Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    À propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (1re partie)    «Il est possible de parvenir à un accord», selon Khartoum    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Les touristes se font attendre    Makhloufi et tous les autres !    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Inspection plus vigoureuse    Confusion dans la remise des corps de deux personnes décédées du Covid-19    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    L'Algérie à la croisée des chemins    Marche à Paris pour la transition démocratique    Décès du général-major Hassen Alaïmia    La situation de plus en plus inquiétante à Sétif    6 décès et 441 nouveaux cas en 24 heures    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Saïd Chanegriha préside une cérémonie pour commémorer l'anniversaire de la fête de l'indépendance    L'alimentation en eau renforcée    Aïn El Turck: Les traversées clandestines reprennent après une brève accalmie    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paroles et images de femmes
Avant-première de la résidence Timimoun
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 06 - 2019

La Cinémathèque d'Alger accueillera ce jeudi 27 juin la projection de sept films de réalisatrices algériennes ayant participé à la résidence de création documentaire organisée par l'association Cinéma et Mémoire à Timimoun.
Ce sont sept femmes, dont la plupart font leur première expérience au cinéma, qui nous présenteront ce jeudi 27 juin leurs courts et moyens métrages documentaires élaborés dans le cadre d'une résidence de création à Timimoun entre 2017 et 2019. Organisé par l'association Cinéma et Mémoire, sous la houlette de la cinéaste féministe Habiba Djahnine, cet atelier a donné naissance à sept films portés par des regards féminins et centrés sur la condition des femmes en Algérie.
De 13h à 18h, nous aurons donc à découvrir des histoires et des démarches cinématographiques différentes ayant en commun le désir de se réapproprier la parole et le geste créatif autour des questions liées à la femme algérienne. Kahina Zina, militante féministe, signe ainsi son premier moyen métrage documentaire Le rideau (26 min), qui relate sa propre quête d'émancipation dans un monde et une société où la femme prend conscience, dès l'enfance, de sa condition. Selon elle (19 min), de Kamila Ould Larbi, décrit les échanges entre la réalisatrice et sa mère autour de ses choix de vie, de l'avenir et autres questionnements existentiels. La photographe et cinéaste Leila Saâdna viendra avec Dis-moi Djamila, si je meurs, comment feras-tu ? (33 min) revoit le phénomène d'el Ghorba (l'émigration) à travers un prisme féminin et déconstruit, ainsi, le monopole du regard et du récit masculins sur cette question.
Piment rouge (30 min) de Sadia Gacem, doctorante en sociologie, traitera de la condition des femmes prises en étau entre le code de la famille et les injonctions sociales et familiales : règles de bonne conduite, contraintes, interdits, tous élaborés et dictés par des hommes.
Sara, une militante féministe, proposera un documentaire sonore, Mon peuple, les femmes (23 min), autour du concept féministe de non-mixité qui constitue un véritable espace de libération de la parole où des femmes s'expriment sur les différentes questions liées à leur condition, dans la confiance et la sororité, sans subir le regard et le jugement masculins.
Sonia Kessi, photographe qui se distingue par son travail sur les femmes paysannes, viendra avec Nnuba (47 min), reste fidèle à son thème de prédilection puisqu'il abordera une vieille organisation sociale d'entraide féminine qui consiste à faire paître le bétail à tour de rôle, une pratique instaurée par des bergères de Bouzguene et très proche du concept moderne de non-mixité choisie puisqu'elle leur permet de s'exprimer sans entraves, entre confidences, chants, poésies et récits de vie.
Enfin, Awres Wiame, féministe convaincue, dévoilera Les filles de la montagne (40 min), qui revient sur l'histoire de Khadidja, maquisarde durant la guerre de Libération, qui demeura hantée par les fantômes de la guerre après l'indépendance, à tel point qu'elle fut internée dans un hôpital psychiatrique dans les années 1970. Ses filles, Tourkia et Aïcha, seront placées dans un centre d'enfants de martyrs où elles auront une formation artistique. Devenue danseuse au Ballet national, Tourkia racontera son destin et celui de sa mère. Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.