Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dialogue avec les «bandes» rejeté
15e acte de la mobilisation contre le système
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 06 - 2019

Les Algériens, sortis hier par millions dans les différentes wilayas du pays, n'envisagent aucune sortie de crise à laquelle les figures décriées du système politique participent. A travers des slogans unanimes, ils ont réitéré leur détermination à poursuivre le mouvement jusqu'à l'aboutissement de ses principales revendications. Ils ont exprimé leur rejet du dialogue avec les responsables actuels. Le message est très clair : aucune élection, aucun dialogue ne sera accepté tant que le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, et celui du gouvernement, Noureddine Bedoui, sont en place. Les marches d'hier étaient également un moment d'hommage à Kamel-Eddine Fekhar, décédé mercredi alors qu'il était en prison pour ses opinions politiques.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Comme partout ailleurs, la mobilisation à Alger n'a pas faibli. Au 15e vendredi de mobilisation nationale contre le système politique, 4e et dernier vendredi de ce mois de Ramadhan, les marées humaines étaient au rendez-vous.
Le centre d'Alger était plein comme un œuf. Une foule nombreuse s'est dirigée vers la nouvelle place choisie par les manifestants après la fermeture du périmètre de la Grande-Poste. Il s'agit de la place des Martyrs.
Le rejet du dialogue auquel a appelé le chef de l'état-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah, tant que les figures décriées du système sont en place, et le décès du militant mozabite, Kamel-Eddine Fekhar en détention, ont marqué la manifestation d'hier à Alger. Des intimidations policières ont été signalées. La police a arraché des pancartes à plusieurs manifestants. Dès le départ, les manifestants ont donné le ton.
« Makach el hiwar maâ el aissabat » (y a pas de dialogue avec les bandes ) et « y a pas de dialogue avec les voleurs », ont-ils scandé dans les différentes places de la capitale, conditionnant ainsi l'acceptation du dialogue avec le départ notamment de Bensalah et Bedoui.
Le chef d'état-major de l'ANP en a eu pour son grade et les slogans « Djeïch chaâb khawa khawa, Gaïd Salah maâ el khawana (l'armée et le peuple sont des frères, Gaïd Salah est avec les traîtres » et « Gaid Salah dégage » ont fusé de partout.
Pour les manifestants, l'armée, en tant que centre du pouvoir réel, doit répondre sans tergiverser aux revendications des populations.
Les slogans « Pour un Etat civil et non militaire », « Le peuple ne veut pas d'un pouvoir militaire à nouveau », « Algérie libre et démocratique » ont été réitérés par les manifestants très en colère contre les manœuvres du système qui veut détourner les revendications populaires et faire avorter le mouvement.
Mais il semble que les manifestants ont compris, à l'échelle individuelle et collective, que l'échec du mouvement en cours sera très coûteux pour le peuple qui ne s'en remettra peut-être jamais. Ainsi, le slogan « Y a pas de dialogue avec les bandes » a remplacé celui de « Y a pas d'élections avec les bandes » dès que la présidentielle du 4 juillet a été abandonnée.
Depuis le 22 février, les slogans ont évolué en tenant compte des nouvelles situations politiques. Pour le président de l'association RAJ, Abdelouahab Fersaoui, en maintenant sa mobilisation, le peuple a montré que rien ne pourra arrêter sa marche vers sa souveraineté. Saïd Salhi, vice-président de la LADDH, a salué, pour sa part, la forte mobilisation et détermination du peuple algérien malgré les tentatives du système d'empêcher ses marches pacifiques, tout en dénonçant « la mauvaise volonté du système d'aller à la solution politique en phase avec les revendications de la rue ».
Hommage national à Fekhar
La particularité des marches d'hier était l'hommage national rendu par les manifestants, partout, au militant des droits de l'Homme, Kamel-Eddine Fekhar.
Une minute de silence a été observée à sa mémoire au niveau de plusieurs points de rassemblement à Alger.
Les manifestants ont accusé le pouvoir de l'avoir tué, en scandant « Pouvoir assassin » et demandé que justice soit faite. Ils ont appelé au jugement des responsables de cet acte criminel qui a provoqué la mort d'un défenseur des droits de l'Homme alors qu'il était emprisonné pour ses opinions politiques.
De nombreux Mozabites, qu'on distinguait grâce à leur habit traditionnel, ont participé aux manifestations de la capitale.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.