Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le conseil de la concurrence fait le point
REGULATION DES ACTIVITES ECONOMIQUES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 06 - 2019

La «mise en place d'un programme de conformité aux règles de la concurrence» était en débat, hier à Alger, à l'occasion de la journée d'étude, organisée par le Conseil de la concurrence, qui a relevé l'importance de l'accompagnement de l'Union européenne pour la mise en place d'un organisme à même de réguler l'activité économique en Algérie.
Abdelhalim Benyellès – Alger (Le Soir) - Parmi les bienfaits du Conseil de la concurrence, le respect des règles du marché, la lutte contre les inégalités et la corruption ainsi que la compétitivité entre les entreprises, a noté au départ le président Amara Zitouni, qui a précisé, à l'occasion, les missions confiées à l'instance qu'il préside, à savoir un organe consultatif, de régulation et de contrôle de l'activité économique en Algérie.
Devant un parterre de représentants d'entreprises nationales et d'experts, l'orateur a tenu à remercier l'Union européenne pour son aide dans le domaine de la formation et l'accompagnement ponctuel qui a duré 8 mois.
«Nous n'avons de compte à rendre à aucune institution», a signifié le président du Conseil de la concurrence, qui plaide pour l'autonomie vis-à-vis des instances officielles, puisqu'il le déclare ouvertement : «si nous avons des comptes à rendre, c'est bien à la justice que nous remettons nos comptes.» Autant comprendre que le Conseil, longtemps rattaché aux structures de l'Etat, a peiné durant plusieurs années à assumer sa mission, avant de faire appel à la contribution de l'Union européenne pour se structurer et jouer son rôle de «gendarme du marché» dans le contexte économique national.
Une idée développée par l'expert du P3A de l'UE, qui a déclaré que le programme financé par l'Union européenne vise à apporter l'assistance technique aux entreprises algériennes, à renforcer leur productivité et à assurer leur mise à niveau, une action ponctuelle qui a démarré en 2018 et qui vient de prendre fin, ce qui a permis à P3P (UE) de mobiliser ses compétences et d'accompagner le marché algérien. A l'occasion, il a émis le souhait que cette dynamique «aille au-delà du programme».
Pour sa part, M. Abdelaziz Kourogli, directeur des études des marchés et des enquêtes économiques de la concurrence, expert européen, s'est penché dans son intervention sur l'état d'avancement du programme qui a généré des résultats «réconfortants». «71 entreprises algériennes du domaine des hydrocarbures, de l'automobile, du bâtiment, de la téléphonie, des assurances, des médicaments, le FCE ainsi que certaines organisations professionnelles ont adhéré aux règles de conformité du Conseil, grâce à des actions de sensibilisation dont l'objectif réside dans l'intérêt de l'économie nationale.
Et de poursuivre que le programme qui s'est étalé sur 75 jours a permis aux experts de cibler quelques domaines d'activité des secteurs public et privé. Pour la suite, l'expert a rappelé l'importance du Conseil de concurrence en Algérie dans la régulation de l'activité des entreprises.
Dans le domaine juridique, M.Tarek Madarbux, expert du P3P, avocat au barreau de Paris, signale quelques aspects juridiques dans le domaine de la conformité. Pour une entreprise qui respecte les règles de la concurrence et qui a adopté le programme de conformité, elle bénéficiera de 15% de réduction de la sanction prise à son encontre par le Conseil de la concurrence. Par ailleurs, citant les effets positifs des règles de la concurrence, il parlera de l'amélioration du système de distribution, de la préservation de la compétitivité et son influence sur le pouvoir d'achat. Par la suite, l'expert européen a souligné le rôle du juriste dans une entreprise contre les risques de sanction par le Conseil de la concurrence ainsi que le rôle de ce dernier dans le respect du prix de la revente, l'inspection des locaux de production et de stockage ainsi que les sanctions contre les infractions des règles commerciales.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.