En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    L'Alliance présidentielle décapitée    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    La présidence dit oui    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    La cérémonie en Egypte    Pas de représentant algérien à la CAF    Les syndicats ne cachent pas leur colère    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le conseil de la concurrence fait le point
REGULATION DES ACTIVITES ECONOMIQUES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 06 - 2019

La «mise en place d'un programme de conformité aux règles de la concurrence» était en débat, hier à Alger, à l'occasion de la journée d'étude, organisée par le Conseil de la concurrence, qui a relevé l'importance de l'accompagnement de l'Union européenne pour la mise en place d'un organisme à même de réguler l'activité économique en Algérie.
Abdelhalim Benyellès – Alger (Le Soir) - Parmi les bienfaits du Conseil de la concurrence, le respect des règles du marché, la lutte contre les inégalités et la corruption ainsi que la compétitivité entre les entreprises, a noté au départ le président Amara Zitouni, qui a précisé, à l'occasion, les missions confiées à l'instance qu'il préside, à savoir un organe consultatif, de régulation et de contrôle de l'activité économique en Algérie.
Devant un parterre de représentants d'entreprises nationales et d'experts, l'orateur a tenu à remercier l'Union européenne pour son aide dans le domaine de la formation et l'accompagnement ponctuel qui a duré 8 mois.
«Nous n'avons de compte à rendre à aucune institution», a signifié le président du Conseil de la concurrence, qui plaide pour l'autonomie vis-à-vis des instances officielles, puisqu'il le déclare ouvertement : «si nous avons des comptes à rendre, c'est bien à la justice que nous remettons nos comptes.» Autant comprendre que le Conseil, longtemps rattaché aux structures de l'Etat, a peiné durant plusieurs années à assumer sa mission, avant de faire appel à la contribution de l'Union européenne pour se structurer et jouer son rôle de «gendarme du marché» dans le contexte économique national.
Une idée développée par l'expert du P3A de l'UE, qui a déclaré que le programme financé par l'Union européenne vise à apporter l'assistance technique aux entreprises algériennes, à renforcer leur productivité et à assurer leur mise à niveau, une action ponctuelle qui a démarré en 2018 et qui vient de prendre fin, ce qui a permis à P3P (UE) de mobiliser ses compétences et d'accompagner le marché algérien. A l'occasion, il a émis le souhait que cette dynamique «aille au-delà du programme».
Pour sa part, M. Abdelaziz Kourogli, directeur des études des marchés et des enquêtes économiques de la concurrence, expert européen, s'est penché dans son intervention sur l'état d'avancement du programme qui a généré des résultats «réconfortants». «71 entreprises algériennes du domaine des hydrocarbures, de l'automobile, du bâtiment, de la téléphonie, des assurances, des médicaments, le FCE ainsi que certaines organisations professionnelles ont adhéré aux règles de conformité du Conseil, grâce à des actions de sensibilisation dont l'objectif réside dans l'intérêt de l'économie nationale.
Et de poursuivre que le programme qui s'est étalé sur 75 jours a permis aux experts de cibler quelques domaines d'activité des secteurs public et privé. Pour la suite, l'expert a rappelé l'importance du Conseil de concurrence en Algérie dans la régulation de l'activité des entreprises.
Dans le domaine juridique, M.Tarek Madarbux, expert du P3P, avocat au barreau de Paris, signale quelques aspects juridiques dans le domaine de la conformité. Pour une entreprise qui respecte les règles de la concurrence et qui a adopté le programme de conformité, elle bénéficiera de 15% de réduction de la sanction prise à son encontre par le Conseil de la concurrence. Par ailleurs, citant les effets positifs des règles de la concurrence, il parlera de l'amélioration du système de distribution, de la préservation de la compétitivité et son influence sur le pouvoir d'achat. Par la suite, l'expert européen a souligné le rôle du juriste dans une entreprise contre les risques de sanction par le Conseil de la concurrence ainsi que le rôle de ce dernier dans le respect du prix de la revente, l'inspection des locaux de production et de stockage ainsi que les sanctions contre les infractions des règles commerciales.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.