CAN-2021 (Eliminatoires)/Algérie-Zambie: l'équipe nationale évoluera en blanc    La communauté internationale exhortée à mettre fin à l'agression israélienne    Etiquetage "colonies": appliquer la décision de la CJUE aux produits sahraouis    Présidentielle: les médias appelés à une contribution efficace et responsable pour la consécration du principe d'égalité    Mondiaux de Para-athlétisme (Poids F32) : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Festival de danse contemporaine: une nouvelle génération de danseurs algériens émerge    JOURNEE MONDIALE DU DIABETE : Cinq millions d'Algériens sont diabétiques !    EDUCATION : Vers une grève de 3 jours renouvelable dans les primaires    LYCEE "OULD KABLIA SALIHA" (MOSTAGANEM) : Campagne de sensibilisation sur les risques du gaz    Zerouati participe jeudi et vendredi en Afrique du Sud à la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement    Emploi au Sud: Un plan d'action pour définir les entraves    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Les campus au rendez-vous    Appel au respect de l'itinéraire technique    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Le prononcé du jugement renvoyé au 26 novembre    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Séance surréaliste à l'APN    Rupture et montée en gamme    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Que reste-t-il du grand clasico ?    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Amrouche convoque 25 joueurs    Vivre avec et contre le passé    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Le pari gagnant de l'Algérie    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Place aux entreprises algériennes    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris
Peinture / Rétrospective
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 10 - 2019

Des œuvres comme des griffures ou des brassées d'herbes sauvages, une rétrospective Hans Hartung, devait débuter vendredi à Paris, en réouverture du Musée d'art moderne (MAM) après un an de travaux, restituant sept décennies d'un des pionniers de l'abstraction.
«La fabrique du geste», première rétrospective depuis 50 ans à Paris, présente quelque 300 œuvres provenant de collections publiques et privées et de la Fondation Hartung-Bergman.
Son mérite est de montrer non seulement les évolutions picturales des décennies, mais aussi de tout ce qui les accompagnait : agrandissements et reproductions à l'identique, carnets de jeunesse, esquisses, photographies (il en a pris 15 000 dans sa vie) qui sont elles-mêmes des œuvres d'art, films documentaires... Un «art informel» qui reste à distance du cubisme et du surréalisme, un geste créateur libre, émotionnel, lyrique, fondé sur une recherche rationnelle.
Cette création est à la mesure de la révolte de cet Allemand, né à Leipzig en 1904 et mort à Antibes en 1989 ; un homme qui a tout recommencé après avoir tout perdu, notamment un pied, en 1944, lors de son engagement dans la Légion étrangère avant de devenir un boulimique de nouvelles formes pour revivifier la vie.
«Mes dessins étaient traversés de traits entortillés, étranges, embourbés, désespérés comme des griffures. Comme une peinture véhémente, révoltée. Comme moi-même. J'avais le sentiment d'avoir été floué. A part quelques Français qui avaient été mobilisés, les autres peintres avaient tous passé la guerre réfugiés quelque part», témoigne-t-il dans son auto-portrait.
Cet acharné peindra jusqu'à la fin, en 1989, dans son fauteuil roulant, entouré d'assistants dans son atelier d'Antibes, véritable petite usine à peinture, où ce créateur libre se montrait très méthodique, à l'allemande. Il a consigné une documentation précise. Cet Allemand, qui vivra peu en Allemagne et mourra quinze jours après la chute du mur, était un photographe obsessionnel, un mathématicien, un latiniste, un passionné d'astronomie. «Enfant, il griffonnait des traits reproduisant les éclairs pour exorciser la peur des orages. Après la Shoah, il ne lui avait plus semblé possible de faire de la peinture figurative», observe Odile Burluraux, commissaire de l'exposition. Dans la dernière partie de sa vie, Hartung multiplie ses outils : la branche de genêt trempé dans la peinture et frappé sur la toile, le pistolet à air comprimé, la serpette, la sulfateuse à vigne. Il pulvérise, trace, gratte, brosse avec passion. Il laisse des toiles comme des éclairs.
«La Fabrique du geste», Hans Hartung, jusq'au 1er mars, Musée d'art moderne de Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.