Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Tizi-Ouzou: 2 oléiculteurs locaux primés au concours national Djaffar Aloum    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Les nouveaux membres de la CRTF installés hier    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La dernière ligne droite    Entre les espoirs d'un vaccin et la baisse des stocks et de l'offre    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Régime sec    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Les non-dits    CORONA, l'ennemi sans nom    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Timide pré-campagne sur la grande toile
PRESIDENTIELLE 2019
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 02 - 2019

La tournure déjà prise par l'élection présidentielle du 18 avril prochain donne une impression de déjà vu, avec un scénario qui met deux camps en vedette, deux camps qui s'étripent surtout sur les réseaux sociaux. Tout ou presque est focalisé sur la candidature du Président en exercice qui, il est vrai, comme ce fut le cas il y a cinq ans, sort de l'ordinaire.
Sans que cela constitue une surprise, l'annonce de la candidature de Bouteflika, faite par le biais de la lettre qui a tout pour entrer dans la postérité, a éclipsé et dérouté du monde parce que, il faut se le dire, il y en avait qui, malgré tous les signes annonciateurs, ne pouvaient pas croire que le Président en exercice allait franchir le pas, eu égard à son état de santé et le vide qu'il a laissé durant tout ce mandat en voie d'être bouclé.
Un haut fait – l'annonce de la candidature du Président – qui a dicté toute la démarche de ceux qui se sont lancés dans la pré-campagne électorale à travers les réseaux sociaux, Facebook tout particulièrement, pour en faire un axe inévitable de leur stratégie de communication. Mais, pour le moment, ce sont surtout les non-partisans qui s'en donnent à cœur-joie sur la toile pour dire tout le mal qu'ils pensent de la candidature de Bouteflika en s'aidant souvent de vidéos et de photos détournées et autres illustrations traficotées à l'aide de Photoshop. La pré-campagne pour la présidentielle on peut la voir, évidemment, sur les pages et les comptes des têtes connues de la scène politique, et c'est plutôt timidement qu'elle s'est ébranlée, les uns et les autres se contentant de commenter l'entrée en scène de Bouteflika. De Soufiane Djilali à Abderrezak Makri en passant par Ali Benflis et Talaie El Houriet qui, en début d'après-midi, annonçait le passage de son chef sur France 24, le son de cloche est identique : tous soulignent le coup de force du pouvoir et de la «dangerosité» de la candidature de Bouteflika pour l'avenir immédiat du pays. Les partis et personnalités politiques semblent vouloir se donner le temps pour affûter leurs armes avant de se lancer dans le bain de la pré-campagne, alors que tout l'intérêt du moment ce sont les commentaires des «citoyens lambda» qui foisonnent pour peut-être donner le ton de ce que sera la campagne électorale.
En dehors des voix «officielles», c'est donc surtout les Algériens libres de toute attache partisane qui font et défont le fil de l'actualité sur les réseaux sociaux, en s'armant souvent de tout l'attirail du parfait opposant pour rejeter, le plus souvent avec des mots extrêmement durs, l'option choisie par le pouvoir de reconduire Bouteflika en tant que candidat à sa propre succession.
Photos, vidéos et autres moyens, donc, tous les moyens sont utilisés pour accrocher. Inévitablement, les fake news, ces fausses nouvelles qui polluent la toile, font partie du décor et cela s'est surtout vu depuis la fin d'après-midi de lundi, soit le lendemain après que Bouteflika eut adressé sa lettre aux Algériens pour annoncer sa candidature. A vrai dire, à farfouiller sur la toile, les seules traces visibles d'une pré-campagne électorale on les retrouve sur les pages et les comptes du candidat Ali Ghediri qui, dans une stratégie bien étudiée apparemment, ne veut pas laisser le vide s'instaurer dans le domaine de la communication, surtout quand cela s'impose en urgence comme cela avait été le cas avec la rumeur du retrait de maître Mokrane Aït Larbi du staff de campagne de l'ex-général-major.
Une rumeur balayée avec la mise en ligne d'une vidéo de l'avocat expliquant le pourquoi de l'entrée en scène de celui qui a attiré ses faveurs. Sinon, ailleurs, pour le moment, ce n'est pas le vide certes, mais les voix sont à peine audibles. Normalement, ça ne saurait tarder pour que tout s'emballe.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.