Benflis à propos de la dernière lettre de Bouteflika.. «Un mépris insondable à l'égard du peuple»    FCE.. Le Conseil exécutif se réunira fin mars    Chlef.. Un réseau de vol de voitures démantelé    Selon le ministère des affaires étrangères ..«Les informations attribuées à M. Lamamra sont sans fondement»    Constantine.. Opération d'attribution de 4.254 logements    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    Anthar Yahia sort de sa réserve : «Je n'ai jamais été sollicité pour le MJS»    Rabah Bouarifi, ancien président de la fédération algérienne de basket-ball : «Ali Slimani n'a pas tenu ses promesses»    MINISTRE RUSSE LAVROV : La Russie rejette toute ingérence dans les affaires algériennes    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Ouyahia prépare ses valises    AEROPORT INTERNATIONAL D'ALGER : Arrestation d'une personne en possession de 9.200 euros    GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les raisons d'une pénurie
Médicaments
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 06 - 2012

Le président du Syndicat national des pharmaciens d'officines, le docteur Messaoud Belambri, était hier l'invité de la rédaction de la Chaîne 3. Au cours de son intervention, il n'a pas manqué de dénoncer la défaillance d'un système de gestion causant, depuis plusieurs années déjà, une pénurie des médicament de grande importance pour les malades chroniques.
Le président du Syndicat national des pharmaciens d'officines, le docteur Messaoud Belambri, était hier l'invité de la rédaction de la Chaîne 3. Au cours de son intervention, il n'a pas manqué de dénoncer la défaillance d'un système de gestion causant, depuis plusieurs années déjà, une pénurie des médicament de grande importance pour les malades chroniques.
Alors que le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Djamel Ould Abbès, annonce que « 720 millions de dollars ont été consacrés à l'importation de médicaments durant les quatre premiers mois de 2012 en Algérie », et que la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) dément l'existence d'une pénurie de produits pharmaceutiques dans les établissements de santé publique, les praticiens de la santé et les officines crie au scandale avec un manque flagrants de médicaments de premier nécessité.
Cette pénurie qui perdure reste pour le Dr Messaoud Belambri « une situation très perturbé au niveau des pharmacies d'officines. Une perturbation causée par l'indisponibilité de pas mal de médicaments » car « il y a une pénurie de 150 médicaments de marque et de 70 médicament de dénomination commune internationale (DCI) », annonce le président de Snapo. D'ailleurs, l'un des effets néfastes de cette pénurie est visible sur le terrain puisque plusieurs pharmaciens s'orientent vers la parapharmacie « c'est une lassitude qui se perçoit au sein de la profession », signale Messaoud Belambri, avant d'ajouter que ce changement est effectué dans le but de « remplacer, dans certains cas, des médicaments par d'autres produits qui ne sont pas proprement dit des médicaments et qui malheureusement ne peuvent pas avoir les mêmes effets ». Pour le président de la Snapo, les 150 médicaments manquant sur le marché, renvoient à plusieurs facettes de ruptures « il y a des médicaments qui rentrent en quantité insuffisante, qui apparaissent, qui disparaissent, qui restent sous tension, que l'on trouve difficilement après quelques semaines de recherche ».
L'intervenant a rappelé que sur le territoire national, il existe plus de 500 grossistes et 8.500 pharmacies d'officine soutenant : « Je pense qu'il est difficile pour un pharmacien de faire le tour de touts les grossistes d'Algérie pour satisfaire ses patients ».
Guerre froide entre
les intervenants
C'est avec beaucoup de désolation que le président de Snapo affirme que « nous sommes en train de patauger dans un système, qui a mon avis, a prouvé ses
limites », réclamant encore une fois « une communication collaborative afin de se sortir de ce système de prévision, de programme d'importation approuvé, qui par la suite n'est pas correctement respecté par quelques opérateurs ».
Revenant sur la pérennité de cette crise qui met à mal surtout les patients, le Dr Messaoud Belambri annonce qu'« il y a 4 ou 5 ans de cela, le pays a connu une épidémie de conjonctivite pendant l'été. Cela avait eu une conséquence, pendant un an, sur la disponibilité des médicaments, sur les collyres, les antiseptiques et les antibiotiques. Que peut-on penser alors des listes de médicaments allant de 50 jusqu'à 200 produits et qui dure depuis 3 ans ou plus. Alors les conséquences sont beaucoup plus graves ».
Quel est donc l'antidote ?
Pour y remédier, il réitère la revendication du Snapo de la « réforme du système. On ne peut pas rester avec un système qui fonctionne uniquement avec un programme d'importation d'une année et qui est signé à temps ou pas par le ministère de la Santé. Puisque quelques opérateurs remettent en cause les délais de
signature ». La défaillance de système d'importation est certes l'une des causes de cette pénurie affligeante et exorbitante mais pour l'intervenant, président de l'un des syndicats les plus actifs dans le secteur de la santé, cela est dû à la défaillance à
« plusieurs niveaux.Au niveau de l'importation, au niveau de la production, puisque quelques producteurs manquent de matières premières, et aussi au niveau de la distribution ». Pour expliquer cette défaillance, il ajoutera qu'« il y a une mauvaise distribution » et qu'« il y a une rétention de stock ». Ces agissements pour le Dr Messaoud Belambri sont immoraux démontrant un « comportement qui n'est pas déontologique. Car ce qu'il faut savoir, en amont, par rapport à l'officine, c'est pratiquement les règles strictement économiques, financières et commerciales qui sévissent. La déontologie sévit seulement au niveau des officines ».
Concernant le monopole de quelques grossistes sur le marché national du médicament et qui ont le « droit de vie ou de mort », M. Belambri a ajouté que certains « producteurs locaux et de grands laboratoires internationaux se plaignent justement de certaines pratiques de la distribution qui disent clairement à tout le monde et de manière ouverte que des distributeurs ont le droit de vie ou de mort sur certains produits ».
Enfin, il est à noter que du même côté du Snapo, avec les mêmes conclusions, le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) a affirmé que des médicaments essentiels continuent de manquer au sein des hôpitaux. Le Syndicat a rendu publiques, le 28 mai passé, les conclusions d'une enquête nationale sur la pénurie des médicaments au niveau des établissements de santé publique qu'il a effectuée du 20 mars au 20 mai. « Nous avons constaté un manque flagrant et parfois une rupture totale de médicaments essentiels », déplore le premier responsable du SNPSP, le Dr Lyes Merabet.
Alors que le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Djamel Ould Abbès, annonce que « 720 millions de dollars ont été consacrés à l'importation de médicaments durant les quatre premiers mois de 2012 en Algérie », et que la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) dément l'existence d'une pénurie de produits pharmaceutiques dans les établissements de santé publique, les praticiens de la santé et les officines crie au scandale avec un manque flagrants de médicaments de premier nécessité.
Cette pénurie qui perdure reste pour le Dr Messaoud Belambri « une situation très perturbé au niveau des pharmacies d'officines. Une perturbation causée par l'indisponibilité de pas mal de médicaments » car « il y a une pénurie de 150 médicaments de marque et de 70 médicament de dénomination commune internationale (DCI) », annonce le président de Snapo. D'ailleurs, l'un des effets néfastes de cette pénurie est visible sur le terrain puisque plusieurs pharmaciens s'orientent vers la parapharmacie « c'est une lassitude qui se perçoit au sein de la profession », signale Messaoud Belambri, avant d'ajouter que ce changement est effectué dans le but de « remplacer, dans certains cas, des médicaments par d'autres produits qui ne sont pas proprement dit des médicaments et qui malheureusement ne peuvent pas avoir les mêmes effets ». Pour le président de la Snapo, les 150 médicaments manquant sur le marché, renvoient à plusieurs facettes de ruptures « il y a des médicaments qui rentrent en quantité insuffisante, qui apparaissent, qui disparaissent, qui restent sous tension, que l'on trouve difficilement après quelques semaines de recherche ».
L'intervenant a rappelé que sur le territoire national, il existe plus de 500 grossistes et 8.500 pharmacies d'officine soutenant : « Je pense qu'il est difficile pour un pharmacien de faire le tour de touts les grossistes d'Algérie pour satisfaire ses patients ».
Guerre froide entre
les intervenants
C'est avec beaucoup de désolation que le président de Snapo affirme que « nous sommes en train de patauger dans un système, qui a mon avis, a prouvé ses
limites », réclamant encore une fois « une communication collaborative afin de se sortir de ce système de prévision, de programme d'importation approuvé, qui par la suite n'est pas correctement respecté par quelques opérateurs ».
Revenant sur la pérennité de cette crise qui met à mal surtout les patients, le Dr Messaoud Belambri annonce qu'« il y a 4 ou 5 ans de cela, le pays a connu une épidémie de conjonctivite pendant l'été. Cela avait eu une conséquence, pendant un an, sur la disponibilité des médicaments, sur les collyres, les antiseptiques et les antibiotiques. Que peut-on penser alors des listes de médicaments allant de 50 jusqu'à 200 produits et qui dure depuis 3 ans ou plus. Alors les conséquences sont beaucoup plus graves ».
Quel est donc l'antidote ?
Pour y remédier, il réitère la revendication du Snapo de la « réforme du système. On ne peut pas rester avec un système qui fonctionne uniquement avec un programme d'importation d'une année et qui est signé à temps ou pas par le ministère de la Santé. Puisque quelques opérateurs remettent en cause les délais de
signature ». La défaillance de système d'importation est certes l'une des causes de cette pénurie affligeante et exorbitante mais pour l'intervenant, président de l'un des syndicats les plus actifs dans le secteur de la santé, cela est dû à la défaillance à
« plusieurs niveaux.Au niveau de l'importation, au niveau de la production, puisque quelques producteurs manquent de matières premières, et aussi au niveau de la distribution ». Pour expliquer cette défaillance, il ajoutera qu'« il y a une mauvaise distribution » et qu'« il y a une rétention de stock ». Ces agissements pour le Dr Messaoud Belambri sont immoraux démontrant un « comportement qui n'est pas déontologique. Car ce qu'il faut savoir, en amont, par rapport à l'officine, c'est pratiquement les règles strictement économiques, financières et commerciales qui sévissent. La déontologie sévit seulement au niveau des officines ».
Concernant le monopole de quelques grossistes sur le marché national du médicament et qui ont le « droit de vie ou de mort », M. Belambri a ajouté que certains « producteurs locaux et de grands laboratoires internationaux se plaignent justement de certaines pratiques de la distribution qui disent clairement à tout le monde et de manière ouverte que des distributeurs ont le droit de vie ou de mort sur certains produits ».
Enfin, il est à noter que du même côté du Snapo, avec les mêmes conclusions, le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) a affirmé que des médicaments essentiels continuent de manquer au sein des hôpitaux. Le Syndicat a rendu publiques, le 28 mai passé, les conclusions d'une enquête nationale sur la pénurie des médicaments au niveau des établissements de santé publique qu'il a effectuée du 20 mars au 20 mai. « Nous avons constaté un manque flagrant et parfois une rupture totale de médicaments essentiels », déplore le premier responsable du SNPSP, le Dr Lyes Merabet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.