Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paroles et images de femmes
Avant-première de la résidence Timimoun
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 06 - 2019

La Cinémathèque d'Alger accueillera ce jeudi 27 juin la projection de sept films de réalisatrices algériennes ayant participé à la résidence de création documentaire organisée par l'association Cinéma et Mémoire à Timimoun.
Ce sont sept femmes, dont la plupart font leur première expérience au cinéma, qui nous présenteront ce jeudi 27 juin leurs courts et moyens métrages documentaires élaborés dans le cadre d'une résidence de création à Timimoun entre 2017 et 2019. Organisé par l'association Cinéma et Mémoire, sous la houlette de la cinéaste féministe Habiba Djahnine, cet atelier a donné naissance à sept films portés par des regards féminins et centrés sur la condition des femmes en Algérie.
De 13h à 18h, nous aurons donc à découvrir des histoires et des démarches cinématographiques différentes ayant en commun le désir de se réapproprier la parole et le geste créatif autour des questions liées à la femme algérienne. Kahina Zina, militante féministe, signe ainsi son premier moyen métrage documentaire Le rideau (26 min), qui relate sa propre quête d'émancipation dans un monde et une société où la femme prend conscience, dès l'enfance, de sa condition. Selon elle (19 min), de Kamila Ould Larbi, décrit les échanges entre la réalisatrice et sa mère autour de ses choix de vie, de l'avenir et autres questionnements existentiels. La photographe et cinéaste Leila Saâdna viendra avec Dis-moi Djamila, si je meurs, comment feras-tu ? (33 min) revoit le phénomène d'el Ghorba (l'émigration) à travers un prisme féminin et déconstruit, ainsi, le monopole du regard et du récit masculins sur cette question.
Piment rouge (30 min) de Sadia Gacem, doctorante en sociologie, traitera de la condition des femmes prises en étau entre le code de la famille et les injonctions sociales et familiales : règles de bonne conduite, contraintes, interdits, tous élaborés et dictés par des hommes.
Sara, une militante féministe, proposera un documentaire sonore, Mon peuple, les femmes (23 min), autour du concept féministe de non-mixité qui constitue un véritable espace de libération de la parole où des femmes s'expriment sur les différentes questions liées à leur condition, dans la confiance et la sororité, sans subir le regard et le jugement masculins.
Sonia Kessi, photographe qui se distingue par son travail sur les femmes paysannes, viendra avec Nnuba (47 min), reste fidèle à son thème de prédilection puisqu'il abordera une vieille organisation sociale d'entraide féminine qui consiste à faire paître le bétail à tour de rôle, une pratique instaurée par des bergères de Bouzguene et très proche du concept moderne de non-mixité choisie puisqu'elle leur permet de s'exprimer sans entraves, entre confidences, chants, poésies et récits de vie.
Enfin, Awres Wiame, féministe convaincue, dévoilera Les filles de la montagne (40 min), qui revient sur l'histoire de Khadidja, maquisarde durant la guerre de Libération, qui demeura hantée par les fantômes de la guerre après l'indépendance, à tel point qu'elle fut internée dans un hôpital psychiatrique dans les années 1970. Ses filles, Tourkia et Aïcha, seront placées dans un centre d'enfants de martyrs où elles auront une formation artistique. Devenue danseuse au Ballet national, Tourkia racontera son destin et celui de sa mère. Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.