Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les candidats entre soulagement et appréhension après l'épreuve de mathématiques
Deuxième jour du bac
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 06 - 2019

Les candidats au bac, toutes filières confondues, ont planché hier sur l'épreuve tant redoutée de mathématiques. Les avis étaient mitigés entre ceux qui ont trouvé le sujet «abordable» et ceux qui l'ont jugé «difficile». Pour Meziane Meriane, enseignant de mathématiques et coordinateur du Snapest, le sujet de maths était à la portée de l'élève moyen. Par ailleurs, l'accès aux réseaux sociaux était bloqué pour le deuxième jour consécutif.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - Au second jour des épreuves du bac, les candidats des six filières ont été tous logés à la même enseigne en composant avec l'épreuve de mathématiques dans la matinée. Une épreuve tant redoutée par les candidats, particulièrement ceux issus de la branche scientifique pour qui le coefficient 5 est très élevé. L'épreuve était programmée entre 8h30 et 11h. Aux environs de 10h30, les candidats commençaient déjà à sortir des salles d'examen pour rejoindre leurs parents qui attendaient impatiemment à l'extérieur. Et les avis des candidats étaient mitigés entre le soulagement des uns et l'appréhension des autres.
Penchée sur le portail du lycée El Aqid-Lotfi, situé à l'est de la capitale, Samira de la branche scientifique confiait : «Nous avons eu le choix entre deux sujets et les deux étaient abordables». A quelques pas d'elle, Neila, l'air dépité, assise sur les marches de l'établissement, elle aussi de la branche scientifique, a soutenu que le sujet de maths était «difficile».
Les deux sujets au choix, dit-elle, «sont compliqués». Souhil, de la branche gestion et économie, est du même avis et avoue avoir rencontré beaucoup de difficultés pour répondre aux questions. Pourtant, selon l'avis des enseignants, le sujet a été conçu sur la base du niveau d'un élève moyen. Meziane Meriane, enseignant de maths et coordinateur du Snapest estime que le sujet a été conçu pour qu'un élève moyen puisse répondre aux questions. Un élève qui a travaillé tout au long de l'année, dit-il, peut facilement répondre à ce sujet.
«Si le sujet était abordable ou pas, de toute façon les élèves ont toujours quelque chose à redire. Il faut savoir que le sujet du bac est conçu sur la base du niveau d'un élève moyen qui peut décrocher une note de 10 ou plus, mais la problématique réellement posée, c'est qu'avant, nous pouvions déterminer pendant l'année scolaire les élèves qui seront admis au bac. L'évaluation de l'année scolaire reflète le niveau réel des élèves. Un élève qui a une moyenne de 10 pendant l'année scolaire va décrocher son bac avec un 10, or, maintenant un élève qui a une moyenne de 11 ou de 12 pendant l'année scolaire peut ne pas décrocher son bac, car il n'y a pas d'évaluation», a déclaré Meziane Meriane. Dans l'après-midi, les candidats, toutes branches confondues, ont planché sur le sujet d'anglais. Et c'est à partir d'aujourd'hui que les épreuves sont programmées selon les filières et les candidats vont devoir composer avec la matière essentielle de leurs filières respectives. Ainsi les candidats des filières lettres et philosophie et langues étrangères vont plancher sur le sujet de philo, les scientifiques et les mathématiciens sur le sujet de sciences naturelles, ceux de la branche technique et mathématique le sujet de technologie et ceux de gestion celui de comptabilité. Dans l'après-midi, par contre, ils vont tous composer avec l'épreuve de français. Par ailleurs, le ministère de l'Education a eu encore recours au blocage des réseaux sociaux et pour le deuxième jour consécutif, les épreuves se sont déroulées normalement sans qu'il y ait fuite de sujets.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.