Les procès de 14 anciens ministres s'ouvrent prochainement    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : Les secteurs des Mines,de la Santé et des Finances au menu    RESSOURCES EN EAU : Arezki Berraki veut lutter contre la bureaucratie    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers l'adoption de l'enseignement à distance    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : L'Etat financera "la campagne électorale des jeunes''    PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM : Plus de 265 interventions en une semaine    EL-BAYADH : La BRI arrête 4 individus faisant l'objet de mandats d'arrêt    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Révision de la loi électorale : La Commission a deux mois et demi pour soumettre son travail    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris
Peinture / Rétrospective
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 10 - 2019

Des œuvres comme des griffures ou des brassées d'herbes sauvages, une rétrospective Hans Hartung, devait débuter vendredi à Paris, en réouverture du Musée d'art moderne (MAM) après un an de travaux, restituant sept décennies d'un des pionniers de l'abstraction.
«La fabrique du geste», première rétrospective depuis 50 ans à Paris, présente quelque 300 œuvres provenant de collections publiques et privées et de la Fondation Hartung-Bergman.
Son mérite est de montrer non seulement les évolutions picturales des décennies, mais aussi de tout ce qui les accompagnait : agrandissements et reproductions à l'identique, carnets de jeunesse, esquisses, photographies (il en a pris 15 000 dans sa vie) qui sont elles-mêmes des œuvres d'art, films documentaires... Un «art informel» qui reste à distance du cubisme et du surréalisme, un geste créateur libre, émotionnel, lyrique, fondé sur une recherche rationnelle.
Cette création est à la mesure de la révolte de cet Allemand, né à Leipzig en 1904 et mort à Antibes en 1989 ; un homme qui a tout recommencé après avoir tout perdu, notamment un pied, en 1944, lors de son engagement dans la Légion étrangère avant de devenir un boulimique de nouvelles formes pour revivifier la vie.
«Mes dessins étaient traversés de traits entortillés, étranges, embourbés, désespérés comme des griffures. Comme une peinture véhémente, révoltée. Comme moi-même. J'avais le sentiment d'avoir été floué. A part quelques Français qui avaient été mobilisés, les autres peintres avaient tous passé la guerre réfugiés quelque part», témoigne-t-il dans son auto-portrait.
Cet acharné peindra jusqu'à la fin, en 1989, dans son fauteuil roulant, entouré d'assistants dans son atelier d'Antibes, véritable petite usine à peinture, où ce créateur libre se montrait très méthodique, à l'allemande. Il a consigné une documentation précise. Cet Allemand, qui vivra peu en Allemagne et mourra quinze jours après la chute du mur, était un photographe obsessionnel, un mathématicien, un latiniste, un passionné d'astronomie. «Enfant, il griffonnait des traits reproduisant les éclairs pour exorciser la peur des orages. Après la Shoah, il ne lui avait plus semblé possible de faire de la peinture figurative», observe Odile Burluraux, commissaire de l'exposition. Dans la dernière partie de sa vie, Hartung multiplie ses outils : la branche de genêt trempé dans la peinture et frappé sur la toile, le pistolet à air comprimé, la serpette, la sulfateuse à vigne. Il pulvérise, trace, gratte, brosse avec passion. Il laisse des toiles comme des éclairs.
«La Fabrique du geste», Hans Hartung, jusq'au 1er mars, Musée d'art moderne de Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.