PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réédition des actes du colloque sur Massinissa
HCA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 05 - 2019

La librairie Media Book à Alger a abrité mardi dernier une rencontre consacrée au grand souverain numide, Massinissa. C'était à l'occasion de la réédition des actes du colloque qui lui a été dédié par le HCA.
Le comité d'accueil était composé de Mme Cherifa Bilek, archéologue de formation et cadre du HCA, Boudjemaâ Azziri, directeur de la recherche et de l'enseignement et Abdelhakim Meziani, journaliste et modérateur de l'événement. Il était aussi question de la dimension militaire, mais aussi de la place qu'accordait Massinissa aux langues, à la science et à la culture. Massinissa, bien qu'étant un rude guerrier, encouragera la littérature et les arts. Il envoya même ses enfants étudier en Grèce et reçut à sa cour de nombreux écrivains et artistes étrangers.
Cet homme courageux était aussi un roi généreux qui accorda son pardon à Lacumazes et Meztul ainsi que sa protection à Sophonisbe. Massinissa savait aussi se comporter en souverain raffiné, portant de riches vêtements et une couronne sur la tête. Dans son palais de Cirta, il donnait des banquets où les tables étaient chargées de vaisselle d'or et d'argent et où se produisaient des musiciens venus de Grèce.
Massinissa avait combattu les Carthaginois, mais il ne dédaigna guère la civilisation carthaginoise dont il sut tirer avantage. La langue punique fut d'usage courant dans sa capitale où on parlait également, en plus du berbère, les langues grecque et latine.
Ainsi, l'œuvre sociale et politique de Massinissa fut aussi grande que son œuvre militaire. Il sédentarisa ainsi les Amazighs, édifia un Etat numide puissant et le dota d'institutions inspirées de celles de Rome et de Carthage, les deux puissances de l'époque. Il fit frapper une monnaie nationale et entretint une armée régulière ainsi qu'une flotte qu'il mit parfois au service de ses alliés romains.
Ce fut un grand aguellid (roi), qui s'efforça de faire de la Berbérie un Etat unifié et indépendant. Massinissa essaya de réaliser l'ébauche d'une nation libre, de développer sa civilisation autonome. La tentative de Massinissa et ses réalisations ont mis en relief ses qualités exceptionnelles de souverain.
Massinissa, ou Masnsen, né vers 238 av. J.-C., était un roi berbère, fils du roi Gaïa. Il fut le premier roi de la Numidie unifiée. Il est mort en l'an 148 av. J.-C. Son nom a été retrouvé dans son tombeau à Cirta (aujourd'hui Constantine), sous la forme consonantique MSNSN.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.