CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les démocrates enterrent leurs divergences
Ils estiment que la transition est une nécessité
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 06 - 2019

Une première ! Des partis de la mouvance démocratique ont tenu, hier à Alger, une réunion de concertation sur la situation exceptionnelle que traverse le pays notamment depuis le 22 février, date du déclenchement d'une mobilisation populaire massive contre le système politique.
Karim Aimeur – Alger (Le Soir) – Le Front des forces socialistes (FFS), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), le Parti des travailleurs (PT), le Parti socialiste des travailleurs (PST), l'Union pour le changement et le progrès (UCP), le Mouvement démocratique et social. (MDS) et le Parti pour la laïcité et la démocratie (PLD) ont ainsi décidé de se départir de leurs divergences.
Le président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH), Noureddine Benissaâd, s'est joint à ces partis.
Jil Jadid de Sofiane Djilali a participé à la rencontre mais son représentant n'a pas signé la déclaration finale, prétextant la consultation des instances du parti.
Pour la première fois, les démocrates qui ont décidé de se concerter n'ont pas invité les partis islamistes connus pour l'opportunisme de leurs positions politiques, ni les personnalités de cette mouvance.
A la fin de la rencontre, un « appel aux forces de l'alternative démocratique» a été lancé.
«Le peuple algérien après son soulèvement contre le colonialisme à travers une révolution devenue un exemple pour le monde entier et source d'inspiration pour les peuples opprimés, le voilà aujourd'hui en train de mener sa deuxième révolution, pacifique et unitaire pour imposer le changement radical pacifique et démocratique du système sous l'admiration de tous les pays. La détermination reste inébranlable et l'espoir immense», écrivent d'entrée les signataires de l'appel.
Et de regretter que le pouvoir en place ne soit pas disposé à saisir le sens profond de cet événement sans précédent depuis l'indépendance, en l'accusant de persévérer obstinément dans le déni de la réalité et de faire le choix du pourrissement et la manipulation.
Pour eux, le rassemblement des forces de l'alternative démocratique est le seul à même de traduire fidèlement cette profonde aspiration populaire. «Il est vain de croire à l'existence d'une issue positive à ce conflit dans le cadre de l'ordre actuel. Ni le pouvoir, ni ses diverses excroissances ne sont en mesure de constituer un recours», estiment-ils, expliquant que « le sursaut citoyen, de par son caractère pacifique et massif, est une chance pour le pays».
«C'est une force capable d'engager le pays dans la voie de la souveraineté populaire, de la modernité et du progrès», ont-ils insisté. Les signataires de l'appel soutiennent que la transition démocratique n'est pas un choix mais plutôt une nécessité.
La priorité en vue d'amorcer une véritable transition démocratique est, selon eux, de libérer une dynamique politique de construction d'un Etat de droit et des libertés de la société. «Aujourd'hui, ont-ils souligné, l'urgence est d'élaborer une solution politique ambitieuse, raisonnable et réalisable, loin des règlements de compte et des calculs étroits. Elle vise à mettre fin à ce régime dictatorial et changer radicalement le système en vue de propulser le pays d'un ordre constitutionnel obsolète vers un ordre démocratique ».
Les participants à la réunion ont décidé d'organiser une autre réunion ce 26 juin. Ils affirment que l'heure est à la concertation et au dialogue des forces progressistes afin de construire un pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans notre pays. Dans ce contexte, ils ont invité les autres acteurs politiques, les syndicats autonomes, le mouvement associatif ainsi que les personnalités nationales indépendantes et la communauté algérienne à l'étranger, qui se reconnaissent dans l'appel, à se joindre à l'initiative de concertation et de dialogue sans préalable.
Les signataires de l'appel ont enfin exigé la libération immédiate et sans conditions de tous les détenus d'opinion, condamné la judiciarisation de l'action politique comme c'est le cas de la SG du PT et demandé la levée de toutes les entraves aux droits d'expression, de réunion et de manifestation.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.