Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Leur conférence de demain peut-être une chance pour une sortie de crise.. Les démocrates au rendez-vous avec l'histoire
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

L'ensemble des syndicats autonomes de différents secteurs «ont déjà confirmé leur présence», selon des sources au fait des préparatifs, au même titre d'ailleurs que certaines personnalités nationales, des experts et spécialistes dans divers domaines, en plus de certains acteurs du Hirak.
C'est demain que la première conférence regroupant les chefs des partis dits de la mouvance démocratique, se tiendra. Un rendez-vous que d'aucuns qualifient d'«historique» au regard de la conjoncture actuelle du pays, avec une révolution entamée le 22 février et qui n'est prêt de céder aucune concession dans l'objectif d'instaurer une nouvelle république. A l'initiative de sept partis (FFS, RCD, PT, MDS, PST, UCP et PLD) en plus de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH), cette rencontre de «concertation et de dialogue» vise à réunir les forces progressistes afin de «de construire un pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans notre pays». L'appel lancé à cet effet le 18 juin dernier, semble avoir trouvé son écho, puisqu'une large participation est attendue à la conférence de demain et dont le lieu n'a jusqu'à hier en fin de journée, pas été communiqué, car, dépendant de l'autorisation de l'administration. L'ensemble des syndicats autonomes de différents secteurs «ont déjà confirmé leur présence», selon des sources au fait des préparatifs, au même titre d'ailleurs que certaines personnalités nationales, des experts et spécialistes dans divers domaines, en plus de certains acteurs du Hirak. Deux figures de la Guerre de libération nationale, Lakhdar Bouregaa et Djamila Bouhired en l'occurrence, sont attendues également à cette conférence. Une ultime réunion de travail devra avoir lieu aujourd'hui, pour finaliser les derniers détails liés à ce rendez-vous, arrêter la liste définitive, et tracer un plan de déroulement de la conférence, notamment en ce qui concerne les intervention, la durée et les axes des travaux. Sur ce, la commission d'organisation est à pieds d'œuvre est compte communiquer à l'issue de sa réunion de ce mardi quelques détails. «Nous avons adopté un plan de communication et je ne peux me prononcer sur quelques détails précis. Il faut attendre demain (Aujourd'hui, Ndlr», nous a déclaré hier, Nabil Aït Ahmed, secrétaire national chargé à la communication au sein du FFS.
Quant aux autres partis de l'opposition regroupés au sein de ce qui est appelé ‘'Forces du changement pour le triomphe du choix du peuple'', il est fort probable qu'ils boycottent cette conférence d'autant qu'ils sont engagés dans une initiative presque similaire. Leur conférence prévue initialement pour le 29 juin est – nous dit-on – reportée pour la première ou la deuxième semaine du mois de juillet. Les deux démarches se croisent, mais divergent sur la période de transition et un processus constituant qui pour les démocrates sont de l'ordre de «la nécessité», alors que les islamistes-nationalistes plaident pour une période qu'ils appellent «temporaire» préalable pour le dialogue et la mise en place de conditions pour organiser une élection présidentielle. Dans leur appel aux forces de l'alternative démocratique du 18 juin, les 07 partis et la LADDH avaient dénoncé le pouvoir en place qui «n'est pas disposé» à saisir le sens profond des évènements sans précédents que connaît l'Algérie. «Il persévère obstinément dans le déni de la réalité et a fait le choix du pourrissement et la manipulation», avaient-ils écrit, estimant que «le rassemblement des forces de l'alternative démocratique est le seul à même de traduire fidèlement cette profonde aspiration populaire». Expliquant que «la transition démocratique n'est pas un choix», mais «elle est de l'ordre de la nécessité», les signataires de l'appel jugent «urgent» aujourd'hui, «d'élaborer une solution politique ambitieuse, raisonnable et réalisable, loin des règlements de compte et des calculs étroits». Cette solution vise, selon eux, «à mettre fin à ce régime dictatorial et changer radicalement le système en vue de propulser le pays d'un ordre constitutionnel obsolète vers un ordre démocratique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.