Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belkhadem renonce à la candidature
Présidentielle du 12 décembre
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 10 - 2019

Abdelaziz Belkhadem, qui souhaitait laver l'affront que lui a fait subir, il y a cinq ans, le président de la République, poussé à la démission par le mouvement populaire, ne prendra pas sa revanche de sitôt.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Certainement pas à l'occasion de l'élection présidentielle du 12 décembre prochain. Un rendez-vous à l'occasion duquel il a été pourtant donné, ces derniers temps, comme potentiel postulant à même de crédibiliser un peu plus un scrutin rejeté par nombre de partis, d'acteurs de la société civile, ainsi que par le mouvement populaire.
Sa candidature, susurrée dernièrement, aurait également pimenté une consultation électorale à laquelle sont partants, notamment, deux ex-Premiers ministres (Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune), deux anciens ministres (Abdelkader Bengrina et Belkacem Sahli) et une pléthore de chefs de partis et d'anonymes.
Ceci, bien entendu, dans l'attente du filtre que constitue l'opération ardue de collecte des 50 000 parrainages d'électeurs à travers, au moins, 25 wilayas avec un minimum de 1 500 signatures par wilaya.
L'homme qui aurait, à un certain moment, été sensible aux appels incessants de ses partisans, se serait résolu, au bout d'une réflexion, à ne pas prendre le risque de se lancer dans cette course. Il aurait signifié à son entourage sa décision «irrévocable» de ne pas postuler à l'élection présidentielle du 12 décembre prochain. S'il préfère ne pas avancer ses raisons, l'ancien Premier ministre et ex-secrétaire général du FLN s'expliquerait probablement dans une sortie dont il n'a pas encore choisi la forme. Cela dit, la situation chaotique dans laquelle se trouve le FLN, dont il a été député quinze ans durant, membre du bureau politique et secrétaire général à deux reprises, avec notamment la détention provisoire de deux de ses récents secrétaires généraux, de ministres et de députés du parti, n'est pas pour encourager une quelconque candidature en son nom.
Ce qui a fait que les rangs de l'ex-parti unique n'ont jamais été aussi divisés que présentement.
Et sa participation au prochain scrutin présidentiel ne ferait, selon lui, qu'attiser davantage ces divisions.
Certes, l'homme ne l'avoue pas, mais il faut dire que les candidatures déjà annoncées de Ali Benflis et de Abdelmadjid Tebboune seraient également derrière la réticence de Belkhadem à se lancer dans la course présidentielle.
Les deux hommes, quoique le premier ait quitté, depuis longtemps, les rangs du FLN pour voler de ses propres ailes en compagnie de beaucoup d'autres cadres et militants, mettront certainement à profit cette situation désastreuse dans laquelle se débat l'ex-parti unique pour y puiser le gros de leur électorat. Elément de taille que semble ne pas ignorer Belkhadem qui a le souci de faire l'économie d'une déconfiture, voire d'une raclée au soir du 12 décembre prochain s'il venait à postuler au scrutin de ce jour.
Il devra, de ce fait, remuer sa terrible soif de revanche sur le sort, une revanche qu'il devra ainsi reporter à plus tard, l'homme n'arrivant toujours pas à digérer l'affront de sa vie subi un certain 26 août 2014 quand il a été renvoyé de tous les postes qu'il occupait à ce moment-là. L'on se rappelle du fameux décret présidentiel signé du président de la République déchu, portant fin de fonction de Belkhadem comme ministre d'Etat, conseiller spécial à la présidence de la République.
Un communiqué qui a également mis fin à toutes les activités du fils de Aflou, en relation avec l'ensemble des structures de l'Etat avant d'être exclu du FLN.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.