Tribunal de Sidi M'hamed: audition de la partie civile dans le dossier de l'homme d'affaires Hassan Arbaoui    La Codesa condamne les violations marocaines des droits fondamentaux du peuple sahraoui    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Tayeb Bouzid appelle à l'élaboration d'une stratégie nationale pour faire face aux défis du numérique    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    La grève, les pour et les contre    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    Le vote à l'étranger et la clôture de la campagne électorale dominent les colonnes de la presse nationale    Le Raja prend le dessus sur l'AS Vita Club à Kinshasa    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    L'insécurité, maître mot des lieux    Intrigante correspondance au CHU d'Oran    Plus de 30 millions de centimes en faux billets saisis    L'Algérie contemporaine, cultures et identités, un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    ACTUCULT    Lancement du prix national Mohia d'or    Le 7e art féminin à l'honneur    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019 et l'examen des préparatifs de la saison 2020    Yasmine Siad dévoile à Alger sa première exposition "Genèse"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Le hirak et les trois temps de l'état-major depuis le 22 février    Tibane : Une sépulture pour les martyrs de Maxene    Skikda: 19 harraga secourus    Premier débat télévisé entre candidats à la présidentielle: Des réformes urgentes pour dépasser la situation difficile    Energies renouvelables: Rejoindre Desertec    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda, Tlemcen et Oum El Bouaghi: Marches de soutien au scrutin du 12 décembre    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Coupe de la CAF : PAC - Hassania Agadir, aujourd'hui à 20 h 00- Le Paradou face à un nouveau défi    Les médias étrangers scrutent l'Algérie    Programme du 21e jour de la campagne électorale    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    Petrole : La Libye va maintenir sa production autour de 1,25 million de barils par jour    Les femmes plus touchées que les hommes    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    Incendie du centre d'entraînement Flamengo condamné à indemniser les familles des victimes    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    Projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays Un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée
LE SILENCE DES AUTRES PROJETE AU FICA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 11 - 2019

Le 10e Festival international du cinéma d'Alger dédié au film engagé se poursuit jusqu'au 16 novembre à l'Office Riad-el-Feth. La compétition officielle bat son plein avec la projection du film espagnol Le silence des autres.
La salle Ibn Zeydoun a abrité dimanche dernier trois projections dont le documentaire Le silence des autres de d'Almudena Carracedo et de Robert Bahar. Cinglant réquisitoire contre le régime franquiste et l'injonction à l'oubli faite par la loi d'amnistie espagnole, ce film documentaire produit par Almodovar relate dans un récit corsé et intense les différentes facettes de la dictature d'El Caudillo dont les traumatismes sont exacerbés par l'impunité et l'amnésie forcée. Fort d'une précision chirurgicale et un rythme dramaturgique soutenu, le film parcourt soixante-dix ans d'histoire sanglante et de blessures mal pansées. Alternant images d'archives souvent atroces, témoignages de rescapés ou de descendants de victimes et séquences intimistes aux côtés de celles et ceux qui refusent d'oublier, Le silence des autres est d'une redoutable efficacité pour ce qui est de dénoncer puissamment le déni de justice du gouvernement espagnol mais aussi de faire écho, par sa charge symbolique, aux travers d'une transition tronquée.
De 1936 jusqu'après sa mort en 1975, Francisco Franco a fait subir à l'Espagne l'une des pires dictatures du XXe siècle. Allié de Hitler, ennemi farouche des communistes, interlocuteur privilégié de plusieurs régimes dits «démocratiques» dont la France de De Gaulles et les Etats-Unis de Eisenhower et de Nixon, le Caudillo fera fusiller et torturer à tour de bras militants de gauche, simples paysans, étudiants et quiconque enfreindrait d'une manière ou d'une autre sa doctrine nationaliste-chrétienne.
Les fosses communes essaiment le pays et maintiennent une mémoire blessée et un traumatisme indélébile. Maria, une vieille villageoise, a vu à l'âge de six ans sa mère traînée, tondue et exécutée par les partisans de Franco. Depuis, elle dépose une gerbe de fleurs sur le bord d'une route sous laquelle la victime repose auprès d'autres fusillés. Comme elle, plusieurs enfants et parents de personnes exécutées sommairement, mais aussi des rescapés et des mères de bébés volés (après la mort du dictateur et l'instauration présumée de la démocratie) veulent aujourd'hui combattre la loi d'amnistie votée en 1977, interdisant de juger les crimes franquistes. L'un d'entre eux, un ancien militant torturé dont le bourreau est toujours vivant, voit ce dernier se pavaner impunément dans les rues de Madrid, lesquelles portent les noms des figures les plus sanguinaires de l'ancien régime. Au bout de quatre ans de lutte et devant le refus des autorités espagnoles à «ouvrir les plaies du passé», plus de trois-cents personnes font actionner le principe de justice universelle en témoignant devant une juge d'instruction argentine particulièrement engagée.
Même si ces crimes contre l'humanité censés être imprescriptibles ne sont toujours pas jugés, ce groupe de résistants réussira à arracher certaines concessions à l'Espagne officielle, notamment débaptiser les rues madrilènes portant des noms infâmes et déterrer les fusillés des fosses communes pour les faire reconnaître par leurs enfants grâce à l'ADN. Carracedo et Bahar auront réussi à célébrer ce combat et mettre en lumière les bégaiements de l'Histoire dans une sobriété poétique non dénuée d'émotion.
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.