REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    FONCIER A ORAN : 250 investisseurs ciblés par une opération d'assainissement    ORAN : 2500 familles relogées dès septembre prochain    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Un long combat pour l'émancipation    La conjoncture impose des solutions structurelles    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Quand Bouchareb bloque le FLN    Déclaration    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Ben Badis aurait-il été le 23e ?    Karim Ziani raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'intruse    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    L'USM Alger fait appel    Qui a demandé à la potiche de parler ?    La procédure enclenchée à l'APN    Explosion de la consommation de gaz en Algérie    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Arrestation du voleur de téléphones portables qui semait la peur dans la ville    Premiers incidents post-congrès    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»    Sept plaquettes de kif saisies, quatre arrestations    La commission de contrôle à pied d'œuvre dans les communes côtières: Les infrastructures touristiques passées au peigne fin    Tlemcen: «Plaidoyer» pour les personnes handicapées    Tlemcen: L'ex-PDG d'Algérie Télécom devant le parquet général jeudi    Les papys font de la résistance    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La nonchalance comme programme
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 09 - 05 - 2015

On lui connaissait une tenace bonhomie, voilà qu'on le découvre drôle. Et peut-être bien un tantinet cynique. L'incolore inodore indolore Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation à plein temps et président du RND à son corps défendant… ne sait pas qu'il y a des problèmes dans son propre parti !
Ceux qui semblent surpris qu'un leader de parti politique ignore ce qui se passe dans ses propres rangs ne devraient pourtant pas l'être vraiment, s'agissant, dans le cas précis. Cela procède à la fois de la culture politique du sérail auquel il a toujours appartenu sans le moindre état d'âme, de son tempérament personnel et des enjeux que porte en elle la conjoncture. Abdelkader Bensalah sait qu'il est président du Sénat parce qu'il fallait bien mettre quelqu'un là-bas.
S'il était possible d'accéder à ce genre de poste grâce au poids de son parti d'une manière générale ou grâce à un résultat électoral ça se saurait. Et Abdelkader Bensalah l'aurait certainement su avant beaucoup de monde. D'abord parce que l'homme n'a pas la réputation d'être un militant organique patenté et le moins qu'on puisse dire est que ce n'est pas de ce côté là qu'il attend le bruit du vent quand il est en… situation d'attente.
Ensuite parce que l'un confirmant l'autre, appartenir à un RND en situation de grâce n'est en rien un gage de promotion. Ce n'est d'ailleurs pas aux meilleurs moments de son parti qu'Abdelkader Bensalah s'est vu confier les postes de président de l'Assemblée nationale puis du Conseil de la nation.
Et c'est à un moment où on ne savait plus quoi faire du…RND qu'on en a confié les destinées à Bensalah ! Là, c'est sur qu'il va être discret jusqu'à ce qu'on décide à nouveau de lui faire dire des choses. A moins que ce ne soit pas seulement de lui faire dire des choses qu'il s'agit. Mais on n'en est pas encore là même si dans ce genre de situation, on a toujours su prendre les devants. C'est donc dans cette conjoncture où tout le monde sait qu'il va se passer quelque chose sans savoir vraiment quoi qu'on a encore pensé à Abdelkader Bensalah.
En fait, on a pensé à… Ahmed Ouyahia ! C'est une question de destin. Il est des hommes auxquels on pense quand il se passe des choses et d'autres quand on a envie qu'il ne se passe rien. Alors, on fait appel aux mêmes qui se sont mobilisés pour faire partir Ouyahia qui ne peut pas être là quand le silence est maître des lieux. Et ils viennent, sans états d'âme, que finalement il est le meilleur après avoir été le pire.
Et invitent Bensalah à quitter les lieux parce qu'il est le pire après avoir été le meilleur. Bensalah sait tout ça. Il est incolore et inodore mais il ne manque pas de perspicacité, il y a même beaucoup d'ironie dans sa dernière sortie. L'écrasante majorité des députés, sénateurs et membres du conseil national du RND demande son départ et le retour d'Ouyahia, sa destitution est imminente, il l'aurait même accepté sans faire d'esclandre et voilà qu'il répond à la presse sur la question, qu'il «ignorait» l'existence de «différends» au sein de son parti !
Feignant manifestement d'ignorer qu'il est en ce moment le problème, il suggère même les… solutions : «Calme et raison pour trouver les formules qui préservent l'unité et la stabilité du parti» ! Comme on ne peut pas le soupçonner de ne pas comprendre ce qui se passe, il reste à admirer son aplomb et son flegme. Un aplomb et un flegme qui s'expliquent : il n'a jamais demandé à être le chef du RND ! Et s'il n'a pas refusé quand on le lui a proposé, il n'y a aucune raison de râler quand on veut l'en destituer. Surtout qu'en l'occurrence, ça ne sert à rien de râler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.