Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Questions de bon sens
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 04 - 2019

Les millions d'Algériens qui investissent la rue un, deux ou plusieurs jours par semaine, ne sont pas tous de fins analystes politiques et ils n'en ont pas la prétention. Ils ont, par contre, l'humilité et la lucidité de l'écoute, convaincus à juste titre qu'ils ont besoin de comprendre les choses, par-delà leur colère, ses motivations et ses projections. Mais ils ont surtout besoin de comprendre ce qui est formulé comme réponses à leur titanesque et merveilleux combat. Les réponses, ce n'est pas toujours avec bonheur qu'ils en prennent connaissance.
Enfin, quand il y en a. Sans doute qu'ils comprennent tout mais ne le disent pas forcément. Ils comprennent parfois au prix d'insoupçonnables efforts d'interprétation, souvent en explorant d'autres explications et toujours avec le réalisme de ceux qui savent aller à l'essentiel, parce que le jeu en vaut la chandelle. Sinon ils continuent à se poser des questions. Quelqu'un de particulièrement inspiré et un tantinet cynique quand même avait dit qu'il y a plus de questions qu'on se pose parce qu'on a déjà les réponses que celles dont on attend les réponses pour nous éclairer. Dans le genre, en voici quelques-unes qui ont émaillé la révolte populaire depuis la démission d'Abdelaziz Bouteflika et la mise en avant de la « solution constitutionnelle ». Est-ce qu'il a démissionné ou on l'a sommé de remettre le tablier ? Est-ce que tout ça est… constitutionnel ? Si c'est une « décision politique », qui l' a prise et pourquoi on ne l'assume pas alors qu'on s'en vante du fait qu'elle réponde à la volonté populaire ? Sinon, comment se fait-il qu'une mesure politique soit prolongée par un accompagnement constitutionnel ? Puis Bensalah. Pourquoi tout le monde disait avant sa désignation - constitutionnelle - qu'on allait tout faire (politiquement) pour qu'il n'accède pas à la présidence de l'Etat et on l'a fait quand même ? Est-ce que le respect de la « légalité » est vraiment un souci dans une situation d'illégalité et… d'illégitimité ? Pourquoi désigner Bensalah pour déployer un trésor d'efforts procéduriers pour l'enlever ? Ensuite Belaïz, le deuxième « B ». S'il a été dégommé, pourquoi déguiser ça alors qu'on a tout à y gagner en revendiquant son départ ? Et s'il a réellement démissionné où serait le mérite du nouveau pouvoir qui présente son remplacement comme un pas dans le sens de la satisfaction des revendications populaires ? Qui a pensé à Feniche, alias « six doigts », un magistrat qui traîne les pires casseroles pour accéder à un poste de responsabilité si important à un moment si crucial pour le pays ? Pourquoi une telle provocation ? C'est pour quand les deux B restants dont l'un est au plus haut sommet de la responsabilité ? Pourquoi ce dernier ne dit rien et ne fait rien ? On continue les interrogations des Algériens ou on arrête parce que ça suffit largement ? Ne parlons même pas des réponses, les Algériens les ont déjà. Demain, c'est vendredi et tout le monde les entendra. C'est déjà fait pour l'essentiel mais vendredi, c'est sacré, n'est-ce pas ?
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.