Chômage et système «D»    Construction automobile: «Aucun changement n'est prévu dans le cahier des charges»    Commerce: Un système informatique pour contrôler les marchandises importées    Ligue des champions d'Afrique: Le MCA qualifié sans jouer    Football amateur: Des clubs dans l'expectative !    Football - Ligue 1: Nul sur toute la ligne à Oran, Bougherara claque la porte    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    Ils ont été débarqués au port de Ghazaouet: Près de 100 harraga expulsés d'Espagne    Air Algérie: Le planning des vols de rapatriement arrêté    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    Henri Teissier: Un grand homme tire sa révérence    Juventus : Un international brésilien dans le viseur    Chelsea : Giroud a pris une décision pour son avenir    Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Esquisse d'une subversion plombée par la justification
Joker en projection à Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 10 - 2019

Plusieurs salles de cinéma en Algérie accueillent depuis jeudi le film-événement Joker de Todd Philips. Avec Joaquin Phoenix dans la peau du personnage principal, on découvre la psychologie tourmentée et la genèse de l'ennemi juré de Batman.
Enfin, un Batman qui en vaut la peine ! Un public hostile au manichéisme et à la figure schématique du super-héros serait tenté de pousser ce cri de satisfaction à la découverte de Joker, un film lié directement à Batman, mais en l'absence de ce dernier ! Avec ses 200 millions de dollars d'entrées en l'espace d'une semaine d'exploitation aux Etats-Unis, sa cavalcade effrénée dans le box-office et la ruée planétaire sur les projections, le long-métrage de Todd Philips est en passe de faire exploser tous les compteurs tout en divisant la critique et les médias.
Chef-d'œuvre doublé d'un objet politique subversif pour les uns, produit dangereux et apologétique de la violence pour les autres, Joker est-il véritablement ce film rebelle qui vient secouer un Hollywood somnolent et conformiste ? Pas si sûr.
Atteint d'une maladie mentale dont le symptôme le plus spectaculaire est un rire compulsif se déclenchant toujours au mauvais moment, Arthur Fleck est un clown naïf et débordant de gentillesse qui vit avec sa mère malade et rêve de monter un jour sur les scènes du stand-up américain.
Entre une séance chez le psy des services sociaux et un spectacle pour les enfants malades, il tente désespérément d'écrire le sketch qui révélera enfin son talent au monde. Son idole, campée par Robert De Niro, est un présentateur vedette de talk-show qu'il regarde, religieusement, chaque soir avec sa mère.
La vie aurait donc pu s'écouler ainsi si Arthur ne faisait pas l'objet d'un acharnement sadique du monde qui l'entoure. Affaibli par ses tocs et son désordre émotionnel, persécuté par ses collègues, miné par la solitude, ratant sa carrière d'humoriste et assailli par la «méchanceté» du monde, Arthur le candide entre, peu à peu, dans l'univers du crime. Ses premières victimes étant trois traders de Wall-Street, il devient, malgré lui, le porte-drapeau d'une grogne sociale qui se transforme en insurrection dans un Gotham City gangréné par la pauvreté et la corruption. Le coup de grâce est donné par la découverte de sa vraie identité et le passé trouble de sa mère adorée et c'est ainsi qu'Arthur Fleck devient Joker.
De César Romero à Heath Ledger en passant par Jack Nicholson, ce personnage emblématique des Comics américains est aujourd'hui incarné par un monument d'Hollywood : Joaquin Phoenix. Et le moins que l'on puisse dire est que l'acteur s'est surpassé pour, à la fois donner enfin la parole au «super-vilain» et transcender la multitude de récits parfois contradictoire qui ont essaimé les différents Batman.
Amaigri de trente kilos, littéralement hanté par son personnage, le comédien ne ménagera aucune prouesse pour épouser la complexité et l'outrance d'un Joker enfin rendu à son humanité. Son interprétation épidermique et démentielle est sans doute le meilleur atour du film car Phoenix est d'une générosité radicale (ou radicalité généreuse) quand il s'agit de nous balancer en plein face l'esprit tourmenté de son personnage.
A travers ses chorégraphies éthérées, son visage en éternelle transformation, sa douceur ou sa violence démesurée, Joker est au centre d'un propos, si ce n'est révolutionnaire, du moins révolté sur des questions aussi variées que la définition du mal, la légitimité de la violence, la société du spectacle, les inégalités et injustices sociales, le chaos ou encore la corruption des politiques…
Seulement révolté, car Todd Philips ne va jamais trop loin dans cette critique globale des institutions et de l'ordre moral. Hollywood oblige, le réalisateur semble trop concentré sur un processus de justification, façon «origines du mal» et de recherche de circonstance atténuantes pour ce personnage sulfureux. Il ne fera donc qu'effleurer l'aspect viscéralement subversif d'un Joker en guerre contre la société dont la réponse ultime à la violence institutionnelle et politique est de semer le chaos et déglinguer cette machine sociale déshumanisée et déshumanisante. Philips préfère ainsi se tenir aux abords de son sujet sans jamais oser y entrer de plain-pied alors même que Phoenix se démène comme un diable pour incarner cet antihéros décidé à renvoyer à la face du monde sa propre violence.
Si Joker vaut le détour, c'est donc principalement grâce à la performance de son acteur principal dont l'interprétation incandescente et sans concession vient atténuer la prudence, voire le conformisme de la narration et apporter de la nuance à une mise en scène par trop démonstrative. Le film, d'une durée de deux heures, est pour rappel en projection à Alger (salles Afrique, Ibn Zeydoun, Ibn Khaldoun et Sahel) jusqu'au 26 octobre, Oran (salle Essaâda) jusqu'au 25 et à Constantine (salle Ahmed-Bey) jusqu'au 23. Le prix du billet est fixé à 800 DA.
Sarah Haidar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.