Saïd Bouteflika, Mohamed Mediène, Athmène Tartag et Louisa Hanoune, devant le tribunal    Mohamed Charfi rassure les Algériens    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Démission de Salima Ghezali de l'APN    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    L'Algérien Youcef Reguigui termine meilleur sprinter    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le spleen du professeur avant la retraite    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Timide pré-campagne sur la grande toile
PRESIDENTIELLE 2019
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 02 - 2019

La tournure déjà prise par l'élection présidentielle du 18 avril prochain donne une impression de déjà vu, avec un scénario qui met deux camps en vedette, deux camps qui s'étripent surtout sur les réseaux sociaux. Tout ou presque est focalisé sur la candidature du Président en exercice qui, il est vrai, comme ce fut le cas il y a cinq ans, sort de l'ordinaire.
Sans que cela constitue une surprise, l'annonce de la candidature de Bouteflika, faite par le biais de la lettre qui a tout pour entrer dans la postérité, a éclipsé et dérouté du monde parce que, il faut se le dire, il y en avait qui, malgré tous les signes annonciateurs, ne pouvaient pas croire que le Président en exercice allait franchir le pas, eu égard à son état de santé et le vide qu'il a laissé durant tout ce mandat en voie d'être bouclé.
Un haut fait – l'annonce de la candidature du Président – qui a dicté toute la démarche de ceux qui se sont lancés dans la pré-campagne électorale à travers les réseaux sociaux, Facebook tout particulièrement, pour en faire un axe inévitable de leur stratégie de communication. Mais, pour le moment, ce sont surtout les non-partisans qui s'en donnent à cœur-joie sur la toile pour dire tout le mal qu'ils pensent de la candidature de Bouteflika en s'aidant souvent de vidéos et de photos détournées et autres illustrations traficotées à l'aide de Photoshop. La pré-campagne pour la présidentielle on peut la voir, évidemment, sur les pages et les comptes des têtes connues de la scène politique, et c'est plutôt timidement qu'elle s'est ébranlée, les uns et les autres se contentant de commenter l'entrée en scène de Bouteflika. De Soufiane Djilali à Abderrezak Makri en passant par Ali Benflis et Talaie El Houriet qui, en début d'après-midi, annonçait le passage de son chef sur France 24, le son de cloche est identique : tous soulignent le coup de force du pouvoir et de la «dangerosité» de la candidature de Bouteflika pour l'avenir immédiat du pays. Les partis et personnalités politiques semblent vouloir se donner le temps pour affûter leurs armes avant de se lancer dans le bain de la pré-campagne, alors que tout l'intérêt du moment ce sont les commentaires des «citoyens lambda» qui foisonnent pour peut-être donner le ton de ce que sera la campagne électorale.
En dehors des voix «officielles», c'est donc surtout les Algériens libres de toute attache partisane qui font et défont le fil de l'actualité sur les réseaux sociaux, en s'armant souvent de tout l'attirail du parfait opposant pour rejeter, le plus souvent avec des mots extrêmement durs, l'option choisie par le pouvoir de reconduire Bouteflika en tant que candidat à sa propre succession.
Photos, vidéos et autres moyens, donc, tous les moyens sont utilisés pour accrocher. Inévitablement, les fake news, ces fausses nouvelles qui polluent la toile, font partie du décor et cela s'est surtout vu depuis la fin d'après-midi de lundi, soit le lendemain après que Bouteflika eut adressé sa lettre aux Algériens pour annoncer sa candidature. A vrai dire, à farfouiller sur la toile, les seules traces visibles d'une pré-campagne électorale on les retrouve sur les pages et les comptes du candidat Ali Ghediri qui, dans une stratégie bien étudiée apparemment, ne veut pas laisser le vide s'instaurer dans le domaine de la communication, surtout quand cela s'impose en urgence comme cela avait été le cas avec la rumeur du retrait de maître Mokrane Aït Larbi du staff de campagne de l'ex-général-major.
Une rumeur balayée avec la mise en ligne d'une vidéo de l'avocat expliquant le pourquoi de l'entrée en scène de celui qui a attiré ses faveurs. Sinon, ailleurs, pour le moment, ce n'est pas le vide certes, mais les voix sont à peine audibles. Normalement, ça ne saurait tarder pour que tout s'emballe.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.