FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





C'est raté, pour la jubilation
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 03 - 2019

On ne saura peut-être jamais qui les a inspirées. Survenues dans la foulée des annonces de Bouteflika le lendemain de son retour de Genève, les premières manifestations aux relents de liesse populaire ont d'abord commencé par susciter de l'incompréhension. Qu'est-ce qui pouvait bien inciter le mouvement populaire à crier victoire dans les décisions contenues dans le message du chef de l'Etat ? On pouvait bien sûr comprendre que le «renoncement au cinquième mandat», même tel que formulé et conçu, pouvait être entendu comme un début de réponse à la revendication majeure de la rue algérienne. Et voir dans ce premier élan une réaction spontanée de jeunes avides de triomphe, qui n'ont pas forcément le recul et la patience nécessaires à une lecture sereine du message. Ce n'est pas du tout évident, parce que tout au long des manifestations précédentes, les observateurs avertis ont souvent été agréablement surpris par la lucidité des protestataires et leurs capacités à formuler avec une rare pertinence leurs revendications, tout en en saisissant les grands enjeux. La suite de la journée confirmera rapidement la donne, puisque la «liesse » et les cris de victoire ont vite fait place nette à d'autres raisons d'investir à nouveau la rue. Déjà le génie dans la mise à jour formelle et une plus grande détermination à aller au bout. Le «5» a cédé sa place au «4+» sur les premières pancartes et dans la foulée les promesses d'un vendredi encore plus imposant. Si jamais il y a eu un moment d'euphorie, on a vite compris l'essentiel du message par lequel on les invitait à… rentrer à la maison. Parce qu'on n'a pas besoin d'être un fin analyste pour décrypter le contenu du message d'Abdelaziz Bouteflika : une copie édulcorée de sa déclaration de candidature. Peut-être bien une copie dont les mesures ont été revues à la baisse : ce qu'il promettait d'entreprendre après son «élection», il compte le faire en prolongeant anticonstitutionnellement sa mandature sans durée précise ! Et puis ces hommes avec qui il compte mener la «transition». D'abord Ramtane Lamamra qui a déjà vendangé son réel ou supposé capital sympathie en acceptant de revenir pour un strapontin après avoir été viré sans ménagement. Puis Bedoui. Il faut se rappeler que le ministre de l'Intérieur a déjà été envisagé à la place d'Ouyahia, sans la pression de la contestation populaire, dans les plus beaux moments de certitude et d'arrogance du pouvoir. C'était le temps où il pouvait encore dire sans sourciller que le temps des liftings à fusibles n'avaient pas vécu. En pleine marée populaire contre le cinquième mandat et la fin du système, c'est ce même Bedoui qu'on a envoyé au charbon : pour toute «initiative »… politique, on l'a missionné pour menacer, au chevet d'un policier blessé, par la «rigueur de la loi». Un symbole et tout un programme.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.