L'Algérie rejette toute ingérence étrangère et encourage les Libyens à régler pacifiquement leur crise    Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Des ex-militaires manifestent de nouveau à Oran    Plainte contre un "baltagui"    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Le Président de la République reçoit les lettres de créances de trois ambassadeurs    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    Une édition en demi-teinte    Les commissions de daïra sur le terrain    El-Milia : le projet de l'école métallurgique tombe dans l'oubli    «Les sièges des partis sont ouverts aux citoyens»    Le PAD attend la réponse de l'administration    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Les révélations du chef de l'Etat    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    Les Canaris à pied d'œuvre à Kinshasa    Le Chabab et le CS Sfax se neutralisent en amical    Belmadi : "Le Burkina Faso est un sérieux concurrent"    Le CR Belouizdad en tête des formations algériennes    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Sensibilisation à la formation professionnelle    Lâcher de 40 perdrix    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    ACTUCULT    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    "La laïcité n'éradique pas la religion mais permet le vivre-ensemble"    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    Tébessa: découverte d'une nouvelle mosaïque à Negrine    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





C'est raté, pour la jubilation
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 03 - 2019

On ne saura peut-être jamais qui les a inspirées. Survenues dans la foulée des annonces de Bouteflika le lendemain de son retour de Genève, les premières manifestations aux relents de liesse populaire ont d'abord commencé par susciter de l'incompréhension. Qu'est-ce qui pouvait bien inciter le mouvement populaire à crier victoire dans les décisions contenues dans le message du chef de l'Etat ? On pouvait bien sûr comprendre que le «renoncement au cinquième mandat», même tel que formulé et conçu, pouvait être entendu comme un début de réponse à la revendication majeure de la rue algérienne. Et voir dans ce premier élan une réaction spontanée de jeunes avides de triomphe, qui n'ont pas forcément le recul et la patience nécessaires à une lecture sereine du message. Ce n'est pas du tout évident, parce que tout au long des manifestations précédentes, les observateurs avertis ont souvent été agréablement surpris par la lucidité des protestataires et leurs capacités à formuler avec une rare pertinence leurs revendications, tout en en saisissant les grands enjeux. La suite de la journée confirmera rapidement la donne, puisque la «liesse » et les cris de victoire ont vite fait place nette à d'autres raisons d'investir à nouveau la rue. Déjà le génie dans la mise à jour formelle et une plus grande détermination à aller au bout. Le «5» a cédé sa place au «4+» sur les premières pancartes et dans la foulée les promesses d'un vendredi encore plus imposant. Si jamais il y a eu un moment d'euphorie, on a vite compris l'essentiel du message par lequel on les invitait à… rentrer à la maison. Parce qu'on n'a pas besoin d'être un fin analyste pour décrypter le contenu du message d'Abdelaziz Bouteflika : une copie édulcorée de sa déclaration de candidature. Peut-être bien une copie dont les mesures ont été revues à la baisse : ce qu'il promettait d'entreprendre après son «élection», il compte le faire en prolongeant anticonstitutionnellement sa mandature sans durée précise ! Et puis ces hommes avec qui il compte mener la «transition». D'abord Ramtane Lamamra qui a déjà vendangé son réel ou supposé capital sympathie en acceptant de revenir pour un strapontin après avoir été viré sans ménagement. Puis Bedoui. Il faut se rappeler que le ministre de l'Intérieur a déjà été envisagé à la place d'Ouyahia, sans la pression de la contestation populaire, dans les plus beaux moments de certitude et d'arrogance du pouvoir. C'était le temps où il pouvait encore dire sans sourciller que le temps des liftings à fusibles n'avaient pas vécu. En pleine marée populaire contre le cinquième mandat et la fin du système, c'est ce même Bedoui qu'on a envoyé au charbon : pour toute «initiative »… politique, on l'a missionné pour menacer, au chevet d'un policier blessé, par la «rigueur de la loi». Un symbole et tout un programme.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.