Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Facebook s'invite à la présidentielle
CAMPAGNE ELECTORALE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 02 - 2019

Les Algériens sont loin d'être indifférents aux évènements en cours sur la scène politique. Leur besoin d'exprimer librement leur opinion s'épanche dans les réseaux sociaux où Facebook demeure le plus utilisé.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - A leur manière, les citoyens ont ainsi très tôt commencé à livrer leur avis sur la présidentielle. Les commentaires postés à ce sujet foisonnent, divergent et se déversent à volonté étalant des vérités crues auxquelles font en particulier face candidats et personnalités politiques. Ceux-ci l'ont compris depuis bien longtemps déjà, Facebook offre un espace d'échange et une proximité incontournable avec les Algériens.
Dans l'étape actuelle que traverse l'Algérie, il s'est aussi transformé en véritable terrain où tout un chacun livre sa bataille pour la présidentielle. C'est là que de nouvelles figures se sont ainsi lancées sur la scène politique usant du pouvoir des mots pour sensibiliser et mobiliser autour de projets de société ou de programmes politiques stricts.
Ali Ghediri, ancien général-major de l'ANP qui a créé la surprise en annonçant sa candidature, évolue dans ce cadre en tentant d'offrir un maximum d'informations ayant trait à sa personne, ses activités, son staff…
Les réunions de travail avec son équipe sont parfois retransmises en live, ses interventions et interviews à la presse livrées dans leur intégralité de même que les moments importants de ses sorties sur le terrain.
Ici, Ghediri milite pour la rupture à l'heure où Abderrezak Makri et tous les autres postulants à la présidence de la République poursuivent leurs échanges avec les internautes, pas forcément du même bord politique, et tentent de comprendre sa démarche.
Des équipes spécialement mises sur pied pour répondre aux questions des citoyens ont été installées depuis bien longtemps.
Chez le MSP (Mouvement de la société pour la paix) le staff dédié à cette tâche s'attelle actuellement à expliquer le pourquoi de la candidature de Makri et les raisons ayant poussé ce dernier à se lancer dans une course qu'il qualifie lui-même d'inéquitable.
Les questions des internautes sont souvent posées de manière crue, directe, et les commentaires sévères.
Les Algériens ne se privent pas de dire ce qu'ils pensent tels qu'ils savent le faire, avec ironie, critique mais souvent avec une sincérité déconcertante.
Des candidats ont ainsi été appelés à «sortir plus souvent sur le terrain», d'autres invités «à moins se plaindre des pressions exercées par le pouvoir sur leurs militants ou lors de la collecte de signatures», et d'autres encore appelés à peaufiner leur stratégie électorale en l'adaptant aux réalités du pays.
Il y a une vie sur Facebook. La campagne bat son plein. Partisans et opposants au cinquième mandat s'y livrent une véritable bataille d'idées à force d'arguments de vidéos, d'images ou même de chansons improvisées pour la circonstance.
Si pour l'heure aucune grande tendance ne se dégage, d'aucuns s'interrogent déjà sur l'influence que pourra avoir ce réseau sur le déroulement de la présidentielle.
Beaucoup gardent en mémoire la large campagne de boycott des élections législatives de 2017 lancée sur Facebook et son impact réel ou supposé sur le taux d'abstention enregistré.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.