Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»
ELLE AURA PROBABLEMENT LIEU CHEZ LE RCD
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 06 - 2019

Les partis et autres acteurs associatifs acquis à l'idée d'une «transition de rupture» d'avec le système en place tiennent, comme prévu, leur première conférence nationale demain mercredi.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - En vue de cette rencontre de dialogue et de concertation d'un pan de l'opposition qui se déroulera fort probablement au siège national du RCD, les instigateurs de cette démarche devraient tenir, cet après-midi, chez le FFS, leur ultime réunion de préparation pour ficeler les derniers détails.
On annonce du beau monde à cette rencontre avec la participation, outre du FFS, du RCD, du PT, du PST, de l'UCP, du PLD et du MDS en sus de l'aile de la LADDH menée par Me Noureddine Benissad, celle de Jil Jadid et de bien d'acteurs syndicaux et de personnalités dont Nacer Djabi et Mokrane Aït-Larbi. Et la crise que vit le doyen des partis de l'opposition, instigateur de cette démarche, ne semble pas constituer un frein, bien au contraire, car au sein de l'aile «légaliste» du FFS, le parti fait l'objet d'un «vaste complot pour tenter d'anéantir une initiative politique commune en vue d'une sortie de crise politique à travers une véritable transition démocratique».
L'allusion est faite ici à ce que Ali Laskri considère comme étant un «hold-up anti-statutaire» mené par l'autre camp conduit par les deux autres membres de l'instance présidentielle et les parlementaires du parti.
La rencontre de demain fait écho à l'appel aux forces de l'alternative démocratique, lancé il y a quelques jours où ces forces du camp démocratique estiment que «l'heure aujourd'hui est à la concertation et au dialogue des forces progressistes, afin de construire un pacte politique consensuel qui définira, par la suite, les contours du processus de transition démocratique dans notre pays». Pour eux, «le peuple algérien, après son soulèvement contre le colonialisme à travers une révolution devenue un exemple pour le monde entier (…), est aujourd'hui en train de mener sa deuxième révolution, pacifique et unitaire pour imposer le changement radical pacifique et démocratique du système… La détermination reste inébranlable et l'espoir immense».
Et convaincu que «le pouvoir en place n'est pas disposé à saisir le sens profond de cet événement sans précédent depuis l'indépendance», lui qui «persévère obstinément dans le déni de la réalité et qui a fait le choix du pourrissement et de la manipulation», ce conglomérat des forces de l'alternative démocratique se considère comme «le seul à même de traduire fidèlement cette profonde aspiration populaire».
Pour ces forces démocratiques, «il est vain de croire à l'existence d'une issue positive à ce conflit dans le cadre de l'ordre actuel» et que «ni le pouvoir, ni ses diverses excroissances ne sont en mesure de constituer un recours», estimant que «la transition démocratique n'est pas un choix» mais relève de «l'ordre de la nécessité».
Pour les auteurs de cet appel, «l'urgence est d'élaborer une solution politique ambitieuse, raisonnable et réalisable, loin des règlements de comptes et des calculs étroits. Elle vise à mettre fin à ce régime dictatorial et à changer radicalement le système en vue de propulser le pays d'un ordre constitutionnel obsolète vers un ordre démocratique».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.