Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    Mwepu et Daka rappelés    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers la fermeture de l'usine Renault
INDUSTRIE AUTOMOBILE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2019

L'usine d'assemblage de véhicules Renault en Algérie s'achemine vers la cessation de ses activités dès le début du mois d'octobre prochain. Selon des indiscrétions, cette fermeture devait en réalité intervenir au cours du mois d'août écoulé, mais elle a été décalée pour permettre aux travailleurs de partir en congé et de se préparer pour la rentrée sociale et scolaire dans des conditions sereines.
Aujourd'hui, cette fermeture est plus qu'inévitable. Et pour cause, le quota de kits SKD, attribué par le gouvernement à Renault Algérie Production pour l'exercice 2019, d'une valeur de 660 millions de dollars, sera entièrement consommé d'ici quelques jours. Une cadence de production ralentie à dessein pour reporter au plus loin cette échéance et maintenir autant que faire se peut en activité la pionnière des unités d'assemblage de véhicules en Algérie.
Le volume global de production de l'usine pour l'année en cours, serait de plus de 40 000 unités.
Un début d'intégration locale
L'usine RAP domiciliée à Oued Tlélat près d'Oran, créée dans le cadre d'une joint-venture entre le groupe Renault (49%), la SNVI (34%) et le Fonds national d'investissement (FNI, 17%), a été, rappelons-le, inaugurée en grande pompe par le Pdg du groupe français de l'époque, Carlos Ghosn, et l'ancien ministre de l'Industrie, Bouchouareb, principal promoteur de la fameuse politique de développement d'une filière mécanique dans notre pays.
Dès son lancement, l'usine s'était inscrite dans un processus technique d'assemblage devant mener au terme de la troisième d'année à un niveau d'intégration conforme aux exigences du cahier de charges de l'industrie automobile élaboré par ce même Bouchouareb. Une dizaine de pièces et de composants fabriqués localement dans la périphérie de l'usine (sièges, joints d'étanchéité et autres pièces en plastique), ont pu être intégrés au fur et à mesure de la montée en cadence, dans le montage des véhicules Renault et Dacia sous le label «made in bladi».
De nouvelles activités majeures en attente d'agrément
Trois années après son début d'activité, soit le 12 septembre 2017, l'usine réalisait une performance symbolique et importante, celle de fêter la 100 000e voiture produite sur le site.
A partir de la 4e année, RAP projetait, dans le cadre de la seconde phase de développement de l'usine, d'intégrer de nouvelles activités majeures dans l'usinage automobile, en l'occurrence, la soudure par robotisation et la peinture. Des étapes importantes dans le transfert technologique et l'évolution tant souhaitée vers le montage en CKD. Ce projet n'a hélas jamais obtenu l'aval des autorités concernées, au moment où des agréments et des crédits exceptionnels ont été accordés à des projets mirobolants, remis en cause aujourd'hui par la justice.
Autre particularité de cette usine, et pas des moindres, c'est sa gamme de produits proposés aux clients algériens et qui se limite, 5 années après, à seulement 3 modèles, Renault Symbol, Clio 4 et Dacia Sandero Stepway. Une limitation qui se justifie par le processus d'assemblage adopté par l'usine et le nombre de chaines de production installées qui ne permettent pas techniquement de diversifier l'offre produit. D'ailleurs, il faut rappeler que l'historique de production de l'usine laisse apparaître que le premier véhicule monté était la Renault Symbol en 2014, suivie de Dacia Sandero Stepway en 2016 et la Clio 4 en 2018.
Diversification de l'offre incompatible avec un processus d'intégration
Des écarts importants dans le calendrier de développement, qui renseignent sur la complexité d'une véritable activité d'assemblage automobile, nécessitant à chaque intégration d'un nouveau modèle de nouveaux investissements industriels spécialement dédiés et de formations spécifiques pour le de personnel affecté à cette nouvelle chaine.
Et quand on sait que chez les autres assembleurs, les gammes locales atteignaient jusqu'à 15 modèles différents y compris du haut de gamme, le doute ne peut que se renforcer sur les modes de production adoptés.
Ceci étant, la fermeture pour épuisement de kits de l'usine Renault revêt un caractère symbolique, dès lors qu'elle est la pionnière dans le domaine et surtout la seule à faire un effort qualitatif et apporter une contribution avérée à travers l'expertise et l'expérience du groupe dans la perspective de développement d'une industrie automobile en Algérie. D'autant que l'Etat reste l'actionnaire majoritaire.
B. Bellil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.