L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous saluons le caractère pacifique des manifestations»
Amar Ghoul leur attribue des revendications «de réformes» :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 02 - 2019

Le président du parti TAJ, Amar Ghoul, est l'un des premiers chefs de partis de la coalition présidentielle et membre de la direction de campagne du candidat Abdelaziz Bouteflika à réagir aux grandes manifestations de vendredi dernier, contre le cinquième mandat. «Nous saluons, à TAJ, le caractère pacifique de ces manifestations, tout comme l'attitude et le professionnalisme des services de sécurité».
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Amar Ghoul s'exprimait, ainsi, à l'occasion de l'installation, hier samedi au siège de son parti à Dély Ibrahim, de «la haute instance d'études et de prospective» crée par le TAJ. «Vendredi dernier, il y a eu des manifestations et des marches de jeunes, de citoyens. De prime abord, nous tenons à saluer, à TAJ le caractère pacifique de ces manifestations, tout comme l'attitude et le professionnalisme des services de sécurité ainsi, enfin, que le professionnalisme des médias nationaux dans le traitement de cet événement».
Comme c'est déjà «décrété» par les médias proches du pouvoir, Amar Ghoul estimera que les manifestants de vendredi dernier «exprimaient de légitimes revendications de réformes politiques profondes dans le pays» ! Et rappellera, à ce propos, que «d'ailleurs, notre parti, TAJ était le premier parti à avoir évoqué ces profondes réformes, le 4 décembre dernier, et d'en avoir également longuement parlé à l'occasion du congrès du 15 décembre. Cela, à travers la conférence nationale du consensus dont nous avons proposé la tenue, avant ou après l'élection présidentielle».
Une conférence nationale qui, aussi, «est d'ailleurs contenue comme proposition dans le message programme de son excellence le président Abdelaziz Bouteflika». De même, ajoutera-t-il encore, «TAJ a toujours réservé une place de choix pour les jeunes, tant au sein de ses structures que sur les listes électorales. Aujourd'hui, par exemple, le plus jeune parlementaire en Algérie est un député de Sétif, militant de TAJ».
Naturellement, Amar Ghoul évitera soigneusement de parler de la revendication centrale des manifestations, à savoir la contestation d'un cinquième mandat pour Abdelaziz Bouteflika. «Nous avons pris acte des revendications. En tant que responsables, il faut lire ces revendications de manière responsable», dira Ghoul et préconisera «le dialogue et la concertation dans tous les domaines. Nous avons toujours privilégié le dialogue chaque fois qu'il était question de mouvements sociaux (…) les manifestations de vendredi dernier comportent des revendications d'ordre politique, social et économique qu'il y a lieu de prendre en considération». Cela, avant de nuancer. «Nous devons, tous, éviter les surenchères et les provocations. D'un côté comme de l'autre. Il ne s'agit nullement, dans tous les cas, de négociations, du donnant-donnant car, au final, il faut laisser le libre choix pour l'urne. Si nous aspirons à bâtir un Etat fort, avec des institutions fortes, il faut toujours que le dernier mot revienne au seul verdict des urnes». Entendre : la candidature de Bouteflika ne doit, en aucune manière, être remise en cause…
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.