Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Faire de la politique n'est pas dans le rôle de l'armée»
Nouredine Bahbouh (Président UFDS) :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 05 - 2019

Parmi les voix qui se sont mises à la promotion de la voie du dialogue comme moyen pour venir à bout de la situation que traverse le pays depuis trois mois maintenant, on doit ajouter celle de l'ex-ministre et président de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), Nouredine Bahbouh, celui-là même qui, à la fin mars dernier, appelait l'armée à «garantir la continuité de l'Etat».
Même si les contours d'une potentielle rencontre pour un dialogue entre les parties en appel dans la crise que traverse le pays ne sont pas tellement visibles à l'œil nu, il n'en demeure pas moins que de plus en plus de monde y croit, comme c'est le cas donc de Nouredine Bahbouh, l'ex-ministre et président de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS) qui, hier à partir des studios de la Chaîne 3, a fait état de l'existence de prémices d'un règlement de la crise.
Les appels au dialogue, dont celui émanant des trois personnalités «faisant partie des autorités morales du pays», comme il les qualifie pour parler d'Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles, doivent être entendus, ce dernier particulièrement, donc, qui a d'ailleurs reçu le soutien entier de Nouredine Bahbouh et ses amis de l'UFDS. Un appel qui «mérite d'être entendu et il y a de fortes chances qu'il le soit» pour l'ancien ministre.
Mais, dialoguer avec qui ? Pour Nouredine Bahbouh, il n'y a aucun doute sur l'identité de l'autorité avec laquelle il faudra nouer le dialogue. «Vous avez vu comment a été accueilli l'appel au dialogue lancé par le chef de l'Etat par intérim ?», a interrogé le président de l'UFDS pour dire qu'on ne peut adhérer aux revendications du mouvement populaire pour ensuite aller dialoguer avec Bensalah. La réponse à la question «qui gérera, qui dirigera le dialogue ?» est primordiale pour l'UFDS qui, par ailleurs, demande que l'institution militaire soit «facilitatrice» pour la tenue du dialogue. «Facilitatrice ou accompagnatrice» parce que l'invité de la Chaîne 3 ne veut pas que l'on comprenne que son parti est de ceux qui veulent faire jouer un rôle politique à l'armée, même si, d'un autre côté, il reconnaît du mérite à cette même armée pour avoir joué un rôle politique en appelant à l'activation de l'article 102 de la Constitution. En tous les cas, pour Bahbouh, il est urgent de parvenir à un consensus destiné à ouvrir la voie à un dialogue constructif, incluant les partis de l'opposition et les personnalités politiques, pour débattre de trois questions principales : convenir d'une date des élections, débattre de la loi sur les partis politiques, puis définir le rôle et les pouvoirs de la haute instance d'organisation des élections.
M. Azedine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.