Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Coronavirus: "L'Algérie a élevé son niveau d'alerte"    Anniversaire de la proclamation de la RASD: élan de soutien au droit à l'autodétermination    Tunisie: L'ARP accorde sa confiance au gouvernement d'Elyès Fakhfakh    Tribunal Sidi M'hamed: Kamel Chikhi dit "El-bouchi" condamné à 8 ans de prison ferme    Pas de cadeaux pour Chenine    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Le ministère du Commerce met de l'ordre    Hausse du nombre des nouveaux inscrits    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    Les discussions de Genève sur la Libye boudées par les Libyens    T'es pas mon frère !    Rassemblement de protestation des Patriotes    Escrime/Championnats d'Afrique: deux nouvelles médailles pour les Algériens    Berraf officialise son départ    Agenda sportif du week-end    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    Bekrar qualifié chez les réserves de l'ESS    Aït Djoudi : "Le NAHD, c'est fini !"    ASO-PAC pour ouvrir le bal    PT : "Le régime n'a pas changé"    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Entre panique et mesures d'urgence    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Litige entre élus et administration autour du portrait du Président Tebboune    Accident mortel à Béni-Saf    Un jeune tabassé à mort à Sidi Khettab    ACTUCULT    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    La révolution contée en peinture    "L'œuvre de Mammeri est toujours vivante"    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Article 63 et binationalité, Massinissa ou Jugurtha ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Le pas en avant au bord du précipice !    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malaise chez les autres candidats
HORMIS BENFLIS QUI A REAGI À L'ANNONCE DE BOUTEFLIKA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 02 - 2019

L'officialisation de la candidature de Abdelaziz Bouteflika n'a, jusqu'à l'heure, entraîné que peu de réactions chez les autres postulants à la présidence de la République.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - La seule personnalité à s'être exprimée directement sur le sujet demeure Ali Benflis à travers son parti. Ici, la réaction ne s'est pas fait attendre longtemps. Quelques heures après l'annonce diffusée à travers l'agence de presse gouvernementale, APS, Talaioue El Houriet a en effet publié un communiqué qui se veut une critique en règle du choix en faveur d'une nouvelle candidature.
Très prolixe durant la récente période de flou, le président du MSP s'est, jusqu'à hier, abstenu de tout commentaire. Il y a quelques jours encore, Abderrezak Makri doutait qu'un tel scénario puisse se produire et s'étalait sur les conséquences pouvant découler d'une telle option. Silence également chez Abdelaziz Bélaïd, candidat du parti El-Moustakbal, chez le candidat du MDS (Mouvement démocratique et social) mais aussi chez Ali Ghediri. Récemment, ce dernier affirmait être indifférent à une candidature de Bouteflika.
L'indifférence est-elle généralisée au sein des postulants à El-Mouradia ? Ou l'annonce, bien que prévisible, a-t-elle bousculé toutes les analyses des hommes politiques en course ? Dans une première lecture, la situation semble découler d'un besoin de «recentrer» les réflexions à la lumière des derniers éléments venus chasser l'opacité, maintes fois relevée, et qui ne permettait pas en fait à ces derniers (tout comme au reste de la classe politique) de structurer un discours cohérent et de prendre les décisions adéquates. Le fait était particulièrement perceptible à travers les commentaires ayant suivi la tenu du rassemblement de samedi, à la Coupole du 5-Juillet, par l'Alliance présidentielle. La démonstration de force des partisans du cinquième mandat a été fortement décriée par le MSP (Mouvement de la société pour la paix) qui a condamné «l'utilisation des moyens de l'Etat» et par le staff de Ali Ghediri pour lequel l'évènement s'apparentait à une «mascarade». Les autres ont préféré s'abstenir de toute réaction.
La démonstration de force, l'annonce de la candidature pour un cinquième mandat semble ainsi, et dans une deuxième lecture, avoir mis tout un chacun dans une situation trop délicate, trop sensible, pour permettre toute déclaration aventureuse dans une précampagne bien installée. La situation nous renvoie, sur bien des points, à la situation qui prévalait en 1999. Coincés dans une élection qu'ils accusaient d'être ficelée d'avance, six candidats à la présidentielle avaient pris la décision de se retirer, laissant Abdelaziz Bouteflika faire cavalier seul.
Aït Ahmed, Youcef Khatib, Taleb Ibrahimi, Mouloud Hamrouche, Mokdad Sifi et Djaballah s'étaient réunis avant de publier un communiqué dans lequel ils justifiaient leur démarche, affirmant que «les jeux étaient faits». Dans le cas présent, il semble en être tout autre, cependant. Les candidats se présentent en rangs dispersés et encore marqués par l'échec de toutes les tentatives d'unification de l'opposition.
Dans une récente interview, Makri avait lui-même avoué que l'étape actuelle était décisive pour l'avenir de son parti qu'il tente de placer d'ores et déjà dans l'après-Bouteflika. «Des forces tentent de préparer l'après-Bouteflika sans nous, mais nous ne nous laisserons pas faire», avait-il alors déclaré pour justifier sa candidature. D'une certaine manière, son silence peut donc être également perçu comme ayant un lien avec cet «après» résumé dans la lettre-programme présentée à l'annonce de la candidature de Bouteflika.
La conférence inclusive y est présentée comme un point essentiel et pourrait intéresser les parties qui se projettent dans l'avenir. Le fait n'est pas propre à tous les candidats, il faut le dire, mais il jette dès à présent une lourde embûche sur la voie de tous ceux qui aspirent à une unification des rangs.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.