JUSTICE : Le RCD appelle à juger Bouteflika    FAUTE DE CANDIDATS, LA PRESIDENTIELLE ANNULEE : La présidence de Bensalah prolongée    Nouvelles nominations à la tête de Sonelgaz, l'EPTV, l'ANEP et l'ARAV    SAISON ESTIVALE A ORAN : 17, 5 milliards de cts pour l'aménagement des plages    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Programme de classification et de restauration    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    L'intimidation n'a pas payé    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zoukh et Soltani
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 04 - 2019

On a failli lâcher la proie pour l'ombre. Le « dégagement » sans ménagement d'Aboudjerra Soltani d'une place parisienne par un groupe de manifestants a étrangement suscité plus de réactions sur la forme que sur le fond. On peut estimer que la manière avec laquelle il a été poussé dans une bouche de métro a été brutale et ne correspond pas avec l'élégance du mouvement populaire, jusque-là irréprochable sur sa conduite. Mais on peut tout aussi bien estimer que la réaction a été à la mesure de la… provocation. Difficile en effet d'imaginer un seul instant que l'ancien leader du MSP ne savait pas ce qui l'attendait en se rendant Place de la République, choisie pour les rassemblements hebdomadaires par la communauté algérienne de la capitale française et ses environs. A posteriori, Soltani a même ajouté une sacrée dose de cynisme à la provocation : « Je suis allé rassurer mes compatriotes sur la situation du pays et son avenir » ! Et d'expliquer à peu près dans la foulée qu'il ne manquait que la haie d'honneur, voire le tapis rouge tant qu'à faire pour l'accueillir, sans « l'agression des séparatistes kabyles » qui ont empêché une belle et émouvante communion d'un homme politique vertueux et charismatique avec les siens ! On allait presque oublier l'essentiel. Aboudjerra Soltani est un islamiste qui pratique la politique de ses moyens sans jamais perdre le nord quand il s'agit du projet dont il rêve pour l'Algérie. Il est dans l'entrisme parce qu'il est faible et parce que, moralement, il traîne trop de casseroles pour ne pas se compromettre. Et il est dans la… compromission jusqu'au cou, y compris en défendant de la manière la plus zélée et la plus obséquieuse le… cinquième mandat.
Hier, c'était au tour de l'inénarrable wali d'Alger de se faire « raccompagner » dans la voiture officielle qui l'avait transporté dans la Basse-Casbah, entourée d'une pléthorique mais impuissante garde rapprochée. Une autre provocation : M. Zoukh est allé parader dans un espace où venait de s'effondre un vieil immeuble. Plusieurs morts, des blessés et le bilan tend à s'alourdir. Les jeunes qui l'ont éconduit doivent avoir en mémoire ceci : il y a deux ou trois ans, son fils qui venait de débarquer à Alger, venant d'une autre ville où il résidait, a « bénéficié » d'un grand appartement AADL, sans dossier, sans procédure et peut-être bien sans l'apport financier réglementaire. Il fallait voir avec quelle arrogance il avait expliqué ce privilège pour comprendre qu'il n'avait jamais imaginé en arriver aussi rapidement à se faire bousculer dans un quartier d'Alger. Dans la foule qui l'avait accueilli -plutôt cueilli - dans la Casbah, il y avait peut-être des gens qui attendent leur appartement AADL depuis… 18 ans ! Enfin, il devait y en avoir qui n'ont même pas cette « chance ». Quant à M. Zoukh, l'appart du fiston doit être la moindre de ses casseroles, tellement il en traîne et d'un tout autre calibre.
Dans le cas de Soltani comme dans celui de Zoukh, on n'a pas oublié l'essentiel, qui a les couleurs d'une première victoire : en attendant qu'ils partent, les figures du régime et ses clients doivent vivre cachés. L'espace public, même sous bonne escorte, leur est désormais interdit.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.