Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Les comportements-barrières d'antan    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    ECORCHURE    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur
Cinéma
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 09 - 2019

L'application de rencontres Tinder va diffuser une série vidéo interactive dont chacun de ses utilisateurs pourra être le héros en prenant des décisions pour la suite de l'histoire qui influenceront aussi sa propre histoire amoureuse. à partir du 6 octobre, les membres américains de Tinder auront accès, tous les dimanches soirs du mois, à un épisode de «Swipe Night» («Glisser dans la nuit»), qui raconte une aventure apocalyptique, d'après un communiqué publié vendredi. «Au fur et à mesure que l'histoire se déroule, vous ferez face à des dilemmes moraux et à des choix cruciaux, avec seulement 7 secondes pour décider, sans retour en arrière possible», explique Tinder. De la même façon que les utilisateurs en quête de rencontres font «glisser» («swipe»), d'un côté ou de l'autre de l'écran de leur smartphone, les profils d'autres membres qu'ils voudraient rencontrer ou pas, ils devront, dans cette série, faire des «swipe» pour décider du tour que prendra l'épisode, comme s'enfuir ou sauver les autres personnages, par exemple.
Le concept n'est pas nouveau, ni en littérature ni en série vidéo, mais dans le cas de Tinder, les décisions des utilisateurs s'afficheront sur leur profil après l'épisode et l'application disposera d'informations supplémentaires pour leur suggérer des personnes qui pourraient les intéresser. «Leurs choix dictent plus que l'histoire. Ils influencent aussi leur compatibilité potentielle avec d'autres», détaille Tinder.
Partant du principe que l'interactivité et les contenus permettent de conserver plus longtemps l'attention des utilisateurs, essentielle à leur modèle économique, de nombreuses plateformes et réseaux sociaux parient de plus en plus sur des formats qui mêlent divertissement et réaction.
Facebook a ainsi généralisé cette semaine la possibilité pour les annonceurs d'intégrer des éléments d'interaction dans leurs publicités, comme des sondages, des jeux ou de la réalité augmentée pour voir si telle couleur de rouge à lèvre sied au teint de l'internaute concerné par exemple.
Mais c'est la première fois que Tinder s'aventure dans la production de contenu original. La série a été tournée dans un format vertical, avec les acteurs Angela Wong Carbone, Jordan Christian Hearn et Shea Gabor.
Match Group, le propriétaire des services de rencontres en ligne Meetic et Tinder, entend ainsi s'adresser particulièrement aux jeunes de 18 à 25 ans, la génération qui n'a pas connu le monde sans internet, baptisée «génération Z». «Nous savons que la génération Z s'exprime avec des contenus, donc nous avons voulu construire une expérience qui correspond à sa façon d'interagir», a déclaré Ravi Mehta, chef produit chez Tinder. En 2018, l'application comptait 57 millions d'utilisateurs dans le monde d'après le site Business of Apps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.