Nabni : Les chantiers de la refondation    Une feuille de route morte et enterrée    Vendredi «5»    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    LFP - Programmation: La Ligue face à ses responsabilités    Un jeune de 20 ans tué par un train de voyageurs    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    Manifestations populaires et perspectives    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    Protestation de dizaines de citoyens de la commune d'El Mehmel    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Un match de Gala face Red Star ce soir    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Des magistrats et des avocats d'Alger dénoncent    La mobilisation populaire au rendez-vous    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    En possession de 4 kg de Cannabis.. Quatre dealers arrêtés à Draâ Ben-Khedda    Pour se repositionner sur le marché des céréales.. La Russie expédie une cargaison-test en Algérie    un Plan national allant jusqu'à 2035.. 98% de taux de raccordement à l'eau potable    Spectacle pour enfants.. Journées théâtrales du 24 mars au 4 avril    Considéré comme étant le premier romancier Kabyle.. Taguemount-Azouz rend hommage à Rachid Aliche    La France contre la décision américaine    Baromètre.. En hausse : Jacinda Ardern    L'équipe de TF1 chassée par les manifestants    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Varsovie attend des excuses d'Israël
Accusations d'antisémitisme
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 02 - 2019

Varsovie attend des excuses du gouvernement israélien après les accusations d'antisémitisme qui ont conduit la Pologne à se retirer d'un sommet à Jérusalem, ont affirmé hier plusieurs hauts responsables polonais.
Le chef de la diplomatie israélienne Israël Katz a suscité la colère de Varsovie en accusant les Polonais d'avoir «tété l'antisémitisme avec le lait de leur mère».
Les autorités israéliennes doivent «demander pardon» pour cette déclaration et la «rejeter», a notamment assuré le vice-ministre polonais des Affaires étrangères Szymon Szynkowski vel Sek.
Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki avait pris lundi la décision de n'envoyer personne au sommet du groupe de Visegrad (V4, Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) qui devait se tenir à Jérusalem, en réaction aux propos tenus dimanche par M. Katz. Si des excuses ne sont pas présentées, «il y aura vraiment un coup de froid dans les relations» bilatérales, a prévenu le chef du cabinet du Premier ministre, Marek Suski, sur la chaîne privée Polsat News. Pour le chef de la chancellerie du Conseil des ministres, Michal Dworczyk, il convient de parler de «tensions et non d'effondrement» dans les relations polono-israéliennes. Varsovie demeure «un partenaire très important, sinon le plus important, d'Israël en Europe» et les deux pays «s'appuient mutuellement dans différents projets», a-t-il estimé sur RMF FM. Le chef du parti antisystème Kukiz'15, Pawel Kukiz, met pour sa part en cause le chef de la diplomatie polonaise Jacek Czaputowicz, qui a, selon lui, failli dans l'organisation de la conférence sur le Moyen-Orient la semaine passée à Varsovie et doit donc proposer sa démission au Premier ministre. Lors de cette conférence, le Premier ministre israélien avait tenu des propos controversés sur le rôle des Polonais dans l'Holocauste.
«Respirer
profondément»
Et son adjoint et vice-président de la Chambre basse du Parlement, Stanislaw Tyszka, est allé jusqu'à demander que M. Katz soit déclaré persona non grata en Pologne.
Le Premier ministre polonais, qui a multiplié les interviews, mise sur le temps pour que les choses se calment avec Israël.
«Nous devons respirer profondément et attendre que les élections passent là-bas. Il faut attendre aussi que passent nos élections européennes et, dans la deuxième moitié de l'année, comme nous l'avons établi avec les Premiers ministres du groupe de Visegrad, nous reviendrons au dialogue sur une rencontre du V4 avec Israël», a expliqué M. Morawiecki au quotidien Dziennik Gazeta Prawna.
Ce nouvel pic de tension dans les relations entre la Pologne et Israël intervient après une importante crise survenue l'année dernière en raison d'une loi polonaise controversée, perçue en Israël et aux Etats-Unis comme une tentative implicite d'empêcher les survivants de l'Holocauste, en les menaçant de peines de prison, d'évoquer les crimes de Polonais à leur égard. De tels crimes sont reconnus par la Pologne, mais Varsovie insiste toutefois sur l'absence de toute forme de collaboration organisée avec les nazis.
La Pologne a fini par amender cette loi, destinée, dans son optique, à défendre l'image du pays et des Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale, et les deux pays avaient annoncé une relance de leurs relations.
Envahie et occupée par l'Allemagne nazie, la Pologne a perdu six millions de citoyens pendant la Seconde Guerre mondiale, dont trois millions de Juifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.