Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boumerdes : remise de clés aux bénéficiaires de 4.450 logements    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    470 nouveaux cas confirmés et 8 décès en Algérie    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Les 4 samedis    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    L'exemple français    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»
CONFERENCE DES FORCES DEMOCRATIQUES ET PROGRESSISTES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 06 - 2019

Les partisans d'une transition de rupture avec la gouvernance en place veulent se faire entendre le plus fort possible, eux qui soutiennent proposer "une alternative" capable de "traduire" les profondes aspirations du mouvement populaire en cours dans le pays depuis le 22 février écoulé, à savoir le départ du système.
M. Kebci-Alger (Le Soir)- Et tout se décline dans l'intitulé même des instigateurs de la démarche, les forces de l'alternative démocratique comme pour se distinguer de l'autre conglomérat, les forces du changement. Ce que, d'ailleurs, le président du RCD a soutenu, hier mercredi, lors de son intervention à la conférence de ce conglomérat composé de sept partis et d'une organisation des droits de l'Homme qui a vu la participation de nombre d'acteurs politiques, syndicaux et associatifs et de personnalités nationales. «Nous nous inscrivons dans une transition constituante qui consacrera la rupture avec le système en place et pas une transition dans le système qui permettra à ce dernier de se pérenniser comme le préconise le pôle des forces du changement», affirme clairement Mohcine Belabbas pour qui il s'agit d'établir «un rapport de force à même de faciliter le départ du système en place et ne pas se contenter d'un simple lifting des figures du système».
Un «rapport de force» qu'il faudra établir avec le mouvement populaire avec lequel, comme le soulignera avec force Djamel Zenati, il faudra «établir des passerelles pour matérialiser ses mots d'ordre tant l'aspiration démocratique est profonde». Pour l'ancien député et cadre dirigeant du FFS, il y a nécessité d'offrir des «perspectives» au peuple algérien tant le «danger plane sur le pays». Il plaidera pour des «négociations» en assumant les «clivages de fond», préconisant «une transition sans institutions» avec des «préalables» dont l'ouverture des champs médiatique et politique et la libération des détenus politiques et d'opinion. Ce que, pour sa part, plaidera l'avocat Mokrane Aït-Larbi.
De son côté, le Premier secrétaire national du FFS a estimé qu'il s'agit, à travers cette conférence, d'«arriver à un pacte politique fruit d'un consensus à même de servir de socle principal à la période de transition dont il s'agira de cerner les contours et sa consécration sur le terrain à travers les prochaines rencontres de concertation».
Pour sa part, l'ancien officier de l'ALN, Lakhdar Bouregaâ, a estimé que le système en place «n'a d'autre souci que son propre sauvetage », se référant à de «nombreuses expériences avec lui».
Pour Me Noureddine Benissad, l'Etat profond a déjà choisi son candidat à la prochaine élection présidentielle, d'où son «empressement à la tenue de ce scrutin le plus vite possible, considérant que le rapport de force est en faveur du peuple. Ceci, même si, relativise le président d'une aile de la Laddh (Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme), la transition démocratique n'est pas acquise. D'où l'impératif de mener un travail pédagogique pour vulgariser ce concept et ainsi faire face à la campagne de diabolisation de la démarche». Car, argue-t-il, «la transition démocratique est une nécessité pas un choix».
Prenant la parole au nom du pole des forces du changement, Abdelaziz Rahabi a relevé la nécessité d'un «dialogue global, devant déboucher sur l'organisation d'élection présidentielle transparente selon des mécanismes et des garanties». Faute de quoi, avertit l'ancien diplomate et ex-ministre, «la crise du pays ne fera que s'aggraver».
La conférence d'hier à laquelle ont pris part, outre ses initiateurs, nombre de représentants d'organisations syndicales Cnapest, Satef, SNPSP, Confédération des syndicats algériens (CSA), de collectifs comme Nabni, Forum de la 2e République, SOS disparus et de personnalités comme Nacer Djabi, Nacer Greffou, Aouicha Bakhti, Slim Othmani, Mourad Ouchichi, sera sanctionnée par un document de travail qui sera proposé à d'autres formations de l'opposition. Il faut préciser que cette conférence était prévue initialement au centre touristique Azur-Plage, à l'ouest de la capitale. Mais, faute d'autorisation des services compétents de la wilaya d'Alger, elle s'est déroulée au siège national du RCD. Le pôle des forces de l'alternative démocratique se compose, pour rappel, du RCD et du FFS, du MDS, du PLD, du PST, du PT et de l'UCP, ainsi que de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (Laddh), aile que préside Me Noureddine Benissad.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.