Présidentielle : les candidats promettent l'ouverture de l'économie et la relance du développement dans le Sud    GAID SALAH AFFIRME : ‘'Les ennemis d'hier ne digèrent pas l'indépendance de l'Algérie''    POUR PRESERVER LA STABILITE DE L'ALGERIE : Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne    A PARTIR DU 1er JANVIER 2020 : Les Algériens paieront 15000 DA pour un visa Schengen    TENTATIVE DE RALLIEMENT AUX GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Arrestation de 6 individus à Mostaganem, Relizane et Tamanrasset    Mascara : Rejet «catégorique» des élections    CAN-2020 : l'Algérie débutera face à la Zambie    Le 40e vendredi en images    LES CREANCES S'ELEVENT A 97 MILLIARDS DE CENTIMES : La Sonelgaz menace à Tiaret    APC DE BENI SAF (AIN TEMOUCHENT) : Les élus contre le retour du secrétaire général    MAOUSSA (MASCARA) : Où sont passés les services chargés du suivi ?    Tottenham: Mourinho veut Ibrahimovic !    Real Madrid: ça discute prolongation pour Benzema    Tottenham : Le message d'adieux de Pochettino (Photo)    41e Festival international du cinéma du Caire : deux films algériens en compétition    Les manifestants en masse pour le 40e vendredi à Alger    Vo Vietnam: la Fédération algérienne passe sous l'égide de la World Federation    Algérie Télécom lance une nouvelle application mobile ''E-Paiement espace client''    Mondiaux de para-athlétisme: Bernaoui encense la sélection algérienne auréolée de 16 médailles    Séisme de trois degrés dans la wilaya de Guelma    Toutes les options seront examinées lors du Congrès du Polisario y compris la lutte armée    Les syndromes coronaires aigus, 1ère cause de mortalité en Algérie    La campagne électorale se déroule dans le calme et la sérénité la plus totale    Le Conseil de la nation prend part à l'Eucoco en Espagne    Décès du chanteur chaâbi Cheikh Liamine    Concours "Hult prize": trois projets d'étudiants de Tlemcen choisis    Algérie-EAU: les voies de développement des relations bilatérales évoquées    Eucoco/Sahara occidental: plus de 500 personnes prennent part aux travaux de la Conférence    Wilaya d'Alger: signature de marchés pour le raccordement au réseau de gaz et d'électricité    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    La Palestine refuse toute médiation américaine    Tractations tous azimuts pour la formation du gouvernement    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Rencontre Bensalah - Bedoui    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    Sahara occidental : 15 e Congrès du Polisario : conférences préparatoires au niveau de l'Armée sahraouie    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Daesh derrière le bouclier d'Erdogan
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 10 - 2019

Les Algériens qui s'opposent aux tenants de l'Islam politique sont aussi hostiles au voile, considéré, à raison, comme l'un des emblèmes de l'influence et de l'emprise des islamistes. Après l'élection de Kaïs Saïed, comme Président de la Tunisie, des internautes algériens ont fait part de leurs inquiétudes, fondées si l'on s'arrête au soutien que lui a apporté Al-Nahdha. Ajoutons à cela l'étiquette de conservateur que les médias étrangers, principalement français, lui ont collée, sachant qu'au sens commun conservateur peut signifier aussi fondamentaliste. Il est vrai qu'avec sa dégaine austère et son physique à l'avenant, personne n'a pensé au Medjnoune Laïla, le Roméo arabe, dont ses parents lui ont attribué le prénom Kaïs. Bien sûr l'idée a circulé sitôt que les premières photos de la nouvelle Première dame de Tunisie ont circulé sur les réseaux sociaux, mais, ô surprise, Madame la Présidente n'est pas voilée ! Toute idée d'une vieille romance entre Ichrafi ou Achrafi (c'est le prénom de Mme Saïed) et Kaïs écartée, les internautes ont manifesté leur joie devant le portrait de la dame dévoilée. Cette joie, annonciatrice du soulagement qui suit une grosse frayeur, vaut tout de même reconnaissance implicite du rôle dominant que jouent les épouses tunisiennes. Toutefois, et jusqu'ici, rien n'est venu étayer cette séduisante théorie.
Plutôt démagogique que romantique, Kaïs Saïed nous a fait le coup de « Medjnoune Falastine », en faisant du vieux avec Choukeiri et en marquant la rupture avec Bourguiba. Cela dit, il ne faut pas perdre de vue que les Tunisiens sont d'aussi furieux Palestiniens que les Algériens, et qu'ils n'ont jamais oublié l'assassinat d'Abou Iyad par les Israéliens à Carthage.(1) Reste à savoir ce qu'il va faire de certaines avancées de la Tunisie, concernant les droits des femmes, et en particulier le projet révolutionnaire de Caïd Essebci, en matière d'héritage.
Certains réseaux sociaux ont fait dire aussi au nouveau Président tunisien qu'il soutenait l'invasion militaire turque en Syrie, qui vise théoriquement à mettre fin à la présence kurde.(2) Certains internautes sont sans doute allés à des conclusions hâtives et des théories, suscitées à la fois par le soutien d'Al-Nahdha à Kaïs Saïed et par les échos favorables en Turquie. Si elle était la position du chef de l'Etat tunisien, elle irait à l'encontre de l'opinion dans les pays arabes qui voit dans l'offensive turque une résurgence des ambitions du califat ottoman. D'ailleurs, ni Erdogan, ni les autres responsables politiques turcs qui le soutiennent ne cachent leur rêve de reconstituer l'ancien califat ottoman, aboli le 1er novembre 1922, par Kemal Atatürk.
Les dirigeants turcs ont d'ailleurs des objectifs bien précis concernant aussi bien l'Irak que la Syrie, et qui ont été récemment exposés par le ministre de l'Intérieur à des réfugiés de Syrie. Il a affirmé que 62% des exilés syriens en Turquie venaient du « Misak'i milli » (Charte nationale), c'est-à-dire la wilaya ottomane d'Alep et non le gouvernorat syrien actuel d'Alep. La wilaya ottomane revendiquée englobe l'actuel Alep, Idleb, des portions du gouvernorat de Raqa et Dir Ezzour, ainsi que toute la bande frontalière actuelle entre la Turquie et la Syrie. Le ministre a encore indiqué que l'opération militaire turque en cours n'avait pas des objectifs limités puisque toute une armée était engagée, avec ses équipements terrestres et aériens, ainsi que sa logistique. Il a surtout précisé que l'accord d'Ankara de 1926/1927 entre la Turquie, d'un côté, la Grande-Bretagne, et la France de l'autre, octroyait à la Turquie le droit d'annexer les wilayas d'Alep et de Mossoul. Ceci au cas où les territoires de la Syrie et de l'Irak seraient menacés de scission et de morcellement en plusieurs mini-Etats. Or, c'est très probablement ce qui risque d'arriver dans la situation actuelle puisque l'île de l'Euphrate, par exemple, a des revendications séparatistes, outre la présence d'une milice turque. Or, cette portion de territoire syrien, où cohabitent plusieurs ethnies, est justement située dans le gouvernorat de Dir Ezzour, cité comme cible potentielle par le ministre turc.
En attendant que le rêve de l'Empire ottoman se réalise, le rêve de grandeur et de conquête de Daesh se confirme puisque la résurgence de l'organisation islamiste n'est plus une théorie. En septembre dernier, le « calife » de Mossoul, Al-Baghdadi, qui compterait sur 15 000 combattants, selon des sources américaines, se prépare à la contre-offensive. D'ores et déjà, des centaines de terroristes et leurs familles se sont enfuis des camps de détention, tenus par les Kurdes, profitant des opérations militaires lancées par la Turquie. En septembre dernier, Al-Baghdadi a lancé un appel à ses combattants prisonniers en Irak et en Syrie, leur demandant de s'enfuir des camps, où les conditions sont assez souples. Il faut sans doute rappeler que c'est à partir des prisons irakiennes que Daesh s'est lancé en 2013 à la conquête de Mossoul et d'une partie notable de l'Irak et de la Syrie. Depuis 2014, ils n'ont trouvé face à eux que les combattants kurdes qui leur ont repris une à une leurs principales places fortes, mais la Turquie, alliée providentielle, a repris sa place dans le jeu. On dira plus tard comment Daesh est reparti en guerre grâce au bouclier d'Erdogan.
A. H.
(1) Salah Khalaf, Abou Iyad de son nom de guerre, l'un des fondateurs du Fatah, a été assassiné le 14 janvier 1991 à Carthage par un commando israélien.
(2) Certainement une de ces fake-news, ou informations truquées, très courantes sur Facebook et sur les réseaux sociaux, et qui sont souvent reprises et diffusées sans autre souci de vérifier leur authenticité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.