du Snapo accuse clairement certains opérateurs qui, dit-il, de par leurs pratiques sont à l'origine de la rareté ou la non-disponibilité du médicament. Ils sont, dit-il, entre 60 et 80 opérateurs à intervenir dans le processus d'importation. Certains, dit-il, font preuve de professionnalisme et respectent leurs programmes d'importation alors que d'autres sont directement responsables des pénuries. Ces opérateurs, affirme Belambri, sont connus de tous. Il évoque une autre raison qui est à l'origine de la non-stabilité du marché du médicament. Il explique que, très souvent, le ministère de la Santé ajoute à la liste des médicaments interdits à l'importation dès qu'un opérateur national s'engage à le produire. La tutelle, dit-il, prêche par excès de précipitation car souvent le producteur national accuse du retard dans son programme de production. Pour le président du Snapo, le ministère de la Santé doit faire jouer les mécanismes de contrôle et ne peut pas approuver un programme d'importation sans faire, par la suite, le suivi pour s'assurer de son respect et pouvoir pallier les situations de crise si le contrat n'est pas rempli. Ces ruptures, dit-il, causent de graves dysfonctionnements au marché car lorsqu'un médicament n'est plus disponible, il faut souvent une année pour revenir à une situation de normalité. Les pharmaciens qui sont au nombre de 11 000 à exercer sont l'interface des malades et doivent souvent faire face à leur mécontentement. Il est temps, assure le président du Snapo, de réfléchir à la production des matières premières localement. Ce n'est pas une mission impossible, dit-il, puisque le pari de la production nationale est en passe d'être relevé avec des besoins couverts à hauteur de 60%. Le Snapo soulève d'autres questions liées à l'exercice de la profession de pharmacien. S'il s'est félicité de la promulgation de la nouvelle loi sanitaire, son président appelle à la préparation urgente des textes d'application sans lesquels la loi reste inapplicable.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.