Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous saluons le caractère pacifique des manifestations»
Amar Ghoul leur attribue des revendications «de réformes» :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 02 - 2019

Le président du parti TAJ, Amar Ghoul, est l'un des premiers chefs de partis de la coalition présidentielle et membre de la direction de campagne du candidat Abdelaziz Bouteflika à réagir aux grandes manifestations de vendredi dernier, contre le cinquième mandat. «Nous saluons, à TAJ, le caractère pacifique de ces manifestations, tout comme l'attitude et le professionnalisme des services de sécurité».
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Amar Ghoul s'exprimait, ainsi, à l'occasion de l'installation, hier samedi au siège de son parti à Dély Ibrahim, de «la haute instance d'études et de prospective» crée par le TAJ. «Vendredi dernier, il y a eu des manifestations et des marches de jeunes, de citoyens. De prime abord, nous tenons à saluer, à TAJ le caractère pacifique de ces manifestations, tout comme l'attitude et le professionnalisme des services de sécurité ainsi, enfin, que le professionnalisme des médias nationaux dans le traitement de cet événement».
Comme c'est déjà «décrété» par les médias proches du pouvoir, Amar Ghoul estimera que les manifestants de vendredi dernier «exprimaient de légitimes revendications de réformes politiques profondes dans le pays» ! Et rappellera, à ce propos, que «d'ailleurs, notre parti, TAJ était le premier parti à avoir évoqué ces profondes réformes, le 4 décembre dernier, et d'en avoir également longuement parlé à l'occasion du congrès du 15 décembre. Cela, à travers la conférence nationale du consensus dont nous avons proposé la tenue, avant ou après l'élection présidentielle».
Une conférence nationale qui, aussi, «est d'ailleurs contenue comme proposition dans le message programme de son excellence le président Abdelaziz Bouteflika». De même, ajoutera-t-il encore, «TAJ a toujours réservé une place de choix pour les jeunes, tant au sein de ses structures que sur les listes électorales. Aujourd'hui, par exemple, le plus jeune parlementaire en Algérie est un député de Sétif, militant de TAJ».
Naturellement, Amar Ghoul évitera soigneusement de parler de la revendication centrale des manifestations, à savoir la contestation d'un cinquième mandat pour Abdelaziz Bouteflika. «Nous avons pris acte des revendications. En tant que responsables, il faut lire ces revendications de manière responsable», dira Ghoul et préconisera «le dialogue et la concertation dans tous les domaines. Nous avons toujours privilégié le dialogue chaque fois qu'il était question de mouvements sociaux (…) les manifestations de vendredi dernier comportent des revendications d'ordre politique, social et économique qu'il y a lieu de prendre en considération». Cela, avant de nuancer. «Nous devons, tous, éviter les surenchères et les provocations. D'un côté comme de l'autre. Il ne s'agit nullement, dans tous les cas, de négociations, du donnant-donnant car, au final, il faut laisser le libre choix pour l'urne. Si nous aspirons à bâtir un Etat fort, avec des institutions fortes, il faut toujours que le dernier mot revienne au seul verdict des urnes». Entendre : la candidature de Bouteflika ne doit, en aucune manière, être remise en cause…
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.