Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Varsovie attend des excuses d'Israël
Accusations d'antisémitisme
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 02 - 2019

Varsovie attend des excuses du gouvernement israélien après les accusations d'antisémitisme qui ont conduit la Pologne à se retirer d'un sommet à Jérusalem, ont affirmé hier plusieurs hauts responsables polonais.
Le chef de la diplomatie israélienne Israël Katz a suscité la colère de Varsovie en accusant les Polonais d'avoir «tété l'antisémitisme avec le lait de leur mère».
Les autorités israéliennes doivent «demander pardon» pour cette déclaration et la «rejeter», a notamment assuré le vice-ministre polonais des Affaires étrangères Szymon Szynkowski vel Sek.
Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki avait pris lundi la décision de n'envoyer personne au sommet du groupe de Visegrad (V4, Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) qui devait se tenir à Jérusalem, en réaction aux propos tenus dimanche par M. Katz. Si des excuses ne sont pas présentées, «il y aura vraiment un coup de froid dans les relations» bilatérales, a prévenu le chef du cabinet du Premier ministre, Marek Suski, sur la chaîne privée Polsat News. Pour le chef de la chancellerie du Conseil des ministres, Michal Dworczyk, il convient de parler de «tensions et non d'effondrement» dans les relations polono-israéliennes. Varsovie demeure «un partenaire très important, sinon le plus important, d'Israël en Europe» et les deux pays «s'appuient mutuellement dans différents projets», a-t-il estimé sur RMF FM. Le chef du parti antisystème Kukiz'15, Pawel Kukiz, met pour sa part en cause le chef de la diplomatie polonaise Jacek Czaputowicz, qui a, selon lui, failli dans l'organisation de la conférence sur le Moyen-Orient la semaine passée à Varsovie et doit donc proposer sa démission au Premier ministre. Lors de cette conférence, le Premier ministre israélien avait tenu des propos controversés sur le rôle des Polonais dans l'Holocauste.
«Respirer
profondément»
Et son adjoint et vice-président de la Chambre basse du Parlement, Stanislaw Tyszka, est allé jusqu'à demander que M. Katz soit déclaré persona non grata en Pologne.
Le Premier ministre polonais, qui a multiplié les interviews, mise sur le temps pour que les choses se calment avec Israël.
«Nous devons respirer profondément et attendre que les élections passent là-bas. Il faut attendre aussi que passent nos élections européennes et, dans la deuxième moitié de l'année, comme nous l'avons établi avec les Premiers ministres du groupe de Visegrad, nous reviendrons au dialogue sur une rencontre du V4 avec Israël», a expliqué M. Morawiecki au quotidien Dziennik Gazeta Prawna.
Ce nouvel pic de tension dans les relations entre la Pologne et Israël intervient après une importante crise survenue l'année dernière en raison d'une loi polonaise controversée, perçue en Israël et aux Etats-Unis comme une tentative implicite d'empêcher les survivants de l'Holocauste, en les menaçant de peines de prison, d'évoquer les crimes de Polonais à leur égard. De tels crimes sont reconnus par la Pologne, mais Varsovie insiste toutefois sur l'absence de toute forme de collaboration organisée avec les nazis.
La Pologne a fini par amender cette loi, destinée, dans son optique, à défendre l'image du pays et des Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale, et les deux pays avaient annoncé une relance de leurs relations.
Envahie et occupée par l'Allemagne nazie, la Pologne a perdu six millions de citoyens pendant la Seconde Guerre mondiale, dont trois millions de Juifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.