5 exercices qui n'affecteront pas vos genoux    Brésil : Dani Alves mécontent du public    Les manipulateurs ont été mis en échec    Régularisation foncière: 3.700 actes délivrés et 90 milliards de recettes    Société civile: Une feuille de route pour sortir de l'impasse politique    Entendus aujourd'hui: Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant la Cour suprême    Relizane: Près de 10.500 candidats au bac    Selon un récent bilan de la wilaya: Plus de 600 constructions illicites démolies depuis le début de l'année    Pour la réussite de la saison estivale: 78 gestionnaires des plages en formation    Cour suprême : Abderrachid Tabi installé au poste de Premier président    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Coupe d'Algérie 2019 : Le CR Bélouizdad honoré par le wali d'Alger    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    CAN-2019 de football, préparation Algérie - Mali, ce soir à Doha : Vaincre et convaincre avant l'Egypte    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    XXe réunion de l'Association des Sénats d'Europe : Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Guerre commerciale : Huawei réclame plus d'un milliard de dollars à Verizon sur des brevets    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Le GS Pétroliers remporte sa 20e Coupe d'Algérie    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une corporation en quête de «libération»
JOURNEE INTERNATIONALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 05 - 2019

La journée internationale de la Liberté de la presse, fêtée hier vendredi, est intervenue, cette année, en Algérie dans un contexte particulier marqué par le formidable sursaut populaire né le 22 février dernier et qui se poursuit.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Une révolution tranquille qui est en train de balayer tout sur son passage tel un ouragan et ne ménageant aucun secteur ni aucune corporation. Dont celle de la presse en proie à moult contraintes liées notamment à sa régulation et à son organisation. Et l'avènement, depuis quelques années, des chaînes de télévision offshores n'a pas été pour arranger les choses, compliquant davantage une situation déjà inextricable. Avec nombre de tares entachant considérablement sa crédibilité et son professionnalisme, entre autres absence d'un Conseil d'éthique et de déontologie dans la presse. N'a-t-on pas assisté et n'assiste-t-on pas à chaque manifestation populaire ou presque, à des attaques en règle de citoyens contre certains médias dont les représentants n'ont dû leur salut qu'à la sagesse de manifestants, leur reprochant le manque, voire l'absence de toute éthique professionnelle et de piétiner les règles élémentaires du métier de journaliste, portant ainsi, un coup terrible à la morale qu'il requiert ?
Pourtant, ce ne sont pas les textes qui font défaut, la loi sur l'information de 2012 consacre tout un chapitre au respect de l'éthique et de la déontologie avec énumération des principes que tout journaliste doit respecter dans l'exercice de son activité. Une loi qui consacre une instance nationale de déontologie et d'éthique de la presse, élue par la corporation, qui veillera au respect par les médias des règles de déontologie. Une instance qui, malheureusement, attend toujours sa mise sur pied, en dépit des promesses des ministres qui se sont succédé à la tête du ministère de la Communication qui, pour beaucoup de gens du métier, n'a plus sa raison d'être. Il en est également le cas de l'Autorité de régulation de la presse écrite (ARPE), prévue par cette même loi et qui attend toujours son installation. Certes, l'espace audiovisuel a été libéré par la loi 14-03 du 24 février 2014, le délit de presse a été dépénalisé et l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) a été installée, mais cette dernière reste prisonnière de la «mise en ordre du paysage audiovisuel» frappé du sceau d'une anarchie avec une pléthore de chaînes de télévision étrangères activant informellement dans le pays.
Autre tare de la corporation journalistique, ses difficultés à s'organiser pour faire face à ses propres difficultés, elle qui, quotidiennement, fait siens les problèmes des autres, alors qu'elle se débat, elle, dans des conditions socioéconomiques déplorables. Mais il n'y a pas que cet aspect puisque la presse fait également face au problème lié à la publicité, ce nerf de la guerre qui a de tout temps «divisé» la corporation tant la transparence et l'objectivité dans son octroi ont toujours fait «débat». Avec le terrible corollaire qui fait que nombre de médias arrivent péniblement à assurer leurs équilibres financiers. Une transparence et une équité dans la distribution de la manne publicitaire que le gouvernement en charge des affaires courantes du pays s'est engagé à assurer via une commission.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.