Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dilemme de Bedoui et Lamamra
Un gouvernement « d'ouverture » avec quel personnel ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 03 - 2019

Nommés depuis le lundi 11 mars aux postes respectifs de Premier ministre et de vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra n'ont toujours pas finalisé la composante du nouveau gouvernement appelé à faire face à une situation politique inédite et des plus complexes. Face à une pression immense et soutenue de la rue, la tâche est d'autant plus difficile que, depuis un mois, c'est le patron d'El-Mouradia qui est lui-même contesté cette fois.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Cette révolution populaire, qui a pour cible principale et prioritaire d'abord le cinquième mandat de Bouteflika, puis le prolongement de son quatrième mandat, réclame, en plus, le changement de l'ensemble du système et, en l'occurrence, toutes ses figures emblématiques. Difficile dès lors au duo Bedoui-Lamamra, eux-mêmes contestés déjà, de façonner une équipe gouvernementale « acceptable » auprès d'une opinion publique qui fait du départ de Abdelaziz Bouteflika en personne la raison et l'objectif même de sa révolte qui secoue le pays depuis le 22 février ! D'où cette longue série de consultations que le pouvoir a lancée à deux niveaux.
D'abord officiel, à travers Bedoui et Lamamra, ensuite, officieux, chez Lakhdar Brahimi qui multiplie les audiences avec des personnalités nationales dans son quartier général établi à l'hôtel El-Aurassi à Alger.
Hier dimanche, en fin de matinée, une dépêche de l'agence officielle APS évoquait ces consultations.
Le Premier ministre Noureddine Bedoui a entamé avec le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, des consultations tendant à la formation du nouveau gouvernement de « compétences nationales avec ou sans affiliation politique , à la lumière des orientations du président de la République Abdelaziz Bouteflika, a-t-on appris dimanche de source bien informée . Cette dépêche, destinée bien sûr à justifier ce retard pris dans la composition du nouveau gouvernement, et sans doute inspirée par la présidence, précisera aussi que « la nouvelle équipe gouvernementale comporterait des compétences nationales avec ou sans affiliation politique et reflétant de manière significative les caractéristiques démographiques de la société algérienne ». De même que « une séance de travail, tenue par MM. Bedoui et Lamamra, a porté notamment sur la structure du prochain gouvernement ». Et que « les consultations en cours s'étendront aux représentants de la société civile et aux formations et personnalités politiques qui en exprimeraient le souhait en vue d'aboutir à la mise en place d'un gouvernement de large ouverture », précise également cette source . La précision, en particulier que « la nouvelle équipe gouvernementale comporterait des compétences nationales avec ou sans affiliation partisane » est un signe en soi de la difficulté de la constitution de ce gouvernement.
En plus du fait qu'il sera élargi outre à des personnalités de la société civile, à des personnalités partisanes, entendre de l'opposition, ou considérée comme telle. « Ce qui retarde aussi la constitution du nouveau gouvernement, c'est le sort qui devrait être réservé à certains ministres du gouvernement Ouyahia », nous confie-t-on de bonne source. « Certains ministres, ceux notamment qui n'ont pas de longues années de présence au gouvernement, font l'objet d'un examen au cas par cas, pour reconduire quelques-uns.
Autres difficultés de taille : la reconduction d'un ministre clé comme Tayeb Louh qui rencontre certaines réserves ou, encore le poste de ministre de l'Intérieur que l'on n'exclut pas de confier à un homme comme l'ancien Premier ministre Abdelmadjid Tebboune par exemple dont le bras de fer avec le patron du FCE durant l'été 2017 lui avait valu une certaine popularité auprès de l'opinion ».
Ceci dit, et eu égard aux nouvelles donnes survenues brutalement sur la scène politique nationale depuis un mois, cela relèverait du miracle que le pouvoir puisse convaincre grand monde au sein de l'opposition classique ou de la société civile autonome d'accepter de figurer dans un « gouvernement d'ouverture ». Ne serait-ce que pour cette première étape, celle de la constitution du gouvernement Bedoui, le pouvoir puisera dans ses propres réserves, en intra-muros, même s'il s'agira de nouveaux visages, au demeurant.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.