POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager
ILS VEULENT UN CONGRÈS REEL POUR ELIRE UNE VRAIE DIRECTION À LA TÊTE DE L'UGTA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 05 - 2019

«Rendez le cachet de Aïssat Idir aux vrais syndicalistes !» La rue parallèle au boulevard Amirouche où est située l'Union locale (UL-UGTA) de Rouiba était exiguë pour contenir la foule de travailleurs et de travailleuses venus des entreprises publiques des zones industrielles Rouiba-Réghaïa (est d'Alger) faire cette réclamation.
Ni la chaleur, ni le jeûne ni la soif n'ont empêché des centaines de manifestants de dépenser de l'énergie pour crier leur ras-le-bol et dire ce qu'ils pensaient de Sidi Saïd, l'actuel SG de l'Ugta et du secrétariat national de ce syndicat dont la moyenne d'âge de sa composante est de 72 ans et demi.
«Nous sommes venus pour soutenir le nouveau comité de sauvegarde de notre syndicat et pour dire à Sidhoum Saïd et sa clique qu'ils sont disqualifiés pour organiser un congrès. Qu'ils sachent qu'ils ne nous représentent plus. Donc, leur congrès ne sera qu'une cascade et une fraude honteuse», diront des travailleurs du Groupe Snvi.
Les contestataires répondent à l'appel du Comité national de réappropriation de l'Ugta par les travailleurs (CNRUT). «C'est la continuité des actions réussies au mois d'avril et le 1er mai» Nous explique Bouderba, l'un des animateurs du mouvement de réappropriation du syndicat historique. «Aujourd'hui, les travailleurs de Béjaïa et Tizi-Ouzou sont en grève. Par ailleurs, des rassemblements similaires sont organisés à Saïda et Tlemcen», a affirmé Bouderba.
Sous la chaleur moite qui régnait hier à Rouiba, les anti-Sidi Saïd ont notamment scandé : «Rendez le cachet de Aïssat Idir aux vrais syndicalistes !» «Libérez l'Ugta !» «Siyassa ouadha ou doula khaïna ! (la politique est claire, le gouvernement est traître)» «Baâtou syndicat yaserrakine ! (Vous avez vendu le syndicat voleurs)», «Dégage ! Dégage ya Sidhoum ! »
Les manifestants demandent, par ailleurs, à la justice d'intervenir, après le congrès authentique pour enquêter sur la gestion du syndicat. Même les slogans de la révolution du 22 février ont été repris par la foule. Intervenant devant la foule acquise, Messaoudi, farouche opposant de la politique de compromission de Sidi Saïd, n'a pas caché son ressentiment contre son chef.
Dénonçant la décadence de cette organisation, créée pour défendre les droits des travailleurs, Messaoudi lance contre Sidi Saïd. «C'est honteux ! Se réunir à la maison du peuple pour étudier le plan de cession des entreprises publiques aux patrons véreux. C'est inimaginable. Ils ont essayé de casser la Snvi, Infrafer et d'autres entreprises avec la complicité de l'Ugta. Nous nous sommes opposés avec d'autres camarades depuis 2015 à cette politique du bradage par le biais de partenariat public, privé.
Certains syndicalistes ont été marginalisés.» C'est à ce moment que la foule intervient. «Nous voulons la suppression de l'IRG !» «Vous avez raison. Un travailleur algérien paye plus d'impôts qu'un milliardaire qui importe la banane», rétorque l'orateur. Il a notamment abordé quelques problèmes sociaux que subit la classe ouvrière du pays.
A l'issue de cette protestation, les présents ont applaudi la déclaration laquelle fait, d'une part, le bilan de ce mouvement de réappropriation de l'Ugta et d'autre part lance un appel à une large adhésion des travailleurs à leur démarche pour «arracher leur organisation des mains d'une bande», ils écrivent dans cette déclaration approuvée par acclamation.
«Nous tenons à dénoncer la mascarade du congrès préfabriqué et anti-statutaire programmé par la Centrale les 20 et 21 juin 2019 ainsi que les mesures de suspension arbitraires et anti-statutaires prises à l'encontre des membres de la CN (Commission nationale ndlr) à la ligne anti-travailleurs de la Centrale Ugta.»
Ils soutiennent en outre le CNRUT (Comité national de réappropriation de l'Ugta par les travailleurs) «seul habilité à parler en notre nom et préparer le congrès extraordinaire avant la fin de l'année.»
Abachi L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.