Urgence au dialogue consensuel    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Djellab : "L'Algérie mise sur la coopération avec les pays de l'Afrique et du nord de la Méditerranée"    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Le combat des étudiants continue    Bensalah inaugure la 52e édition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Nouvelles déclarations de Gaïd Salah    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Facture en baisse, mais toujours importante
Importations de produits alimentaires 1er trimestre 2019
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 05 - 2019

En comparaison avec la même période en 2018, durant le premier trimestre de cette année, les importations de l'Algérie en produits alimentaires ont baissé de plus de 14% durant le 1er trimestre 2019, selon les Douanes algériennes, citées par l'APS.
Une facture donc en baisse par rapport à la même période en 2018, mais elle reste tout de même élevée, avec un montant de 1,92 milliard de dollars contre 2,25 milliards de dollars une année auparavant. Selon les mêmes sources, cette baisse qui avoisine les 15% est due à une diminution des importations des céréales, de lait et produits laitiers, des sucres, des tourteaux de soja et des légumes secs. Du détail des chiffres établi par la structure attitrée des douanes, il ressort que les céréales, semoule et farine ont atteint 614,38 millions dollars contre 811,37 millions en 2018.
Une baisse conséquente donc qui atteint la proportion de 24,28%, un peu mieux que la baisse enregistrée dans les importations des produits laitiers qui sont passés d'un montant de 416,48 millions lors des trois premiers mois de 2018 à 338,40 millions dollars entre janvier et fin mars derniers. Une baisse, par rapport à la même période de l'année dernière, bonne à prendre par ces temps d'amenuisement inquiétant de nos réserves de change en raison, entre autres, de politiques commerciales dont, souvent, les spécialistes saisissent mal les objectifs quand ce ne sont pas des doutes qui sont carrément émis sur les autorisations d'importation accordées pour certaines catégories de produits finis prêts à la consommation et pas d'autres. Comparé donc à la même période en 2018, le premier trimestre 2019 a ainsi vu la facture d'importation du sucre et des sucreries passer à 167,98 millions de dollars US contre 218,95 millions (-23,28%). Idem pour les résidus et déchets des industries alimentaires dont les tourteaux et autres résidus solides qui ont été importés pour 167,98 millions dollars US contre 208,32 millions de dollars, soit une baisse de plus de 19%.
La baisse globale de la facture alimentaire durant les trois mois de cette année, toujours comparativement avec le premier trimestre de l'année dernière, on la doit également à la diminution du montant des importations de légumes secs qui ont atteint 96,72 millions de dollars, contre 106,69 millions, ainsi qu'une baisse très minime des importations de thé et de café 86,99 millions de dollars les trois premiers mois de 2019 contre 87,15 millions pour la même période en 2018. En parallèle à ces baisses qui ont quelque peu influé sur la structure des importations durant la période considérée par les statistiques des douanes, il a été enregistré des hausses durant le 1er trimestre 2019 dans la facture d'importation des fruits comestibles, des animaux vivants et des préparations alimentaires diverses. Globalement, la facture des produits alimentaires et des huiles destinées à l'industrie alimentaire s'est chiffrée à 2,08 milliards de dollars, contre 2,40 milliards, en baisse de 32 millions de dollars (-15,4%).
Par contre, pour les médicaments (classés dans le groupe des biens de consommation non alimentaires), leur facture d'importation a enregistré une baisse en s'établissant à 199,10 millions dollars US durant les trois premiers mois de 2019, contre 297,25 millions à la même période de l'année d'avant, soit une baisse de 33,02%. Reste à savoir quel effet induira sur la facture d'importation des produits alimentaires la décision prise, il y a quelques semaines par le département de M. Djellab, de procéder à un assouplissement dans l'importation de produits alimentaires en supprimant de la longue liste de produits soumis au DAPS, les viandes bovines fraîches ou réfrigérées, les fruits secs (arachides, amandes...), les fruits séchés (raisins secs, pruneaux...) et les aliments diététiques destinés à des fins médicales et autres produits tel le beurre.
M. Azedine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.