Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 05 - 2019

Un rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune s'est tenu hier à la Grande-Poste. Il a été cependant rapidement dispersé par les policiers très nombreux pour la circonstance.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Comme de tradition, l'enjeu se situait autour du parvis de la Grande-Poste. Bien avant le début du rassemblement, les forces de l'ordre se sont placées en rang au bas des marches de la bâtisse pour bien signifier aux manifestants qu'il leur était interdit d'y accéder, mais ce point stratégique n'était visiblement pas dans le projet des organisateurs.
«C'est un rassemblement pacifique, nous sommes venus exiger la libération de Louisa Hanoune, sans plus», explique Djelloul Djoudi, ex-chef du groupe parlementaire du Parti des travailleurs (PT). Il tente de calmer la situation.
Avec Youcef Taâzibt, porte-parole et membre de la direction du parti, et Nadia Chouitem, ex-députée, des prises de parole sont organisées pour expliquer la situation. «Louisa Hanoune est une détenue d'opinion, elle est emprisonnée pour ses idées et ses positions politiques», expliquent-ils.
Face aux caméras, Me Salah Dabouz développe les mêmes arguments. Des militants et sympathisants du PT en font de même. Des citoyens attirés par le rassemblement se disent inquiets de la situation en cours. Au bout de trente minutes, une certaine nervosité se fait cependant ressentir parmi les forces de l'ordre présents. Ils encerclent les groupes de manifestants et exercent une pression physique pour les chasser des lieux. Ils sont entraînés vers le trottoir d'en face. Des slogans appelant à la libération de la SG du PT fusent, mais les policiers tiennent à évacuer le plus rapidement possible les lieux. La demande de mise en liberté provisoire de Louisa Hanoune sera étudiée ce lundi 20 mai par le tribunal militaire de Blida qui avait ordonné son incarcération le 9 mai dernier. Elle avait été auparavant entendue par le juge d'instruction de cette instance dans l'affaire de Saïd Bouteflika et des généraux Toufik et Tartag. Ces derniers sont poursuivis pour «complot contre l'autorité de l'Etat» et «atteinte à l'autorité militaire». Leur dossier sera aussi étudié le 20 mai.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.