Ligue 2: Le programme des rencontres de la 14ème journée    210 microentreprises financées depuis janvier à Souk-Ahras    Ligue des Champions : Mahrez et ses coéquipiers tombent sur un gros morceau en 8es de finale !    Accidents de la route: 6 morts et 96 blessés durant le week-end dernier    Barça : Messi a toujours fait très mal au Real Madrid    La 3e fois seulement en 40 ans d'existence !    Suspension des taxes supplémentaires sur des produits américains    Le remède soudanais au despotisme    Cinq morts dans des manifestations en Inde    Dialogue : entre rejet et réticences    Condamnation de deux hirakistes    Les contestataires reviennent à la charge    Le titre de champion d'hiver passe par un succès face aux Usmistes    La 8e session s'ouvre aujourd'hui à Abou Dhabi    3 arrestations et saisie de 7 215 comprimés psychotropes    Secousses telluriques de 3,5 et 4,2 degrés    Un corps repêché sur le littoral de Dellys    Quand le mensonge s'invite dans les conversations    Le cimetière de Mazagran dans un état alarmant    L'Algérie assurera le préscolaire à hauteur de 40% en 2030    Un site archéologique à revaloriser    .sortir ...sortir ...sortir ...    Entre singularité et exotisme    Générale de la pièce Modaharat El Horia à Tissemsilt    20 jours pour un portfolio sur le grand Sahara    Un hymne pour le vivre-ensemble    Le chanteur Mohamed Lamari n'est plus    Ratification de l'Accord sur la ZLECAF: adhésion officielle de l'Algérie    Des chefs d'Etat, rois et souverains félicitent le président élu Abdelmadjid Tebboune    JS Kabylie : Déplacement périlleux à Bordj Bou Arréridj    MCEE – JSMB : Une équipe béjaouie décimée    Le chef de la diplomatie française: La France souhaite «la poursuite de la transition démocratique» en Algérie    Division nationale amateur - Est: Le MOC pour rebondir, les dauphins dans le dur    L'ancien wali d'Oran Chérifi entendu à la Cour suprême    Pour une nouvelle politique énergétique    Classement 2019 des pays africains selon l'indice de développement humain du PNUD L'Algérie à la 3ème place en Afrique    Hausse de l'euro face au dinar    Il a promis un staff gouvernemental jeune Quelle composition alignera Tebboune ?    Il annonce sa retraite politique Ali Benflis jette l'éponge !    Tourisme thermal à Mila : Un bon créneau pour investir    Les chances d'accéder à une ère nouvelle sont certaines    Loi de finances 2020 : Quelle place pour les entreprises ?    L'APOCE met en garde contre une énorme baisse du pouvoir d'achat : Baisse de 70% des ventes des produits alimentaires et recul de 30% des activités ...    Angleterre (17e journée): Liverpool assure en championnat avant le Mondial des clubs    Royaume-Uni Des perspectives sombres pour Julian Assange ? L'image libérale de Boris Johnson n'est qu'un leurre    Brexit : Les constructeurs automobiles étrangers risquent de déserter le Royaume-Uni    Libye: Le maréchal Haftar annonce un "assaut large et total" sur Tripoli    Paris : Une place porte désormais le nom de la chanteuse de raï Cheikha Rimitti    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les partis de l'Alliance présidentielle divisés sur les manifestations.. Entre mises en garde et silence
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 02 - 2019

Contrairement aux partis de l'opposition, qui ont vite saisi l'occasion des manifestations de vendredi pour réitérer leurs appels au changement et au départ du système, les partis du pouvoir n'ont pas fait tellement de fixation sur cette journée historique. D'ailleurs, certains n'ont pas encore réagi. Le coordinateur de l'Instance dirigeante du Front de libération nationale (FLN), Mouad Bouchareb, à partir de la wilaya d'Oran où il animait, hier, une rencontre régionale avec les cadres et militants de l'Ouest du pays, n'a pas hésité à tenir ces propos : «Comme vous le savez, dans de nombreux pays, les gens sont sortis dans la rue par dizaines de milliers pour exprimer des revendications sociales et politiques, et quand d'autres parties se sont infiltrées, le rêve de ces gens-là s'est évaporé et leurs aspirations n'ont pas été pas atteintes», a déclaré Bouchareb, dans ce qui semble être une mise en garde contre de probables tentatives de récupération par l'opposition, de cet élan populaire.
Le patron provisoire du FLN n'hésitera pas à lâcher : «La mèche à laquelle ils tentent de mettre le feu ne brûlera pas, car elle est irriguée du sang des Martyrs». Pour Mouad Bouchareb, les manifestations sont un droit. «La Constitution garantie la liberté d'expression aux citoyens», a-t-il dit, soutenant que «le jeune diplômé qui se retrouve au chômage après dix ans, a le droit de demander un travail», et c'est «à l'Etat qu'incombe le devoir de le lui accorder». «La femme, également, a-t-il souligné, est dans son droit de revendiquer un foyer décent».
L'autre parti de l'Alliance présidentielle qui s'est exprimé, est Tajamou Amal El djazair (TAJ), d'Amar Ghoul. Lors d'une rencontre au siège de sa formation politique, Ghoul a, d'emblée, salué le caractère «pacifique et civique des manifestations», non sans relever «la réaction» professionnelle des services de sécurité. «Les manifestants demandent des réformes profondes, nous respectons ses appels», a lâché Amar Ghoul, qui a souhaité que ces marches «ne brouillent pas» le rendez-vous de l'élection présidentielle du 18 avril prochain. Le président de TAJ, dont la tenue de propos et de leur contraire après quelques jours est une spécificité, va jusqu'à placer les revendications populaires dans le sillage de la candidature du Président pour un cinquième mandat. «Le changement revendiqué n'est pas contradictoire avec les aspirations du président de la République et celles de notre parti», a plaidé Ghoul.
Le RND et le MPA dans l'attente !
Paradoxalement, jusqu'à une heure tardive de la fin de la journée d'hier, les deux autres partis de l'Alliance, le RND et le MPA, n'ont soufflé aucun mot. Ni le moindre communiqué, ni une quelconque déclaration ne sont venus éclairer l'opinion publique de leur position. Les partis du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et de l'ancien ministre, Amara Benyounès, qui occupe à présent le poste de directeur de la communication dans le staff de campagne du candidat Bouteflika, ont brillé par leur silence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.