Coronavirus: 104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès    Général-major Chanegriha : l'ANP prête à soutenir le système sanitaire national dans la lutte contre le coronavirus    104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès en Algérie    REHABILITATION DU RESEAU ROUTIER A ORAN : 46 milliards de centimes pour la maintenance technique    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Liverpool: Sadio Mané prêt à tous les sacrifices pour le Ballon d'or    Réunion Opep-non Opep : garantir les conditions d'équilibre pour une reprise du marché    BOUMERDES : Démantèlement d'un réseau criminel    Le Président Tebboune désigne Abdelghani Rachedi Directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    On vous le dit    Chlef : L'APC envisage de fermer le marché des fruits et légumes    Barça : Ca chauffre entre les dirigeants !    Journées virtuelles du court métrage: audience appréciable, organisateurs satisfaits    Covid 19: proposition d'un revenu au profit des travailleurs privés affectés par la crise    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Monopolisation des produits et augmentation des prix, des "péchés" blâmables    La "citoyenne du monde" revisitée en pleine crise sanitaire    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    La Banque d'Algérie annonce des mesures de soutien    Les avocats appellent à la libération de Brahim Laâlami    La communauté médicale retient son souffle    Un vaccin contre le coronavirus pour l'été    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Bourebbou reconnaît : "Je suis fils de harki"    Après la pandémie, gouverner autrement    Enseignement à distance : Les cours basculent sur le Net    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    ASO Chlef : Les joueurs en contact avec le préparateur physique    Biskra : Des cours on-line pour les élèves du primaire    AGE des Ligues de Wilaya : Les experts et la loi    Royaume-Uni : Transféré en soins intensifs, Boris Johnson lutte pour sa survie    Pandémie du nouveau coronavirus : La France toujours en «phase d'aggravation»    Pandémie de coronavirus en Afrique : L'appel à l'aide de Moussa Faki Mahamat    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    Riche programme culturel sur le web    Mahmoud Aroua. Médecin anesthésiste-réanimateur et auteur : «L'exercice de la médecine enrichit l'imagination»    Tiaret: Reprise des cours à distance à l'université    L'Algérie cherche à acheter 500.000 lunettes de protection et 995.000 blouses médicales    Entrèe en vigueur des sanctions pènales et pècuniaires    1.000 kits de dépistage rapide "prochainement" confectionnés    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Facebook s'invite à la présidentielle
CAMPAGNE ELECTORALE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 02 - 2019

Les Algériens sont loin d'être indifférents aux évènements en cours sur la scène politique. Leur besoin d'exprimer librement leur opinion s'épanche dans les réseaux sociaux où Facebook demeure le plus utilisé.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - A leur manière, les citoyens ont ainsi très tôt commencé à livrer leur avis sur la présidentielle. Les commentaires postés à ce sujet foisonnent, divergent et se déversent à volonté étalant des vérités crues auxquelles font en particulier face candidats et personnalités politiques. Ceux-ci l'ont compris depuis bien longtemps déjà, Facebook offre un espace d'échange et une proximité incontournable avec les Algériens.
Dans l'étape actuelle que traverse l'Algérie, il s'est aussi transformé en véritable terrain où tout un chacun livre sa bataille pour la présidentielle. C'est là que de nouvelles figures se sont ainsi lancées sur la scène politique usant du pouvoir des mots pour sensibiliser et mobiliser autour de projets de société ou de programmes politiques stricts.
Ali Ghediri, ancien général-major de l'ANP qui a créé la surprise en annonçant sa candidature, évolue dans ce cadre en tentant d'offrir un maximum d'informations ayant trait à sa personne, ses activités, son staff…
Les réunions de travail avec son équipe sont parfois retransmises en live, ses interventions et interviews à la presse livrées dans leur intégralité de même que les moments importants de ses sorties sur le terrain.
Ici, Ghediri milite pour la rupture à l'heure où Abderrezak Makri et tous les autres postulants à la présidence de la République poursuivent leurs échanges avec les internautes, pas forcément du même bord politique, et tentent de comprendre sa démarche.
Des équipes spécialement mises sur pied pour répondre aux questions des citoyens ont été installées depuis bien longtemps.
Chez le MSP (Mouvement de la société pour la paix) le staff dédié à cette tâche s'attelle actuellement à expliquer le pourquoi de la candidature de Makri et les raisons ayant poussé ce dernier à se lancer dans une course qu'il qualifie lui-même d'inéquitable.
Les questions des internautes sont souvent posées de manière crue, directe, et les commentaires sévères.
Les Algériens ne se privent pas de dire ce qu'ils pensent tels qu'ils savent le faire, avec ironie, critique mais souvent avec une sincérité déconcertante.
Des candidats ont ainsi été appelés à «sortir plus souvent sur le terrain», d'autres invités «à moins se plaindre des pressions exercées par le pouvoir sur leurs militants ou lors de la collecte de signatures», et d'autres encore appelés à peaufiner leur stratégie électorale en l'adaptant aux réalités du pays.
Il y a une vie sur Facebook. La campagne bat son plein. Partisans et opposants au cinquième mandat s'y livrent une véritable bataille d'idées à force d'arguments de vidéos, d'images ou même de chansons improvisées pour la circonstance.
Si pour l'heure aucune grande tendance ne se dégage, d'aucuns s'interrogent déjà sur l'influence que pourra avoir ce réseau sur le déroulement de la présidentielle.
Beaucoup gardent en mémoire la large campagne de boycott des élections législatives de 2017 lancée sur Facebook et son impact réel ou supposé sur le taux d'abstention enregistré.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.