Oran: l'opération d'installation des coordinateurs communaux de la délégation de l'ANIE touche à sa fin    "Coalition Internationale", une autre voie pour exiger un référendum au Sahara Occidental    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 127 guérisons et 10 décès    Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Enseignement supérieur: les conditions de reprise des activités pédagogiques acceptables    Zones d'ombre: la prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Quelle chance pour la paix ?    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Les articles de la discorde    Naceri à la Cour constitutionnelle    Rassemblement et marche de soutien aux travailleurs de Numilog    Danger du futur tramway pour les habitants de la cité Chara    L'espoir renaît chez les agriculteurs suite aux dernières averses    Un autre décès par strangulation    Lutte contre les gangs de rues à Blida: arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Alger tente de reprendre la main au Sahel    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Un pari difficile    3 morts dans un accident de la route    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Distribution de plus de 4000 unités avant la fin de l'année    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    Enfin un gouverneur !    Benkhelifa signe pour trois ans    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    Flagrant délit !    7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    «Khayrek sbaq»    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Leur conférence de demain peut-être une chance pour une sortie de crise.. Les démocrates au rendez-vous avec l'histoire
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 06 - 2019

L'ensemble des syndicats autonomes de différents secteurs «ont déjà confirmé leur présence», selon des sources au fait des préparatifs, au même titre d'ailleurs que certaines personnalités nationales, des experts et spécialistes dans divers domaines, en plus de certains acteurs du Hirak.
C'est demain que la première conférence regroupant les chefs des partis dits de la mouvance démocratique, se tiendra. Un rendez-vous que d'aucuns qualifient d'«historique» au regard de la conjoncture actuelle du pays, avec une révolution entamée le 22 février et qui n'est prêt de céder aucune concession dans l'objectif d'instaurer une nouvelle république. A l'initiative de sept partis (FFS, RCD, PT, MDS, PST, UCP et PLD) en plus de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH), cette rencontre de «concertation et de dialogue» vise à réunir les forces progressistes afin de «de construire un pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans notre pays». L'appel lancé à cet effet le 18 juin dernier, semble avoir trouvé son écho, puisqu'une large participation est attendue à la conférence de demain et dont le lieu n'a jusqu'à hier en fin de journée, pas été communiqué, car, dépendant de l'autorisation de l'administration. L'ensemble des syndicats autonomes de différents secteurs «ont déjà confirmé leur présence», selon des sources au fait des préparatifs, au même titre d'ailleurs que certaines personnalités nationales, des experts et spécialistes dans divers domaines, en plus de certains acteurs du Hirak. Deux figures de la Guerre de libération nationale, Lakhdar Bouregaa et Djamila Bouhired en l'occurrence, sont attendues également à cette conférence. Une ultime réunion de travail devra avoir lieu aujourd'hui, pour finaliser les derniers détails liés à ce rendez-vous, arrêter la liste définitive, et tracer un plan de déroulement de la conférence, notamment en ce qui concerne les intervention, la durée et les axes des travaux. Sur ce, la commission d'organisation est à pieds d'œuvre est compte communiquer à l'issue de sa réunion de ce mardi quelques détails. «Nous avons adopté un plan de communication et je ne peux me prononcer sur quelques détails précis. Il faut attendre demain (Aujourd'hui, Ndlr», nous a déclaré hier, Nabil Aït Ahmed, secrétaire national chargé à la communication au sein du FFS.
Quant aux autres partis de l'opposition regroupés au sein de ce qui est appelé ‘'Forces du changement pour le triomphe du choix du peuple'', il est fort probable qu'ils boycottent cette conférence d'autant qu'ils sont engagés dans une initiative presque similaire. Leur conférence prévue initialement pour le 29 juin est – nous dit-on – reportée pour la première ou la deuxième semaine du mois de juillet. Les deux démarches se croisent, mais divergent sur la période de transition et un processus constituant qui pour les démocrates sont de l'ordre de «la nécessité», alors que les islamistes-nationalistes plaident pour une période qu'ils appellent «temporaire» préalable pour le dialogue et la mise en place de conditions pour organiser une élection présidentielle. Dans leur appel aux forces de l'alternative démocratique du 18 juin, les 07 partis et la LADDH avaient dénoncé le pouvoir en place qui «n'est pas disposé» à saisir le sens profond des évènements sans précédents que connaît l'Algérie. «Il persévère obstinément dans le déni de la réalité et a fait le choix du pourrissement et la manipulation», avaient-ils écrit, estimant que «le rassemblement des forces de l'alternative démocratique est le seul à même de traduire fidèlement cette profonde aspiration populaire». Expliquant que «la transition démocratique n'est pas un choix», mais «elle est de l'ordre de la nécessité», les signataires de l'appel jugent «urgent» aujourd'hui, «d'élaborer une solution politique ambitieuse, raisonnable et réalisable, loin des règlements de compte et des calculs étroits». Cette solution vise, selon eux, «à mettre fin à ce régime dictatorial et changer radicalement le système en vue de propulser le pays d'un ordre constitutionnel obsolète vers un ordre démocratique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.