POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Louisa Hanoune «s'était préparée» à son incarcération
SELON SON PARTI
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 05 - 2019

Le Parti des travailleurs lance une large campagne politique visant la libération immédiate et inconditionnelle de la secrétaire générale, mise sous mandat de dépôt, jeudi dernier, après son audition le même jour au tribunal militaire de Blida.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Par la voix de son membre du bureau politique Ramdhane Youcef Taâzibt, le PT a invité l'ensemble des acteurs politiques, syndicaux, partis et députés à s'impliquer dans cette campagne de soutien à Hanoune dont il dit « ignorer jusqu'à maintenant les raisons de son incarcération».
Pour Taâzibt, qui s'exprimait dans un point de presse, hier, samedi, au siège national du parti, à El-Harrach, l'incarcération de la secrétaire générale du PT est «arbitraire et injuste» qui vise à «faire payer au PT ses positions politiques refusant l'immixtion du militaire dans la sphère politique». Et d'avouer que Hanoune savait que son sort était scellé en allant au tribunal militaire de Blida car il est inconcevable qu'un responsable politique soit convoqué par une quelconque partie militaire. Une convocation à laquelle, selon Taâzibt, elle «s'attendait et s'y est d'ailleurs préparée». Car, cette incarcération était précédée d'une campagne de dénigrement menée contre elle via les réseaux sociaux. Une campagne qui objectait, selon Taâzibt, de préparer l'opinion publique à cette audition et ensuite à l'incarcération de Hanoune. Une incarcération qui «ne fait pas peur aux militants du PT et ne se tairont pas et ne reculeront pas jusqu'à la libération de leur camarade militante», estime encore l'orateur. «Chaque minute que passe Hanoune en prison constitue une hogra et une injustice à l'encontre d'une femme militante, honorable qui milite depuis 45 ans dans la lutte contre la corruption. Ce qui fait que sa place est parmi le peuple et pas dans une cellule.»
Le cadre dirigeant du PT affirme, par ailleurs, qu'aussi bien le PT que les avocats et la famille de Hanoune ignorent tout des chefs d'inculpation retenus contre celle à laquelle toute visite a été également refusée.
Et à Taâzibt de rappeler que Hanoune s'est de tout temps interdit le double discours, militant contre le système corrompu, le projet avorté de cinquième mandat présidentiel, contre l'ingérence étrangère et pour des solutions algériennes à la crise du pays. Pour lui, l'incarcération de Hanoune ouvre une nouvelle ère dans le pays et confirme la poursuite du régime totalitaire visant à criminaliser l'action politique mais également le mouvement populaire en cours depuis le 22 février écoulé et les voix libres dans le pays.
Intervenant à l'occasion, l'ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, a qualifié la mise sous mandat de dépôt de Hanoune de «virage dangereux» pour le combat politique dans le pays, exigeant sa libération «immédiate et sans condition», non sans inviter les commanditaires de cette démarche à «ne pas refaire» ce genre «d'erreurs» avec d'autres.
Toumi n'a pas manqué d'interpeller les chaînes de télévision qui ont diffusé en boucle les images de Louisa Hanoune arrivant au tribunal militaire de Blida. « Elle a été filmée sans qu'elle le sache. C'est une atteinte aux droits de l'Homme. Même la Constitution, à laquelle certains s'attachent, interdit ces comportements», s'est-elle indignée, non sans considérer que le fait de passer ces images en boucle «vise un objectif». Pour l'ancienne ministre de la Culture, «c'est un viol qui n'honore pas la presse».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.