Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»
Reconnu ailleurs, méconnu en son pays
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 04 - 2019

Sous d'autres cieux, le label Habibi Funk du DJ allemand Jannis Stürtz lui a consacré une compilation. Paloma Colombe, de son côté, a dédié le documentaire Planet Malek à ce prolifique génie oublié qui a signé une bonne partie de la bande son des années 1970 en Algérie dont Les Vacances de l'inspecteur Tahar.
La musique d'Ennio Morricone a beaucoup contribué aux succès de westerns comme Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus, Le Bon, la Brute et le Truand ainsi que Il était une fois dans l'Ouest, tous les quatre réalisés par Sergio Leone. Le compositeur Italien a également signé la musique du film La Bataille d'Alger de Gillo Pontecorvo. Il y a un grand compositeur algérien de musique de films, reconnu à l'étranger et méconnu en son pays. Ce compositeur c'est Ahmed Malek qui a signé notamment la musique du film Les vacances de l'inspecteur Tahar réalisé par Moussa Haddad.
D'ailleurs, il est considéré, toujours à l'étranger, comme «L'Ennio Morricone d'Algérie» ou surnommé «le Ennio Morricone algérien». Sous d'autres cieux, le label Habibi Funk lui a consacré une compilation. Paloma Colombe, de son côté, a dédié le documentaire Planet Malek à ce prolifique génie oublié qui a signé une bonne partie de la bande son des années 1970 en Algérie.
«Quand Jannis Stürtz m'a proposé de réaliser ce film, j'ai pensé que c'était une excellente occasion de faire connaître la musique d'Ahmed Malek au grand public, aussi bien en Algérie — où je me suis aperçue que la jeune génération le connaissait peu — que dans le reste du monde. Avec ce film, je veux permettre aux Algériens de se réapproprier leur patrimoine culturel», a expliqué la réalisatrice franco-algérienne. Paloma Colombe avec son moyen métrage documentaire repart sur les traces d'un musicien sorti de l'oubli grâce au travail acharné de Stürtz, DJ berlinois, qui publie sur son label Habibi Funk des merveilles des années vinyle.
«Très peu de gens le connaissent, mais beaucoup connaissent sa musique. Elle a marqué l'Algérie d'après l'indépendance, disait il y a quelques années ce producteur de musique pour qui l'idée d'éditer une compilation d'Ahmed Malek est devenue «une véritable obsession.
À partir de 2012, Jannis Stürtz va partir sur les traces du natif de Bordj El Kiffan, à Alger, le 6 mars 1932. Il va faire un travail d'enquête digne d'un polar, qu'aurait justement pu illustrer Ahmed Malek, dont le nom et le son restent associés aux Vacances de l'inspecteur Tahar, policier burlesque des années 1970, à l'énorme succès populaire en Algérie, à ce jour. L'œuvre d'Ahmed Malek est grande avec plus de 200 films de fiction, documentaires, émissions TV, etc.
Membre de l'orchestre symphonique de la radio télévision algérienne après l'indépendance, Ahmed Malek aura ainsi accompagné des satires sociales, des films engagés, ou encore le documentaire Les Déracinés sur l'exode rural.
«Pour ce documentaire, nous avions utilisé les instruments traditionnels, dans un souci d'authenticité historique. Les thèmes sont souvent tirés du folklore. (...) J'ai eu la chance de bénéficier des infrastructures de la RTA, qu'il s'agisse des studios, mais aussi de l'orchestre. Si le besoin s'en fait sentir, je peux demander le renfort de musiciens spécialisés afin d'obtenir un certain son ou un style musical particulier comme le chaâbi», notait en 1978 le compositeur algérien dans une de ses rares interviews.
Loin des feux de la rampe, Ahmed Malek est décédé dans un relatif oubli le 24 juillet 2008 chez lui, à El-Mouradia, sur les hauteurs d'Alger. Les chefs-d'œuvre de ce compositeur, musicien, arrangeur hors pair et flûtiste expert sont sauvés grâce au travail du DJ allemand Jannis Stürtz. L'homme est réhabilité grace au film de la réalisatrice franco-algérienne Paloma Colombe.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.