Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    Kherrata, une convergence et des messages    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    Le coq d'El-Biar et la diplomate italienne !    FFS : menace sur la cohésion du parti    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    Vers un nouveau choc pétrolier ?    Google développe un économiseur de batterie    Le MWC 2020 sera-t-il déserté, des annulations à cause du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zoukh et Soltani
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 04 - 2019

On a failli lâcher la proie pour l'ombre. Le « dégagement » sans ménagement d'Aboudjerra Soltani d'une place parisienne par un groupe de manifestants a étrangement suscité plus de réactions sur la forme que sur le fond. On peut estimer que la manière avec laquelle il a été poussé dans une bouche de métro a été brutale et ne correspond pas avec l'élégance du mouvement populaire, jusque-là irréprochable sur sa conduite. Mais on peut tout aussi bien estimer que la réaction a été à la mesure de la… provocation. Difficile en effet d'imaginer un seul instant que l'ancien leader du MSP ne savait pas ce qui l'attendait en se rendant Place de la République, choisie pour les rassemblements hebdomadaires par la communauté algérienne de la capitale française et ses environs. A posteriori, Soltani a même ajouté une sacrée dose de cynisme à la provocation : « Je suis allé rassurer mes compatriotes sur la situation du pays et son avenir » ! Et d'expliquer à peu près dans la foulée qu'il ne manquait que la haie d'honneur, voire le tapis rouge tant qu'à faire pour l'accueillir, sans « l'agression des séparatistes kabyles » qui ont empêché une belle et émouvante communion d'un homme politique vertueux et charismatique avec les siens ! On allait presque oublier l'essentiel. Aboudjerra Soltani est un islamiste qui pratique la politique de ses moyens sans jamais perdre le nord quand il s'agit du projet dont il rêve pour l'Algérie. Il est dans l'entrisme parce qu'il est faible et parce que, moralement, il traîne trop de casseroles pour ne pas se compromettre. Et il est dans la… compromission jusqu'au cou, y compris en défendant de la manière la plus zélée et la plus obséquieuse le… cinquième mandat.
Hier, c'était au tour de l'inénarrable wali d'Alger de se faire « raccompagner » dans la voiture officielle qui l'avait transporté dans la Basse-Casbah, entourée d'une pléthorique mais impuissante garde rapprochée. Une autre provocation : M. Zoukh est allé parader dans un espace où venait de s'effondre un vieil immeuble. Plusieurs morts, des blessés et le bilan tend à s'alourdir. Les jeunes qui l'ont éconduit doivent avoir en mémoire ceci : il y a deux ou trois ans, son fils qui venait de débarquer à Alger, venant d'une autre ville où il résidait, a « bénéficié » d'un grand appartement AADL, sans dossier, sans procédure et peut-être bien sans l'apport financier réglementaire. Il fallait voir avec quelle arrogance il avait expliqué ce privilège pour comprendre qu'il n'avait jamais imaginé en arriver aussi rapidement à se faire bousculer dans un quartier d'Alger. Dans la foule qui l'avait accueilli -plutôt cueilli - dans la Casbah, il y avait peut-être des gens qui attendent leur appartement AADL depuis… 18 ans ! Enfin, il devait y en avoir qui n'ont même pas cette « chance ». Quant à M. Zoukh, l'appart du fiston doit être la moindre de ses casseroles, tellement il en traîne et d'un tout autre calibre.
Dans le cas de Soltani comme dans celui de Zoukh, on n'a pas oublié l'essentiel, qui a les couleurs d'une première victoire : en attendant qu'ils partent, les figures du régime et ses clients doivent vivre cachés. L'espace public, même sous bonne escorte, leur est désormais interdit.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.