Election présidentielle: Sahli et Belaïd se retirent    Pour solde de tout compte !    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    France : chasse à l'homme après une attaque au colis piégé    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    DE LA LITTERATURE ET DE LA BAIONNETTE    Cette jeunesse algérienne qu'on entend rugir sur Facebook    Des musulmans étrangers conviés à un iftar collectif    Médecine : Un avion hôpital pour former des ophtalmologues tout autour du monde    Le Hirak libère les énergies    Moscou prône le dialogue    Le président Trump effectue une visite au Japon    Les indépendantistes prennent la tête du Congrès    Qui accompagnera l'OM et le DRBT?    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    Que faire?    La liste s'allonge    L'activité en baisse de 85%    Lâche agression d'une fonctionnaire    La Caravane verte contre les feux de forêts    Il fallait y penser    Sonatrach peut-elle s'en passer?    L'Intérieur dessaisi de l'organisation    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    La Protection civile mobilise39.000 agents    Les premiers responsableslimogés    Des journalistes dénoncent    La contestation annonce une grève générale de deux jours    Plus de 4.750 logements attribués    Où est la promesse du gouvernement    Programme de classification et de restauration    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Oman tente de "calmer les tensions"    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accentuation des empiètements sur les espaces verts
EL TARF
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 04 - 2019

C'est pratiquement la fuite en avant dans plusieurs communes de la wilaya d'El Tarf où les lois de la République, régissant la protection et la gestion rationnelle du portefeuille foncier, sont carrément empiétées et bafouées.
Des maires, sans foi ni loi, ont utilisé ce Hirak et les flottements qui touchent l'administration pour commettre des dépassements d'une gravité sans commune mesure et les exemples sont légion. Dans la commune de Aïn El Assel, le maire vient d'autoriser une personne à s'accaparer un espace vert situé au milieu de la cité 100 logements afin de construire un kiosque, selon des documents officiels, dont nous détenons une copie. Même topo pour d'autres poches situées au centre-ville de ladite commune où le P/APC a accordé son aval pour deux autres lots au profit de proches de certains notables de la commune. Des décisions qui ont été prises sans passer par des délibérations de l'Assemblée communale en bonne et due forme et sans avoir eu le consentement de sa tutelle directe, à savoir le chef de daïra. Dans la commune d'El Tarf, c'est plutôt la débandade totale en matière de foncier et d'accaparement de terrains. En effet, des kits qui sont des containers ont été placés un peu partout dans le centre de la ville et faisant office de kiosques devant les yeux passifs et complices des responsables locaux. Pire, ce même maire est en train de régulariser des constructions illicites en leur octroyant des attestations afin de se raccorder au réseau électrique. Malheureusement, tout le monde laisse faire, autorités, services de sécurité etc. Un spectacle qui donne froid au dos et l'impression qu'on est dans un no man's land. Dans le même sens, des citoyens des autres communes nous ont affirmé, sans ambages, que les maires sont, ces jours-ci, dans une course contre la montre pour satisfaire leur clientèle mafieuse en nombre incalculable d'avantages en poches foncières et en projets des PCD. Ils savent que le changement qui s'opère, doucement mais inéluctablement, dans le pays va les toucher de plein fouet et qu'ils seront tous balayés d'un revers de main. Leurs jours sont comptés. Reste au wali de prendre les décisions qui s'imposent pour arrêter cette hémorragie aux conséquences incalculables et néfastes sur la société.
Daoud Allam


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.