Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





5e colonne, en marche !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 08 - 2019

Sommet du G7 à Bayonne, en France. Un dispositif policier
impressionnant. Presque aussi impressionnant qu'à…
Alger !
Comment se faire accepter par la population locale lorsqu'on est une délégation officielle de plusieurs ministres ? Comment faire en sorte de ne pas arriver en voiture rutilante et d'en repartir aussitôt en voiture cabossée et couverte de yaourts ? Il ne faut pas croire que les solutions n'existent pas. Les solutions existent ! La veille de la visite, on peut procéder à l'enlèvement de tous les cailloux et objets pouvant servir de projectiles. Comment ça, on ne peut pas ? Si, on peut ! N'a-t-on pas vu, du temps splendide de Abdekka 1er, des peintres repeindre en une nuit une ville entière aux couleurs des yeux de l'émir d'Oujda-les-Deux-Mosquées ? N'a-t-on pas vu aussi des arbres, des massifs de fleurs et des bosquets, loués chez des pépiniéristes et plantés pour la journée sur le tracé des visites officielles, avant qu'ils ne soient rendus le soir, le soir très tard, à leur pépinière et à d'autres clients ? Je suis désolé, mais lorsqu'on veut, on peut ! Il faut y mettre le « prix ». D'abord, en finir avec cette fâcheuse et capricieuse pratique du cortège ministériel qui arrive toujours à bord de limousines luxueuses. Les visites de travail et d'inspection doivent se faire en chars ! En convois de chars. En colonnes de chars blindés. Et après, laisse-les, les zouaves, balancer leurs pierres, elles leur reviendront en ricochet, et bien fait pour leurs gueules de rouspéteurs ! On peut aussi assurer une couverture aérienne à la visite et aux ministres planqués dans l'habitacle du blindé. Avec ordre de pulvériser tout bipède hostile s'approchant d'un peu trop près des chars. Non mais ! Je le dis, l'écris et le réécris : les solutions existent ! Encore faut-il vouloir y avoir recours. Là, je n'en ai pas l'impression ! Dès la première pierre balancée, dès qu'une tôle est froissée, les officiels décampent. Désolé, mais on ne peut pas construire la 2e République sans un brin de courage et de… blindage ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.