Dans le respect de la Constitution et des lois républicaines : L'ANP fera face aux plans de la discorde    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    "L'aide de l'armée est capitale"    Le Hirak doit désigner une élite qui le représente    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Chakib Khelil devant la Cour suprême    l'ambassade de France dément officiellement    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Zone euro : Reflux de la dette en 2018 mais l'Italie fait tache    Pétrole : L'amélioration des fondamentaux du marché derrière l'ascension des cours    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    Coupe d'Algérie (demi-finales/retour), aujourd'hui, JSMB-ESS : Avantage pour Béjaia mais…    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Les examens sont du ressort des universités    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Ain Lahdjer (Bouira).. Le non bénéficiaires de logement reviennent à la charge    Il sera poursuivi pour infraction à la législation.. Chakib Khelil devant la Cour suprême    Nouveau PDG de Sonatrach.. Rachid Hachichi prend ses fonctions    Après avoir critiqué l'opposition, il se dit ouvert à toute proposition constructive et initiative.. Le discours apaisant de Gaïd Salah    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    Coupe d'Algérie (1/2 finale retour) CRB 2 : CSC 0.. Le Chabab s'offre sa onzième finale    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dilemme de Bedoui et Lamamra
Un gouvernement « d'ouverture » avec quel personnel ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 03 - 2019

Nommés depuis le lundi 11 mars aux postes respectifs de Premier ministre et de vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra n'ont toujours pas finalisé la composante du nouveau gouvernement appelé à faire face à une situation politique inédite et des plus complexes. Face à une pression immense et soutenue de la rue, la tâche est d'autant plus difficile que, depuis un mois, c'est le patron d'El-Mouradia qui est lui-même contesté cette fois.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Cette révolution populaire, qui a pour cible principale et prioritaire d'abord le cinquième mandat de Bouteflika, puis le prolongement de son quatrième mandat, réclame, en plus, le changement de l'ensemble du système et, en l'occurrence, toutes ses figures emblématiques. Difficile dès lors au duo Bedoui-Lamamra, eux-mêmes contestés déjà, de façonner une équipe gouvernementale « acceptable » auprès d'une opinion publique qui fait du départ de Abdelaziz Bouteflika en personne la raison et l'objectif même de sa révolte qui secoue le pays depuis le 22 février ! D'où cette longue série de consultations que le pouvoir a lancée à deux niveaux.
D'abord officiel, à travers Bedoui et Lamamra, ensuite, officieux, chez Lakhdar Brahimi qui multiplie les audiences avec des personnalités nationales dans son quartier général établi à l'hôtel El-Aurassi à Alger.
Hier dimanche, en fin de matinée, une dépêche de l'agence officielle APS évoquait ces consultations.
Le Premier ministre Noureddine Bedoui a entamé avec le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, des consultations tendant à la formation du nouveau gouvernement de « compétences nationales avec ou sans affiliation politique , à la lumière des orientations du président de la République Abdelaziz Bouteflika, a-t-on appris dimanche de source bien informée . Cette dépêche, destinée bien sûr à justifier ce retard pris dans la composition du nouveau gouvernement, et sans doute inspirée par la présidence, précisera aussi que « la nouvelle équipe gouvernementale comporterait des compétences nationales avec ou sans affiliation politique et reflétant de manière significative les caractéristiques démographiques de la société algérienne ». De même que « une séance de travail, tenue par MM. Bedoui et Lamamra, a porté notamment sur la structure du prochain gouvernement ». Et que « les consultations en cours s'étendront aux représentants de la société civile et aux formations et personnalités politiques qui en exprimeraient le souhait en vue d'aboutir à la mise en place d'un gouvernement de large ouverture », précise également cette source . La précision, en particulier que « la nouvelle équipe gouvernementale comporterait des compétences nationales avec ou sans affiliation partisane » est un signe en soi de la difficulté de la constitution de ce gouvernement.
En plus du fait qu'il sera élargi outre à des personnalités de la société civile, à des personnalités partisanes, entendre de l'opposition, ou considérée comme telle. « Ce qui retarde aussi la constitution du nouveau gouvernement, c'est le sort qui devrait être réservé à certains ministres du gouvernement Ouyahia », nous confie-t-on de bonne source. « Certains ministres, ceux notamment qui n'ont pas de longues années de présence au gouvernement, font l'objet d'un examen au cas par cas, pour reconduire quelques-uns.
Autres difficultés de taille : la reconduction d'un ministre clé comme Tayeb Louh qui rencontre certaines réserves ou, encore le poste de ministre de l'Intérieur que l'on n'exclut pas de confier à un homme comme l'ancien Premier ministre Abdelmadjid Tebboune par exemple dont le bras de fer avec le patron du FCE durant l'été 2017 lui avait valu une certaine popularité auprès de l'opinion ».
Ceci dit, et eu égard aux nouvelles donnes survenues brutalement sur la scène politique nationale depuis un mois, cela relèverait du miracle que le pouvoir puisse convaincre grand monde au sein de l'opposition classique ou de la société civile autonome d'accepter de figurer dans un « gouvernement d'ouverture ». Ne serait-ce que pour cette première étape, celle de la constitution du gouvernement Bedoui, le pouvoir puisera dans ses propres réserves, en intra-muros, même s'il s'agira de nouveaux visages, au demeurant.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.