Nomination de 4 nouveaux cadres    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Anémie : les jus anti-carence en fer    ACTUCULT    Flan de poulet    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    MO Béjaïa : Le maintien s'annonce difficile    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Nouvelles de l'Ouest    Convention entre la FAR et la FASS : Le rugby bientôt dans les écoles    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Musique : Quand Farid Khodja s'inspire de Jack Lang !    La laïcité , une chance pour l'Algérie    USM Bel-Abbès: Slimani exige un maximum de concentration    Skikda: Un f'tour collectif empêché par les forces de sécurité    Handball - O. Maghnia: Une discipline qui agonise    Aviculture: La consommation de volaille en hausse de 10 % par an    Déclaration du chef du gouvernement marocain à propos de l'Algérie: Rabat dément    MC Oran: A la recherche des points salvateurs    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Mellal au banc des accusés    Macron recevra Haftar la semaine prochaine    Le sit-in du PT empêché    L'heure du choix    Arrestation de 29 terroristes    La reprise des liaisons aériennes reportée    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Frifer se rapproche du CS Sfax    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    La santé en péril    Transition politique : Conférence nationale pour aboutir à un scrutin présidentiel intègre et crédible    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Il égorge sa femme juste avant le ftour    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Trois ans après avoir été démis de ses fonctions : Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger    Le plaidoyer du compromis    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    6 civils tués lors d'un raid saoudien    Le FFS maintient le cap    Appel à l'annulation de l'élection présidentielle    Non à "l'instrumentalisation de la justice"    Farah Rigal en automne en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Questions de bon sens
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 04 - 2019

Les millions d'Algériens qui investissent la rue un, deux ou plusieurs jours par semaine, ne sont pas tous de fins analystes politiques et ils n'en ont pas la prétention. Ils ont, par contre, l'humilité et la lucidité de l'écoute, convaincus à juste titre qu'ils ont besoin de comprendre les choses, par-delà leur colère, ses motivations et ses projections. Mais ils ont surtout besoin de comprendre ce qui est formulé comme réponses à leur titanesque et merveilleux combat. Les réponses, ce n'est pas toujours avec bonheur qu'ils en prennent connaissance.
Enfin, quand il y en a. Sans doute qu'ils comprennent tout mais ne le disent pas forcément. Ils comprennent parfois au prix d'insoupçonnables efforts d'interprétation, souvent en explorant d'autres explications et toujours avec le réalisme de ceux qui savent aller à l'essentiel, parce que le jeu en vaut la chandelle. Sinon ils continuent à se poser des questions. Quelqu'un de particulièrement inspiré et un tantinet cynique quand même avait dit qu'il y a plus de questions qu'on se pose parce qu'on a déjà les réponses que celles dont on attend les réponses pour nous éclairer. Dans le genre, en voici quelques-unes qui ont émaillé la révolte populaire depuis la démission d'Abdelaziz Bouteflika et la mise en avant de la « solution constitutionnelle ». Est-ce qu'il a démissionné ou on l'a sommé de remettre le tablier ? Est-ce que tout ça est… constitutionnel ? Si c'est une « décision politique », qui l' a prise et pourquoi on ne l'assume pas alors qu'on s'en vante du fait qu'elle réponde à la volonté populaire ? Sinon, comment se fait-il qu'une mesure politique soit prolongée par un accompagnement constitutionnel ? Puis Bensalah. Pourquoi tout le monde disait avant sa désignation - constitutionnelle - qu'on allait tout faire (politiquement) pour qu'il n'accède pas à la présidence de l'Etat et on l'a fait quand même ? Est-ce que le respect de la « légalité » est vraiment un souci dans une situation d'illégalité et… d'illégitimité ? Pourquoi désigner Bensalah pour déployer un trésor d'efforts procéduriers pour l'enlever ? Ensuite Belaïz, le deuxième « B ». S'il a été dégommé, pourquoi déguiser ça alors qu'on a tout à y gagner en revendiquant son départ ? Et s'il a réellement démissionné où serait le mérite du nouveau pouvoir qui présente son remplacement comme un pas dans le sens de la satisfaction des revendications populaires ? Qui a pensé à Feniche, alias « six doigts », un magistrat qui traîne les pires casseroles pour accéder à un poste de responsabilité si important à un moment si crucial pour le pays ? Pourquoi une telle provocation ? C'est pour quand les deux B restants dont l'un est au plus haut sommet de la responsabilité ? Pourquoi ce dernier ne dit rien et ne fait rien ? On continue les interrogations des Algériens ou on arrête parce que ça suffit largement ? Ne parlons même pas des réponses, les Algériens les ont déjà. Demain, c'est vendredi et tout le monde les entendra. C'est déjà fait pour l'essentiel mais vendredi, c'est sacré, n'est-ce pas ?
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.