USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Djerrar opéré avec succès    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance
Dans son livre Alger, capitale de la révolution : de Fanon aux Blacks Panthers
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 06 - 2019

«Alger, capitale de la révolution : de Fanon aux Blacks Panthers» est le titre d'un livre, témoignage de la journaliste américaine Elaine Mokhtefi dans lequel elle raconte, en tant qu'actrice, une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance. Publié par La Fabrique Editions, ce nouveau livre de 279 pages sur cette séquence de l'histoire récente de l'Algérie, qui suscite l'intérêt de beaucoup de chercheurs, historiens et militants des mouvements révolutionnaires, raconte d'abord la trajectoire d'une jeune militante américaine qui découvre la cause algérienne dans son processus de décolonisation et l'épouse, pour participer, ensuite, à l'édification de la nouvelle République. C'est à partir de Paris, «une ville du Nord arrosée par des pluies quotidiennes» que cette Newyorkaise découvre «une sous-classe et une sous-culture de travailleurs algériens immigrés (qui) engageaient la ville et le pays dans une bataille existentielle pour la reconnaissance et la liberté». Les manifestations des travailleurs du 1er mai 1952 lui ont fait «l'effet lumière» puisqu'elle a été «littéralement percutée par la réalité» des Algériens qui défilaient sans lancer de slogans, ni porter des drapeaux ou des banderoles parce que le syndicat CGT (Confédération générale du travail) avait «voulu empêcher toute réclamation d'indépendance de l'Algérie».
Quatorze mois après, elle a été témoin des balles assassines contre les Algériens, lors de la manifestation du 14 juillet 1953 à Paris, qui revendiquaient l'indépendance de leur pays. La police française avait tué sept d'entre eux et blessé des centaines. Son militantisme pour les causes justes l'a plongée dans le contexte des turbulences vécues à l'époque par le continent africain, dont elle voyait que la décolonisation était «une des questions primordiales» de l'après-guerre (1939-1945). Mais le plus attrayant du récit de cette militante, issue d'une famille juive de la classe ouvrière américaine que le destin fait qu'elle se marie avec Omar Mokhtefi (décédé en 2015), un ancien moudjahid, reste la période 1962-1974 où elle a vécu en Algérie.
Cette femme, qui s'était engagée à «mille pour cent» pour l'indépendance de l'Algérie, a rejoint Alger en octobre 1962 au même moment que les représentants des mouvements révolutionnaires, notamment africains. Après avoir travaillé quelques mois à l'Office national algérien du tourisme, elle fut transférée à la présidence de la jeune République algérienne pour rejoindre le bureau de presse et d'information, sous la responsabilité de Cherif Guellal, qui deviendra, six mois, après ambassadeur à Washington.
Elle témoigne de l'engouement des étrangers qui ont soutenu la guerre de libération, pour venir aider cette Algérie indépendante.«Je n'étais pas seule, a-t-elle dit. Plusieurs milliers d'étrangers, des partisans de l'Algérie indépendante, étaient arrivés de France, de Tunisie, du Maroc au cours des premiers mois» de l'indépendance. Elle raconte également qu'elle a été encore transférée en 1964 au secrétariat d'Etat au niveau du Palais du gouvernement après la venue d'un nouveau directeur du cabinet présidentiel, mais elle a préféré rejoindre l'agence algérienne de presse Algérie Presse Service (APS) pour travailler au Desk anglais, puis, en 1968, elle est entrée à la Radio-Télévision algérienne (RTA) où elle dirigeait trois émissions consacrées aux événements nationaux et internationaux.
Son récit est une mine d'or sur une période où il y avait en Algérie un bouillonnement dans tous les secteurs où les responsables algériens de l'époque, avec l'aide des compétences étrangères, constituaient les architectes de l'Etat moderne algérien. Ses rencontres avec les grandes figures de l'époque, comme Ahmed Ben Bella, Fidel Castro, Eldridge Cleaver des Black Panthers, Mohammed Sahnoun, Mohammed Bedjaoui, Mohamed Seddik Benyahia, Frantz Fanon et les mouvements révolutionnaires, allaient la projeter dans une intense activité où elle était prise dans le tourbillon des événements nationaux et internationaux. Son récit de ce vécu algérien, qui incite à une lecture d'une traite, témoigne de l'effervescence des luttes anticoloniales pour un nouvel ordre international plus juste, offrant aux peuples les plus démunis une vie meilleure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.