Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Romain Gary sur les écrans
Institut français d'Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 02 - 2019

Le long-métrage français «La promesse de l'aube» adapté du roman éponyme de Romain Gary sera projeté ce mercredi à l'Institut français d'Alger. Sorti en France en 2017, ce film raconte le parcours atypique d'un écrivain majeur du XXe siècle.
Prévu à 15h et à 18h à l'IFA, ce film coécrit et réalisé par Eric Barbier d'après l'œuvre autobiographique de Romain Gary revient sur la relation passionnelle entre l'écrivain et sa mère Nina.
C'est Charlotte Gainsbourg qui incarnera ce rôle difficile d'une mère polonaise aimante et autoritaire qui nourrit pour son fils des ambitions de gloire et de célébrité littéraire. La montée de l'antisémitisme dans ce pays les poussera néanmoins à fuir en France où Nina continuera de harceler son enfant pour qu'il s'exerce à l'écriture et va même jusqu'à freiner sa passion pour la peinture. Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, Romain s'engage dans l'armée où il se distingue dans l'aviation. Blessé, il sera envoyé en Afrique où il passera trois ans avant de revenir en France. Courant chez sa mère pour lui annoncer qu'un éditeur venait enfin d'accepter son roman, il trouvera la porte close. Nina était morte trois ans auparavant.
Cette complicité artistique, filiale et affective entre Romain Gary et sa mère l'auront marqué à tout jamais. Son roman majeur La promesse de l'aube décrit ainsi cette obsession réciproque de laisser son empreinte dans l'histoire de la littérature. Son désir de gloire et d'immortalité le poussera même à narguer l'Académie des Goncourt en décrochant le prestigieux prix deux fois (ce qui est théoriquement impossible) : la première en 1956 avec Les racines du ciel puis en 1975 avec La vie devant soi sous le pseudonyme d'Emile Ajar. Ce qui déclenchera une polémique considérable en France.
D'une durée de deux heures, le film d'Eric Barbier tente de recomposer cette vie en mosaïque d'un écrivain exceptionnel mais surtout l'impact durable qu'aura eu sur lui une mère à la fois passionnée, excentrique et envahissante. Bien accueilli par la critique, le film a été salué pour son souffle et sa capacité à restituer la magnificence de l'œuvre et de la vie de Gary. Eric Barbier est, pour rappel, le scénariste du Péril jeune (1994) de Cédric Klapisch ; il a également réalisé six longs-métrages dont Le brasier (1991) qui revient sur les luttes sociales dans le milieu minier en France durant les années 1930 et qui a défrayé la chronique par l'importance inédite de son budget (plus de 100 millions de francs) contrastant avec un échec commercial à sa sortie ; Le serpent (2007) un polar adapté du roman de l'écrivain britannique Ted Lewis, etc.
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.