Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Covid-19: au moins 708.236 décès dans le monde    La confrérie Tidjanie joue un rôle important dans la propagation des valeurs de l'Islam et de la paix    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    La bataille du siège entre au tribunal    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La fille des Aurès    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    L'infrangible lien...    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Renard, c'est fini !
Maroc
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 07 - 2019

En l'air depuis l'élimination du Maroc en huitièmes de finale de la CAN-2019 face au Bénin, la démission du coach français Hervé Renard de la barre technique des Lions de l'Atlas est effective depuis hier. C'est le 7e entraîneur à quitter ou à se faire virer de son poste à l'issue de la CAN-2019. Avant lui, Emmanuel Amunike (Tanzanie), Javier Aguirre (Egypte), Sébastien Desabre (Ouganda), Clarence Seedorf (Cameroun), Paul Put (Guinée) et Ricardo Mannetti (Namibie) ont été limogés.
Entre deux messages, le premier étant adressé à la famille royale qu'il remercie pour «tous les efforts consentis afin de développer le sport et le football en particulier» puis un second, plus long, dans lequel il annonce son départ consenti avec le président de la FRMF, Fawzi Lekdjaâ. Plus long et plus explicite sur les moments passés avec le team marocain depuis 41 mois. Hervé Renard qui a tenu à remercier tous ceux qui l'ont aidé et soutenu fait le bilan de son passage à la tête des Lions de l'Atlas mais n'explique pas sa décision «mûrement réfléchie» de quitter les affaires techniques de la sélection marocaine. Juste un clin d'œil à la manière avec laquelle le Maroc a été éliminé de la CAN, la chance peut-être, suite à une série de tirs au but fatale à Ziyech et compagnie. Malgré trois victoires de rang lors du premier tour «une première en phase finale d'une Coupe d'Afrique pour le Maroc», précise-t-il. Et de conclure que le moment était venu pour lui «pour clore ce long et beau challenge de ma vie, non sans une certaine émotion et tristesse», a-t-il encore fait savoir en notant que cette «décision inéluctable» et «irréversible» était «prise bien avant la CAN-2019». Ce qui confirme qu'Hervé Renard avait déjà songé à quitter l'équipe du Maroc pour se lancer dans une autre aventure. Les médias marocains ayant même rapporté que Renard était en contact avancé avec la Fédération saoudienne qui lui a fait une proposition financière mirobolante. Hervé Renard était pour rappel, encore sous contrat avec la FMRF jusqu'en 2022. A l'issue d'une première rencontre avec le président de la Fédération marocaine, au lendemain de la sortie prématurée du Maroc de la CAN d'Egypte, un communiqué a été publié par la FMRF pour démentir le départ de Renard. En mai dernier, un autre démenti formulé aussi bien par le sélectionneur français du Maroc que par la FMRF, avait été rendu public pour mettre fin à la rumeur de départ de l'ancien sélectionneur de la Zambie et de la Côte d'Ivoire. Depuis hier, Renard a acté officiellement son retrait des affaires techniques de la sélection marocaine qui pourrait être confiée au Bosnien Vahid Halilhodzic. Encore sous contrat avec le FC Nantes, l'ancien driver des Verts était suivi par l'Arabie Saoudite et le Maroc. Vendredi, il a rencontré le président des Canaris Waldemar Kita afin de discuter certains points liés à sa mission au sein du staff du club français. Selon la presse française, Halilhodzic ne souhaitait pas démissionner mais semblait «sensible» aux intérêts manifestés par les Saoudiens et les Marocains. D'après 20 Minutes, un rendez-vous aurait même été convenu entre Halilhodzic et Lekdjaâ cette semaine en France. Ceci au moment où la direction du FC Nantes excédée par les requêtes farfelues de Halilhodzic aurait sondé d'autres entraîneurs en vue de pallier une éventuelle séparation avec le technicien bosnien.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.