Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Les conservateurs de tomate se concertent    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Comment affecte notre productivité    Près de 17 000 feux de forêts et plus de 19 000 cas de noyades en 2018    Les habitants de la commune de Cherchar réclament logements et aménagement urbain    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Arlequin valet de deux maîtres en hommage à Alloula    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Ce que propose Bouteflika    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    Djamel Belmadi (sélectionneur de l'Algérie) : "Une revue d'effectif en vue de la phase finale"    Coupe de la CAF, NAHD-Zamalek (0-0): L'ombre de Gasmi    L'impératif de nouvelles réformes    "Pour chaque problème existe une solution"    "Regardez ce qui s'est passé en Irak"    Blida : Plus de 10.000 personnes aux besoins spécifiques bénéficient de la pension d'handicapé    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    El Tarf : Près de 600 infractions liées à l'environnement recensées en 2018    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Les professionnels dénoncent le statu quo    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Fin de parcours pour la JS Saoura    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Romain Gary sur les écrans
Institut français d'Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 02 - 2019

Le long-métrage français «La promesse de l'aube» adapté du roman éponyme de Romain Gary sera projeté ce mercredi à l'Institut français d'Alger. Sorti en France en 2017, ce film raconte le parcours atypique d'un écrivain majeur du XXe siècle.
Prévu à 15h et à 18h à l'IFA, ce film coécrit et réalisé par Eric Barbier d'après l'œuvre autobiographique de Romain Gary revient sur la relation passionnelle entre l'écrivain et sa mère Nina.
C'est Charlotte Gainsbourg qui incarnera ce rôle difficile d'une mère polonaise aimante et autoritaire qui nourrit pour son fils des ambitions de gloire et de célébrité littéraire. La montée de l'antisémitisme dans ce pays les poussera néanmoins à fuir en France où Nina continuera de harceler son enfant pour qu'il s'exerce à l'écriture et va même jusqu'à freiner sa passion pour la peinture. Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, Romain s'engage dans l'armée où il se distingue dans l'aviation. Blessé, il sera envoyé en Afrique où il passera trois ans avant de revenir en France. Courant chez sa mère pour lui annoncer qu'un éditeur venait enfin d'accepter son roman, il trouvera la porte close. Nina était morte trois ans auparavant.
Cette complicité artistique, filiale et affective entre Romain Gary et sa mère l'auront marqué à tout jamais. Son roman majeur La promesse de l'aube décrit ainsi cette obsession réciproque de laisser son empreinte dans l'histoire de la littérature. Son désir de gloire et d'immortalité le poussera même à narguer l'Académie des Goncourt en décrochant le prestigieux prix deux fois (ce qui est théoriquement impossible) : la première en 1956 avec Les racines du ciel puis en 1975 avec La vie devant soi sous le pseudonyme d'Emile Ajar. Ce qui déclenchera une polémique considérable en France.
D'une durée de deux heures, le film d'Eric Barbier tente de recomposer cette vie en mosaïque d'un écrivain exceptionnel mais surtout l'impact durable qu'aura eu sur lui une mère à la fois passionnée, excentrique et envahissante. Bien accueilli par la critique, le film a été salué pour son souffle et sa capacité à restituer la magnificence de l'œuvre et de la vie de Gary. Eric Barbier est, pour rappel, le scénariste du Péril jeune (1994) de Cédric Klapisch ; il a également réalisé six longs-métrages dont Le brasier (1991) qui revient sur les luttes sociales dans le milieu minier en France durant les années 1930 et qui a défrayé la chronique par l'importance inédite de son budget (plus de 100 millions de francs) contrastant avec un échec commercial à sa sortie ; Le serpent (2007) un polar adapté du roman de l'écrivain britannique Ted Lewis, etc.
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.