Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager
ILS VEULENT UN CONGRÈS REEL POUR ELIRE UNE VRAIE DIRECTION À LA TÊTE DE L'UGTA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 05 - 2019

«Rendez le cachet de Aïssat Idir aux vrais syndicalistes !» La rue parallèle au boulevard Amirouche où est située l'Union locale (UL-UGTA) de Rouiba était exiguë pour contenir la foule de travailleurs et de travailleuses venus des entreprises publiques des zones industrielles Rouiba-Réghaïa (est d'Alger) faire cette réclamation.
Ni la chaleur, ni le jeûne ni la soif n'ont empêché des centaines de manifestants de dépenser de l'énergie pour crier leur ras-le-bol et dire ce qu'ils pensaient de Sidi Saïd, l'actuel SG de l'Ugta et du secrétariat national de ce syndicat dont la moyenne d'âge de sa composante est de 72 ans et demi.
«Nous sommes venus pour soutenir le nouveau comité de sauvegarde de notre syndicat et pour dire à Sidhoum Saïd et sa clique qu'ils sont disqualifiés pour organiser un congrès. Qu'ils sachent qu'ils ne nous représentent plus. Donc, leur congrès ne sera qu'une cascade et une fraude honteuse», diront des travailleurs du Groupe Snvi.
Les contestataires répondent à l'appel du Comité national de réappropriation de l'Ugta par les travailleurs (CNRUT). «C'est la continuité des actions réussies au mois d'avril et le 1er mai» Nous explique Bouderba, l'un des animateurs du mouvement de réappropriation du syndicat historique. «Aujourd'hui, les travailleurs de Béjaïa et Tizi-Ouzou sont en grève. Par ailleurs, des rassemblements similaires sont organisés à Saïda et Tlemcen», a affirmé Bouderba.
Sous la chaleur moite qui régnait hier à Rouiba, les anti-Sidi Saïd ont notamment scandé : «Rendez le cachet de Aïssat Idir aux vrais syndicalistes !» «Libérez l'Ugta !» «Siyassa ouadha ou doula khaïna ! (la politique est claire, le gouvernement est traître)» «Baâtou syndicat yaserrakine ! (Vous avez vendu le syndicat voleurs)», «Dégage ! Dégage ya Sidhoum ! »
Les manifestants demandent, par ailleurs, à la justice d'intervenir, après le congrès authentique pour enquêter sur la gestion du syndicat. Même les slogans de la révolution du 22 février ont été repris par la foule. Intervenant devant la foule acquise, Messaoudi, farouche opposant de la politique de compromission de Sidi Saïd, n'a pas caché son ressentiment contre son chef.
Dénonçant la décadence de cette organisation, créée pour défendre les droits des travailleurs, Messaoudi lance contre Sidi Saïd. «C'est honteux ! Se réunir à la maison du peuple pour étudier le plan de cession des entreprises publiques aux patrons véreux. C'est inimaginable. Ils ont essayé de casser la Snvi, Infrafer et d'autres entreprises avec la complicité de l'Ugta. Nous nous sommes opposés avec d'autres camarades depuis 2015 à cette politique du bradage par le biais de partenariat public, privé.
Certains syndicalistes ont été marginalisés.» C'est à ce moment que la foule intervient. «Nous voulons la suppression de l'IRG !» «Vous avez raison. Un travailleur algérien paye plus d'impôts qu'un milliardaire qui importe la banane», rétorque l'orateur. Il a notamment abordé quelques problèmes sociaux que subit la classe ouvrière du pays.
A l'issue de cette protestation, les présents ont applaudi la déclaration laquelle fait, d'une part, le bilan de ce mouvement de réappropriation de l'Ugta et d'autre part lance un appel à une large adhésion des travailleurs à leur démarche pour «arracher leur organisation des mains d'une bande», ils écrivent dans cette déclaration approuvée par acclamation.
«Nous tenons à dénoncer la mascarade du congrès préfabriqué et anti-statutaire programmé par la Centrale les 20 et 21 juin 2019 ainsi que les mesures de suspension arbitraires et anti-statutaires prises à l'encontre des membres de la CN (Commission nationale ndlr) à la ligne anti-travailleurs de la Centrale Ugta.»
Ils soutiennent en outre le CNRUT (Comité national de réappropriation de l'Ugta par les travailleurs) «seul habilité à parler en notre nom et préparer le congrès extraordinaire avant la fin de l'année.»
Abachi L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.